TELEBUS - Navettes autonomes sur coussin d'air et moteur linéaire

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12733
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

TELEBUS - Navettes autonomes sur coussin d'air et moteur linéaire

Message non lupar BBArchi » 10 Sep 2019, 09:02:35

Salut

Encore une illustration de 'notre' savoir faire technique bloqué par des mentalités frileuses, des à priori probablement pas très fute fute, des craintes de perdre quelques privilèges ou places à ne pas refuser...

Nous sommes en 1978. Si cette technologie n'avait pas fait l'objet d'un sabotage administratif en règle (entre autres les moteurs imposés dans les véhicules... ?), nous aurions une industrie locale plus qu'intéressante pour le bassin d'emploi...

Le principe, baptisé TELEBUS pour s'inscrire dans la mode du langage de cette décennie, est plutôt simple. C'est probablement ce qui a causé sa perte : très peu de personnel, peu de contrôles à réaliser, peu de pièces mobiles, pratiquement pas de pilotage, tout est mécaniquement limité au strict nécessaire... Tellement pas en phase avec les mentalités que la techno a été développée ailleurs. :buck2:

On est très loin des prix de fabrication du matériel urbain contemporain de ce matos...

https://www.leprogres.fr/loire-42/2019/ ... es-cartons

Faites abstraction de l'esthétique de la caisse, qui peut tout aussi bien s'imaginer façon MPL16 :angel:
Image
Orange, hein ? Ce ne serait pas ça qui aurait causé la perte de l'affaire ? Orange ? A Saint Etienne ? Alors que Lyon avait déjà choisi l'orange pour son métro ? Mais ils n'étaient pas bien ? :laugh:


LOIRE - L'HISTOIRE DU JOUR Saint-Etienne: le Télébus, cette invention des années 70 restée dans les cartons
Un ingénieur stéphanois, Jean-Claude Guimbal, avait imaginé un système de navettes autonomes sur coussins d’air. Présenté à la foire économique de Saint-Etienne en 1978, le prototype avait fait sensation auprès du public mais n'a pourtant jamais vu le jour...

Le Télébus est un transport en commun automatique sur rails, propulsé par des moteurs électriques linéaires de conception révolutionnaire, brevetés le 26 août 1970. D’un fonctionnement semblable à celui d’un ascenseur, le Télébus est propulsé par des organes fixes. Les rames sont ainsi débarrassées de toute motorisation et de cabine de conduite.

L’ingénieur qui a conçu le Télébus, le Stéphanois Jean-Claude Guimbal, a réfléchi à une voie aérienne unique car les rames se croisaient dans les stations. Grâce à une motorisation fournie par la voie, on est assuré, qu’en aucun cas, deux rames ne peuvent partir en sens inverse et rentrer en collision.
Le premier "ascenseur horizontal" qui permet d'éviter les bouchons

Si la ligne est aérienne, en revanche les stations au sol sont privilégiées pour le confort des passagers. Silencieux, non polluant, presque inusable, « ce premier ascenseur horizontal » permet de pallier les embouteillages.

Sur le plan économique, ce dispositif s’avère très performant. Allégées, les rames consomment moins d’énergie et deviennent moins coûteuses. Les dépenses en personnel sont faibles, du fait du système automatique, rustique et nécessitant très peu d’entretien.




Le ministère des Transports s’intéresse immédiatement à ce système de motorisation et songe à l’utiliser pour l’aérotrain de Bertin, mais se refuse à financer le Télébus.

Pour montrer la faisabilité du projet, Jean-Claude Guimbal réalise dans son atelier une ligne expérimentale de 30 m de long, avec une cabine à deux places lancée sur un plan incliné de 4 m de hauteur qui redescend, freinée par les moteurs.
Intéressé, l’État ne finance pas ce système

Plusieurs conseillers municipaux ont testé ce système de transport non traditionnel. En 1978, une ligne de 200 m est installée à la Foire de Saint-Étienne avec une cabine à 22 places. Ce prototype est présenté sur toutes les actualités télévisées nationales. De nombreuses personnalités viennent le voir fonctionner.

Mais, finalement, les pouvoirs publics s’obstinant à installer le moteur sur les véhicules, le projet de Télébus propulsé par des moteurs linéaires n’est pas étendu. Pourtant, ce principe est actuellement en voie de développement au Japon.


Un développement impossible

La présentation du Télébus à la Foire de Saint-Étienne 1978 fait sensation par sa simplicité technologique. Les municipalités de plusieurs villes sont intéressées. Ses caractéristiques économiques et son intégration harmonieuse dans le paysage urbain constituent les qualités principales de ce transport.

Jean-Claude Guimbal est approché par la Ville de Monaco pour réfléchir à un trajet plutôt féerique qui traverse les calanques, monte au musée océanographique et passe à proximité du port. Faute de constructeur acceptant de réaliser la motorisation pour des raisons de non-concurrence avec une société française qui fabrique des moteurs linéaires conventionnels, le projet est abandonné.

En 1989, la ville d’Andrézieux-Bouthéon sollicite l’ingénieur stéphanois pour une ligne de 1,5 km. Mais après avoir fait une étude complète avec des entreprises locales pour la réalisation de ce trajet, la Direction départementale de l’équipement bloque le projet.


De notre correspondante Muriel DEMIRTJIS
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Avatar de l’utilisateur
Métro C
Passager
Messages : 916
Inscription : 08 Mars 2009, 18:33:04

Re: TELEBUS - Navettes autonomes sur coussin d'air et moteur linéaire

Message non lupar Métro C » 10 Sep 2019, 13:43:56

Salut,

Plutôt simple, un système de coussin d'air et un moteur linéaire ? Euh pour moi c'est plutôt une usine à gaz... Le coussin d'air c'est assez incroyable : on crée un système compliqué et consommateur d'énergie pour remplacer une invention millénaire : la roue ! :crazy2:

Les modes de transport "révolutionnaires" ne manquaient pas à l'époque... Souvent basés sur le principe de petites cabines de faible capacité et circulant à des vitesses faibles sur une infrastructure dédiée : ou comment combiner les défauts des transports en commun et de l'automobile en un seul véhicule.

Sinon le moteur linéaire est employé dans quelques applications ferroviaires, je pense à la gamme Innovia de Bombardier mais il y en a peut être d'autres : https://en.wikipedia.org/wiki/Bombardier_Innovia_Metro (sur le principe c'est sympa, mais le prix du système doit être largement supérieur à celui d'un train classique vu la quantité de matériau ferromagnétique nécessaire... Et je ne vois pas bien quels avantages ça a par rapport à une chaîne de traction "classique".) Ce système est utilisé également sur les systèmes à sustentation magnétique (où on n'a pas vraiment d'autres options si on veut une motorisation électrique !)

A+
:)
nanar
Passager
Messages : 8969
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: TELEBUS - Navettes autonomes sur coussin d'air et moteur linéaire

Message non lupar nanar » 10 Sep 2019, 16:01:36

Bonjour

Il y a plus de 20 ans, Michel Bigey, un des fondateurs du GETUM (Groupement pour l’étude des transports urbains modernes) , écrivait :

"Un métier d'avenir : l'invention de moyens de transports"

Il faut être au départ doué d'un certain aplomb, connaître l'art de convaincre. Il faut aussi être débarrassé d'un certain nombre de craintes et de scrupules qui ne sont pas justifiés en l'espèce. Et d'abord ne pas être arrêté par le fait qu'on ignore tout du problème.

[L'expérience] ne sert à l'inventeur que si son invention doit être utilisée. Or on rétrécit considérablement l'éventail des inventions possibles si on s'impose au départ une condition aussi restrictive : faire une invention utilisable.
Il faut songer à l'utilité de l'invention pour ceux qui, à défaut d'améliorer ce qui existe et d'équiper là où ce serait utile, doivent détourner l'attention du public, alimenter ses rêves, lui promettre des après-demain qui chantent.  
Bref vous n'aurez pas à chercher longtemps, et c'est normal car vous n'êtes pas chercheur, mais inventeur.

Pour la présentation il vous sera nécessaire de faire quelques schémas et dessins. Rassurez vous, personne ne vous posera de questions sur autre chose que le principe de fonctionnement ; la complexité est coûteuse à réaliser, mais pas à dessiner.

Si vous êtes bien introduit dans les milieux technocratiques, vous pourrez obtenir quelques miettes des importants crédits prévus par différents ministères, de quoi faire un petit tronçon d'essai, une maquette, ou pour le moins une plaquette polychrome sur papier glacé. Tentez d'abord la plaquette, que vous enverrez aux journaux et dans les ministères.
[fin de citation]

Depuis, un élément de diffusion grand public s'est ajouté, internet, qui ne diminue en rien la valeur de l'article. ::)

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème"
Avatar de l’utilisateur
Métro C
Passager
Messages : 916
Inscription : 08 Mars 2009, 18:33:04

Re: TELEBUS - Navettes autonomes sur coussin d'air et moteur linéaire

Message non lupar Métro C » 10 Sep 2019, 17:23:08

Re,

excellent ;D Et malheureusement très réaliste, pour avoir assisté il y a deux ans à une présentation du fondateur de Supraways, c'est exactement ce qui se passe ! Et le pire c'est que ça marche : ils obtiennent des crédits de l'état comme si l'argent pleuvait. Les grandes opérations type JO ou Grand Paris sont particulièrement favorables à ce phénomène... J'ai aussi eu l'occasion de travailler récemment avec une PME ""innovante"" dans le ferroviaire qui arrive à faire de l'argent sans avoir vendu le moindre produit : trop fort !

A+
:)

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot], Micka69, Tipaul et 68 invités