Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 23 Sep 2018, 00:29:53

Bon, ce n'est pas tout à fait Grenoble <> Gap, mais il s'agit d'une des deux dernières liaisons en train de nuit qui passe par Livron et Gap pour monter à Briançon...
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... enoves.php

Les deux dernières lignes de train de nuit en France vont être maintenues et leurs voitures rénovées pour 30 millions d'euros, a annoncé samedi la ministre chargée des Transports Élisabeth Borne. "L'État s'engage pour la pérennité des deux lignes de nuit existantes, Paris-Briançon mais aussi Paris-Rodez/Latour de Carol", a déclaré Mme Borne, selon son ministère. La ministre s'exprimait à sa descente du train de nuit en gare de l'Argentière-Les-Ecrins (Hautes-Alpes).

"La convention actuelle entre l'État et la SNCF doit s'arrêter en 2020: je vous annonce qu'elle sera reconduite au-delà, ce qui veut dire que nos trains de nuit continueront", a indiqué la ministre sans donner plus de détails sur l'engagement financier futur de l'État. Actuellement, l'État subventionne à 50% le fonctionnement des lignes de nuit, à hauteur de 20 millions d'euros. La ministre a également annoncé que "l'État (allait) financer la rénovation des voitures des trains de nuit. Au total, l'État engagera donc plus de 30 millions d'euros pour cette rénovation, et les travaux commenceront dès l'année prochaine". Elisabeth Borne a exprimé son "inquiétude" quant à l'état du matériel roulant, dont la dernière rénovation date de près de dix ans.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 29 Mai 2019, 21:25:55

Ce qui devrait aller de soi... ne semble pas aller simplement de soi.

Des travaux l'année prochaine sur la section Veynes <> Livron, avec arrêt total de circulation ...
Il paraîtrait assez logique de faire passer le Paris <> Briançon par Grenoble <> Veynes...
Sauf qu'il faut faire de grosses études pour vérifier si c'est possible...
A part la rampe pour passer à la Croix Haute... je ne vois pas vraiment en quoi consiste la difficulté ; d'autant qu'avec les nouvelles locs, on serait encore dans l'épure.
Mais l'idée est en l'air.

http://alpesdusud.alpes1.com/news/haute ... it-par-gap

(J'ai quand même un peu de mal. Les 2 itinéraires passent par Gap...) ::)
TRANSPORT / La députée haut-alpine a interpellé la directrice d'Intercités Delphine Couzy

- Hautes-Alpes -

Après la venue de Jean-Baptiste Djebbari dans les Hautes-Alpes, Pascale Boyer ne désarme pas pour défendre le ferroviaire. La députée LREM des Hautes-Alpes a interpellé la directrice d’Intercités quant à la « pérennisation du train de nuit » entre Paris et les Hautes-Alpes durant les travaux en 2020. En effet, selon la responsable d’Intercités Delphine Couzi, le volume de trafic sur l’ensemble de la ligne sera réduit de 25 % en 2020.

La majorité des travaux ayant, par ailleurs, lieu sur le tronçon entre Livron et Aspres-sur-Buëch, la portion sera fermée entre fin mai et fin juillet et entre mi-octobre et mi-novembre.

Enfin, dès avril 2021, après les vacances d’hiver, la ligne entière sera fermée pendant neuf mois. Si des alternatives en bus sont annoncées, cela n’est pas suffisant pour la Parlementaire haut-alpine qui demande la mise en place de « services à la hauteur de l’enjeu de mobilités ». Elle demande également des précisions quant aux études actuellement menées et qui permettront de savoir si le train de nuit pourrait passer entre Grenoble et Gap pendant les neuf mois de travaux.

Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
Airbus
Passager
Messages : 1146
Inscription : 16 Août 2011, 10:37:07
Localisation : Lyon 3

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Airbus » 04 Juin 2019, 09:52:08

BBArchi a écrit :Ce qui devrait aller de soi...
A part la rampe pour passer à la Croix Haute... je ne vois pas vraiment en quoi consiste la difficulté ; d'autant qu'avec les nouvelles locs, on serait encore dans l'épure.


Je crois que la difficulté ... c'est la SNCF qui ne rêve semble-t-il que d'une chose, fermer toutes les lignes non tégévisables !
Bien sûr, je caricature le propos, mais il me semble qu'il est temps d'ouvrir l'exploitation du réseau ferré national à d'autres opérateurs plus ferroviphiles que la SNCF dont le bilan, sur le plan des fermetures de ligne, est vraiment désastreux.
Les travaux sont souvent un prétexte. On se souvient de la ligne de St Claude où, pour des raisons de travaux, on a fermé l'exploitation ferroviaire, laquelle n'a jamais été totalement rétablie. Et les exemples de ce type sont hélas nombreux !
Avatar de l’utilisateur
Lyonrail
Passager
Messages : 731
Inscription : 22 Nov 2004, 10:31:05
Localisation : Villars Les Dombes
Contact :

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Lyonrail » 04 Juin 2019, 11:55:35

Le souci (aux yeux de SNCF) de faire passer le train de nuit par la Croix Haute, c'est que ça veut dire ouvrir les gares de la lignes à la circulation en nocturne (donc personnel à payer en plus). De même, je suis pas sûr que les 75300 soient autorisées sur la ligne Grenoble-Gap, pas plus que les conducteurs du dépôt de Portes-les-Valence qui assure la traction de l'ICN entre Valence et Briançon.
Rémi
Passager
Messages : 5665
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Rémi » 05 Juin 2019, 09:18:26

Salut

Oui, c'est plutôt ce genre de questions. Sans compter que Vif - Aspres sera suspendue à la circulation en décembre 2020 aussi, puisqu'il n'y a pas de financement pour le renouvellement de la ligne...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
Lyonrail
Passager
Messages : 731
Inscription : 22 Nov 2004, 10:31:05
Localisation : Villars Les Dombes
Contact :

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Lyonrail » 05 Juin 2019, 12:27:37

Et que se pose aussi la question du nombre limite de circulations autorisées sur la section cantonnée en VUSS.
Avatar de l’utilisateur
Gil-Puy26
Passager
Messages : 96
Inscription : 20 Fév 2013, 21:25:24
Localisation : Val de Drôme

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Gil-Puy26 » 07 Juin 2019, 21:48:44

Airbus a écrit :Bien sûr, je caricature le propos, mais il me semble qu'il est temps d'ouvrir l'exploitation du réseau ferré national à d'autres opérateurs plus ferroviphiles que la SNCF dont le bilan, sur le plan des fermetures de ligne, est vraiment désastreux.!

On a beau ouvrir le réseau à d'autres opérateurs, si les infrastructures ne sont pas maintenues en bon état, les opérateurs alternatifs ne pourront pas mieux faire circuler des trains.
ANTWERPEN-CENTRAAL - ANTWERPEN BERCHEM- MORTSEL - HOVE - KONTICH - DUFFEL - SINT-KATELIJNE WAVER - MECHELEN NEKKERSPOEL - MECHELEN - WEERDE - EPPEGEM - VILVOORDE - BRUSSEL-NOORD - BRUSSEL-CONGRES - BRUSSEL-CENTRAAL - BRUSSEL-KAPELLEKERK - BRUSSEL-ZUID
Avatar de l’utilisateur
Airbus
Passager
Messages : 1146
Inscription : 16 Août 2011, 10:37:07
Localisation : Lyon 3

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Airbus » 10 Juin 2019, 15:37:25

Certes, mais le gestionnaire du réseau est censé encaisser des péages de la part des opérateurs pour les circulations. Ensuite, chaque opérateur ajoute ses propres charges de fonctionnement et on sait qu'au final, la SNCF arrive à des sommets de l'ordre de 25 € au km, ce qui met hélas le transport ferroviaire dans une situation particulièrement inconfortable. D'autres opérateurs peuvent avoir des frais moins plombés par l'Histoire, et donc moins élevés. Dans ces conditions, on est en droit d'attendre des prix de revient au km moins lourds, et dès lors, on peut espérer mettre un terme à ces fermetures de lignes trop nombreuses à mon goût.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 11 Juin 2019, 19:44:00

En mettant comme préambule l'ouverture à la concurrence avant même de parler de révision du référentiel d'entretien des lignes à refiler au privé à ouvrir à la concurrence et du mode de financement... 'on' pourrait expliquer un truc ? Comment on pose les sous (qui actuellement arrivent, mais en quantité déjà insuffisante) dans la poche du gestionnaire, et qui n'y entreront plus à partir du moment où un 'concurrent' ramasse la monnaie à sa place ? :coolsmiley:

Le raccourci est hâtif certes, mais sans rentrer dans les détails de la tuyauterie financière actuelle (qui mériterait sans doute un 'toilettage' à la brosse métallique), c'est quand même assez fumant de voir que les tenants du concept d'ouverture à la concurrence ne fournissent quasiment jamais ne serait-ce qu'un début de proposition pour résoudre cette incongruité. Parce que même s'il reverse une partie de la somme au titre de péage ou d'indemnité, la partie qu'il conserve très logiquement (au titre des charges, des bénéfices et tutti quanti) ne va pas dans le budget de l'entretien...

On ne pourrait pas commencer dans l'autre sens ? Scénario façon 'Tontons flingueurs' : Vous voulez participer à l'appel d'offres / appel de candidatures pour exploiter une ligne ? OK. Vous mettez d'abord sur la table le chèque pour la remise à neuf de la ligne. Ensuite on verra, après encaissement, la durée de la concession. Voire même un peu plus, puisque il est notoire que ces candidats ne vont certainement pas se précipiter sur les lignes 'moins rentables' puisque la notion de service public leur est relativement étrangère par définition... et qu'il faudra bien trouver les sous qui manquent déjà (si on ne les a pas retrouvé par miracle entretemps...)

Avec un principe pareil, on verrait réellement les structures motivées. Quoi, raisonnement de pilier de comptoir ? ??? :coolsmiley: Non, non. Juste résumé en langage court et accessible.
Pour l'instant, on mélange de l'intérêt public avec des comportements privés, avec pas beaucoup de régulation ni de contrôle effectif pour vérifier que les règles soient réellement saines (cf le feuilleton de l'aéroport de Toulouse, au hasard...)

En attendant, il va falloir programmer fissa un passage sur cette ligne et celles environnantes avant qu'ils nous fassent le coup d'Eygurande-Merlines et son étoile... >:( :knuppel2:
Sortie Lyon en lignes ? Mais ça coûtera plus cher qu'une journée à Lyon... :-\


Edit : et pendant ce temps là... https://www.20min.ch/ro/news/suisse/sto ... 5-27823294
Suisse : Près de 13 milliards pour le rail d'ici 2035
Plus de 200 projets visant à renforcer les infrastructures ferroviaires du pays ont été validés par le Parlement mardi.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 17 Nov 2019, 00:30:28

Vu sur le blog Raildusud :
http://raildusud.canalblog.com/archives ... 42355.html
28 octobre 2019
Grenoble-Veynes : alors que des collectivités sont prêtes à payer, c’est l’Etat central qui menace la ligne

Le comité de pilotage sur le projet de rénovation de la ligne Grenoble-Veynes (110km) qui devait se tenir à la préfecture de l’Isère le 22 octobre a été annulé et reporté au 16 décembre. Les associations d’usagers et cheminots, qui évoquent « un nouvel affront », ont manifesté pour dénoncer les manquements de l’Etat. Les collectivités territoriales se sont engagées à verser des subventions pour sauver cette ligne de grande valeur alors même qu’elle est pleine propriété de l’Etat et que sa maintenance ne relève pas de leur compétence. Une fois de plus c’est l’Etat central et jacobin qui menace le réseau interrégional d’une énième liquidation d’infrastructure pour un devis global de renouvellement de la section Vif-Aspres-sur-Buëch d’environ 50 millions d’euros. Des manifestations auront lieu tout au long de la ligne le 9 décembre. (Lire aussi notre article du 4 octobre 2019).

Le retard de l’Etat menace le lancement des travaux et le maintien de l’exploitation

Certes le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait précédemment annoncé dans un entretien publié par Le Dauphiné Libéré le 21 septembre que « l’Etat prendrait pleinement sa part » dans le financement du sauvetage d’une ligne dont la superstructure est en voie d’obsolescence, avec une trop classique menace de fermeture dès la fin 2020. « Cette ligne des Alpes est structurante pour le territoire d’autant plus qu’il ne présente pas de vraies alternatives routières », déclarait-il. Toujours dans Le Dauphiné Libéré, un membre du collectif de l’Etoile ferroviaire de Veynes, Lionel Perrin, expliquait le 23 octobre : « M. Djebbari avait dit que les travaux se feraient en 2020 et qu’une décision serait prise à la fin du mois de septembre et on est à la fin du mois d’octobre et rien n’est décidé ».

Les conventions de financement devaient être signées en novembre 2019 pour que les travaux puissent être exécutés en 2020 et éviter une fermeture. Or, souligne le sénateur de l’Isère Guillaume Gontard, « l’argent est là et le tour de table des collectivités locales a été fait ; il manque seulement un engagement concret de l’Etat ». Des travaux de maintenance d’urgence sont évoqués pour maintenir l’exploitation jusqu’en 2021, mais ils ne feraient qu’alourdir la facture finale.

La tactique est usée jusqu’à la corde : l’Etat central retarde, la situation devient intenable, SNCF Réseau doit reporter sur route et le tour est joué. Le Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes redoute que si l’exploitation de la ligne vient à être suspendue, « certains partenaires ne voudront plus payer ». Déjà, le président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez est revenu sur sa décision de porter sa subvention à 10 millions d’euros, ramenant sa proposition à 6 millions. La Métropole de Grenoble a assuré qu’elle verserait une part de financement d’au moins 2 millions d’euros.


Même si la fessée est interdite, que penser d'une petite distribution amicale de quelques claques, histoire de faire quitter à certains verrous étatiques un état de sidération préjudiciable à la parfaite conduite de leur activité ?
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5665
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Rémi » 17 Nov 2019, 18:19:34

Salut

Les ministres techniques parlent... mais si Bercy ne lâche rien, ils peuvent s'agiter tant qu'ils veulent. Le problème de fond - sur bien des sujets - est là. Ce qui est préoccupant, c'est que Matignon ne daigne pas arbitrer... ou arbitre en défaveur du secrétaire d'Etat, mais sans le dire.

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 17 Nov 2019, 22:20:08

Et après, il sera de bon ton de s'offusquer de ce que certains, prenant la mesure de ce qu'il reçoivent en regard de ce qu'ils payent, passent en mode énervé, et descendent dans la rue ?
Une fois passé les parlottes du style 'on récolte ce que l'on sème', 'Yzonka retrousser les manches cette bande de feignasses au lieu de pleurnicher', les décideurs institutionnels proposent quoi aux habitants, citoyens, gens des coins divers de France qui pensent qu'il y a une autre vie, respectable et loyale, ailleurs qu'à Paris ?
Ces décideurs qui vivent, faut il le rappeler, aux dépens de ces gens des 'territoires' puisqu'il paraît qu'il ne faut plus dire 'campagnes' ?
Ah oui, c'est vrai. La 'dette'.
Il faut par exemple vendre la Française des Jeux pour 'quelques' milliards, alors que le chiffre d'affaire annuel, rien que pour l'an passé, se monte à 16 milliards d'euros. Même sans confondre chiffre d'affaire et bénéfices utilisables directement, cela fait beaucoup de sous qui ne vont donc plus rentrer dans les caisses chaque année. Genre les autoroutes.
16. Milliards. D'euros. PAR AN.
Une fois vendue, on trouve les sous annuellement où ? Dans ma poche ? Y a déjà plus rien ! Ils vont saisir les pantalons ?
Est-ce que les gens se rendent seulement compte de ce qui est en train de se passer ?

Matignon semble plus tétanisé par les gilets jaunes que par une nécessité d'agir vite pour cesser de partir dans le décor. Un comble !
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5665
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar Rémi » 18 Nov 2019, 17:06:03

Salut

Dis-toi bien que la logique de Bercy, c'est juste de boucher les trous avec une vision des comptes à un horizon maximal de 6 mois. Peu importe que cela reporte le sujet sur le futur, ce qui compte, c'est le budget de l'année X. Le reste, ce n'est pas leur sujet.
De la même façon que certains s'offusquent d'une hausse des taxes de 1 à 2 centimes sur les carburants, quand bien même le carburant pèse bien moins lourd dans le pouvoir d'achat qu'en 1970.

A mon avis, il y a bien d'autres angles de mécontentements que celui qui "s'exprime" depuis un an... car au final, on ne sait même plus quelles sont les revendications (à supposer qu'il y en ait de réelles).

Pour en revenir à la ligne des Alpes, la position de l'Etat est sans réelle surprise, fidèle à sa grande tradition. C'est pour cela, à mon sens, qu'il faut changer l'échelle d'analyse. On peut attendre le "grand soir" d'un Etat vertueux. Mais on risque d'attendre longtemps, quelle que soit la sensibilité politique des gouvernements qui se succèdent. Si on attend l'Etat, c'est simple, c'est le démantèlement. Ce qui veut dire faire sans... et que par conséquent, l'acte premier, c'est une décentralisation claire et massive... avec d'abord une autonomie de ressources des collectivités locales. Les Régions actuelles dépendent quasi exclusivement des dotations de décentralisation. Ce sont des Etablissements Publics Régionaux, comme entre 1972 et 1982. Les missions augmentent et dans de nombreux domaines on a repoussé le tas de sable. Les ressources stagnent ou diminuent. Par conséquent, l'acte 1, c'est un pouvoir de recettes. Ensuite, ce qu'on en fait en découlera assez logiquement. Dans le domaine ferroviaire, cela passera probablement par le retranchement de lignes du réseau national pour les confier aux Régions... avec au passage une jolie joute en perspective sur les questions sociales, statut etc... Mais entre changer de statut et avoir des lignes actives ou conserver le statut pour 30% de lignes en moins, le choix va être cornélien... pour certains car je pense qu'il y a déjà pas mal de monde qui a validé la première alternative, mais ne peut pas trop le dire !

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13589
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Grenoble-Gap : La ligne des Alpes

Message non lupar BBArchi » 18 Nov 2019, 17:18:51

Complètement d'accord. D'autant que la Cour des Comptes vient d'en remettre une couche en 'oubliant' - sciemment ou non- de préciser dans quels services il serait "souhaitable" d'appliquer du correctif saignant ; cet oubli -fâcheux, pour le moins- permet d'allumer sans discernement la totalité du bastringue, et d'alimenter la mode de la privatisation sans nuance.

J'aime bien la Cour des Comptes et son rapport annuel, dont la lecture est l'occasion de plaisirs simples, vifs et variés, à accompagner de préférence par un breuvage liquoreux de teinte marron plus ou moins soutenu, mollement installé dans un fauteuil confortable, au pieds des charentaises tout aussi confortables et amorties, au coin d'une flambée réjouissante de bûches de hêtre et de charme additionnées de temps en temps d'une buche de bouleau pour son odeur de caramel, délicieusement sucré...

Seulement des fois, on se redresse brusquement en disant "P ... n ! Crénom ! Ça va pas, là... !".
Et pour le coup, là, je ne partage pas les conclusions ni la méthodo.

Graduellement on en vient aux prédictions faites il y a maintenant une quinzaine d'années, traitées à l'époque de pensées catastrophistes mal venues.
"Mesdames Messieurs, on ferme !"
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 182 invités

cron