Page 9 sur 9

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 11 Sep 2019, 23:17:46
par alecjcclyon
Notre journaliste anti TOP a sorti un nouvel article, sortez les billets ! Ah non attendez à moins que le TOP ne se réalise pas.
Pauvre métro E qui va se sentir abandonné ^-^
Bon avec 4 milliards on pourra réaliser d'autres projets de TC (RER,prolongements métros,tramways) et la somme de 1,2 à 1,5 milliard ne représente pas grand chose hein...
https://www.lyoncapitale.fr/mobilites/l ... r-l-a6-a7/
Lyon 2030, ses collines, sa gastronomie, une future autoroute urbaine à l'ouest et des péages ? Mardi 27 août, lors de sa visite de rentrée, Gérard Collomb n'avait pas manqué de rappeler son attachement à l'Anneau des sciences. Ce projet en partie enterré, mais avec des échangeurs à l'extérieur, est censé boucler le périphérique de Lyon à l'horizon 2030 (désormais on parle de 2035, voire 2040). Néanmoins, l'infrastructure déjà décriée par sa nature dans un contexte marqué par la crise climatique et la nécessité de réduire le trafic routier dans les villes selon un rapport de l'Anses, pourrait désormais bien agacer ses défenseurs. En effet, interrogé sur le financement estimé entre 3 et 10 milliards d'euros


Affaire à suivre !

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 24 Sep 2019, 20:53:48
par greg59
Lyon : Macron met un clou dans le cercueil de l'Anneau des sciences

Selon nos informations, depuis plusieurs semaines, le gouvernement est ferme sur cette infrastructure et ne veut pas en entendre parler pour plusieurs raisons. On retrouve celle du contexte écologique, mais aussi une autre liée à la sécurité, avec le risque de voir ce chantier occupé par plusieurs ZAD (zones à défendre). "C'est un Notre-Dame-des-Landes puissance sept", souffle une source proche de l'État, sept comme le nombre des portes, en réalité des échangeurs qui doivent être construits pour certains dans des zones encore boisées de la métropole

Sans l'État, le projet sera particulièrement difficile à financer, pour ne pas dire impossible. De son côté, le maire de Lyon met sur la table la possibilité de le faire grâce à un péage (lire ici). "Cela ne suffira jamais à financer une infrastructure estimée entre 3 et 5 milliards d'euros, voire plus", confie cette même source proche du ministère des Transports "Avec une concession offerte à un grand groupe et un péage, on risque en plus de souffler sur les braises des Gilets jaunes".

Depuis début septembre, le constat est le même du côté de certains proches de Gérard Collomb et David Kimelfeld : "Même avec un péage", "on ne pourra pas financer l'Anneau des sciences". De son côté le président de la métropole, David Kimelfeld, entretient le flou et devrait prochainement dévoiler des possibles alternatives à l'infrastructure. Alors que certains membres de l'entourage de Gérard Collomb lui reprochent d'avoir "levé le crayon" et qu'à cause de cela "l'Anneau des sciences ne pourrait voir le jour qu'en 2035", la question des alternatives semble aujourd'hui incontournable. Dernier précédent en date, l'A45 qui devait relier Lyon à Saint-Etienne avant d'être abandonnée par le gouvernement alors que la procédure de concession avait déjà été engagée et la réflexion sur les alternatives oubliées. Pour le financement de l'Anneau des sciences, le message est donc clair dès à présent.

https://www.lyoncapitale.fr/actualite/l ... um=twitter

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 25 Sep 2019, 10:28:23
par xouxo
Merci pour l'info greg59.
Où l'on s'aperçoit que ce genre d'autoroute coûte beaucoup d'argent, même avec un péage qui semble toujours trop cher! Au moins, si on peut éviter un scénario à la TEO ou c'est tout le monde qui paie pour calmer la colère des automobilistes...
Espérons en tout cas que celà ne servira pas de prétexte pour retarder le réaménagement A6/A7.

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 14 Oct 2019, 14:59:52
par to8d
Ils devraient segmenter le trajet, en commençant par exemple par Valvert-Beaunant pour limiter la dépense.

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 15 Oct 2019, 09:42:08
par xouxo
Attention : on risque de saturer les routes se trouvant dans le prolongement de la section construite et du coup se trouver dans l'obligation des construire le reste rapidement sous la pression des riverains.

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 19 Oct 2019, 16:44:40
par BBArchi
Oui. C'est en gros la stratégie mise en oeuvre au XXe siècle pour créer un effet d'enchaînement obligé, pour désaturer / désengorger les bouchons créés... à chaque nouvelle voirie.

Je crois qu'on appelle ça l'effet d'aspirateur à voiture, ou un truc du genre. :crazy2:

But recherché : la constitution et l'entretien de carnets de commandes pour faire tourner l'économie. :)
Sinon, il faut occuper les gens autrement, et c'est compliqué... (vous avez dit trafic de pro duits zillicites?)

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 29 Nov 2019, 23:12:52
par alecjcclyon
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/l ... passe/amp/
Qui remportera les municipales ? En tout cas que le meilleur gagne.

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 30 Nov 2019, 18:43:44
par BBArchi
que le meilleur gagne.

?
Le meilleur.
Oui, mais en quoi ? :angel:

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 30 Nov 2019, 18:47:13
par alecjcclyon
Le meilleur "discours". Il faut bien que quelqu'un gagne. :)
Fin du HS

Re: Le "TOP" (Tronçon Ouest du Périphérique)

Publié : 13 Jan 2020, 16:29:38
par nanar
Bonjour

Un nouvel article intéressant de Florent Deligia dans Lyon Capitale
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/l ... ns-l-aile/

À Lyon, certains candidats aux élections, comme Gérard Collomb, défendent l'idée d'une nouvelle autoroute qui serait "propre" et "écologique", grâce aux voitures électriques et à hydrogène. Après une publication française, une étude anglaise balaie le fantasme "du zéro émission".

La future autoroute urbaine de l'Anneau des Sciences, censée boucler le périphérique à l'Ouest, pourrait-elle être "propre" et "écologique" grâce aux voitures électriques et à hydrogènes ? C'est ce que défend le candidat aux élections métropolitaines Gérard Collomb, quitte à se faire taxer une nouvelle fois de "greenwashing" après les bacs à fleurs condamnant les voies de bus et vélo dans le centre-ville de Lyon.

En juillet, une étude de l'Anses sur les "Particules de l'air ambiant extérieur" rappelait qu'une partie de ces particules ne sont pas émises par les pots d'échappement, mais issues de l'usure et de l'abrasion : pneus, freins, chaussée... Véhicules thermiques comme électriques ou à hydrogène participent ainsi à l'émission de ce type de particule, souvent de plus petites tailles (les PM 2.5 sont 40 fois plus fines qu'un cheveu). Ainsi, elles peuvent passer dans le sang, atteindre le cerveau ou se loger dans le placenta des femmes enceintes et ne sont pas bloquées par les masques ou muqueuses.

Pour l'Anses : "les preuves d’effets néfastes sur la santé liés à l’exposition aux émissions issues du trafic routier sont fortes". Elle préconisait de "réduire drastiquement l’émission de polluants","le renforcement des transports en commun, de l’intermodalité et de modes actifs de transport comme la marche à pied ou le vélo", encourager des alternatives comme l'électro-mobilité, mais "surtout la réduction du trafic" (l'électro-mobilité étant également source de particules).

Une nouvelle étude britannique

En 2019, une étude venue du Royaume-Uni indiquait déjà que 50 % de l'émission de l'ensemble des particules dues aux transports sont issues des freins, pneus et routes, sans distinction de motorisation. Début 2020, une publication scientifique dans la revue Metallomics (lire ici) suggère que les particules issues du freinage sont aussi dangereuses que celles de la combustion du diesel. Métalliques, elles représenteraient un risque pour le système immunitaire, et augmenteraient la probabilité de développer un cancer des poumons.

Pour les chercheurs, seulement "7 % des particules très fines de type PM 2.5, provenant du trafic routier, viendraient des gaz d'échappement. Le reste est issu de sources comme l'usure des pneus, des embrayages, des freins, mais aussi de la remise en suspension de la poussière sur la route". À elles seules, les poussières issues du freinage représenteraient 20 % de l'ensemble des particules fines PM 2.5 dont l'origine vient du trafic.

"Il n'y a pas de véhicules zéro émission"

Selon les chercheurs, même s'il est important de se pencher sur les émissions dues à la combustion, ce n'est pas le seul problème. "Il n'y a pas de véhicules zéro émission. Avec les mesures de réduction des émissions d'échappement qui entrent en vigueur, les autres sources d'émissions de particules sont susceptibles de devenir plus importantes" précisent-ils. En effet, si les voitures électriques bénéficient de système de récupération d'énergie au freinage, ce qui réduit les émissions, elles sont aussi plus lourdes, ce qui a tendance à augmenter les émissions de particules non liées aux gaz d'échappement.

L'idée d'une autoroute "propre" qui accueillerait uniquement des voitures électriques et à hydrogènes reste donc un mythe. D'autant plus que pour l'instant, les ventes de véhicules dans le Rhône font la part belle à des voitures thermiques dont le poids moyen augmente. Plus lourdes, elles pourraient donc générer potentiellement plus de particules dues aux freinages (lire ici). Ces derniers mois, la science ne va donc pas dans le sens... de l'Anneau des Sciences.



A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."