Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 02 Avr 2016, 17:50:07

Mazette, ces chiffres ?!?!?? :o C'est du lourd !
Vu les conversations de comptoir qui elles, sont actives H24 sur le sujet, on peut légitimement se demander pourquoi il n'y a pas plus de volontaires pour ces "métiers de feignasses"... ::)
Et tous les conducteurs qui s'occupaient du fret, "avant", ils sont tous partis à la retraite ?
Et pas de possibilité de leur proposer de faire du rab, bien payé, plutôt que de ne pas assurer des trains ? ??? On se heurterait à l'argument de la sécurité, ou un truc du genre ? :-\
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Pp87
Passager
Messages : 219
Inscription : 13 Oct 2011, 21:49:50

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Pp87 » 03 Avr 2016, 18:55:20

Le Populaire le 02/04/2016

Fermetures de gares en Limousin : la région brandit la convention

Le président de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Alain Rousset, rappelle au directeur régional de la SNCF les obligations de cette dernière.


Plus d'informations http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/04/02/fermetures-de-gares-en-limousin-la-region-brandit-la-convention_11852262.html
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 04 Avr 2016, 15:05:52

Salut

Sur les mécanos, c'est simple : ils sont pour partie en IDF, où il y a aussi des trous à boucher... et puis là, ça se voit et c'est un coup à faire la Une de TF1 20 heures. Avantage, comme c'est hors de leur périmètre habituel, c'est mieux payé donc ils y vont avec un peu plus d'allant... mais ça se répercute sur la régularité via les comportements de conduite.

En fait, le carnage programme, ce n'est pas qu'en Auvergne et Limousin. C'est partout, et on cache la misère en Ile de France...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 04 Avr 2016, 21:41:39

Quand en plus l'équipe politique en fait des tonnes...
http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 53604.html

L'usager du train Paris - Clermont, "un citoyen de seconde zone" mis dans "des vieux wagons recyclés" et "chahuté dans tous les sens" ? Laurent Wauquiez n'est pas tendre avec cette ligne ferroviaire qui relie l'Auvergne à la capitale. Sur les conseils du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Petit Journal a demandé à ses usagers ce qu'ils en pensaient...


Cette semaine, Laurent Wauquiez s'en est pris au train Clermont-Paris et à son terminus : la gare de Bercy. Dans La Montagne, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait déclaré que "l’Auvergnat ne doit plus être traité comme un pouilleux en arrivant dans une gare de deuxième zone". Il avait annoncé des travaux et même le changement de nom de la gare parisienne en "gare d'Auvergne".

> LIRE AUSSI : La gare de Bercy pourrait être rebaptisée gare d'Auvergne

Propos réitérés cette semaine à l'Assemblée nationale."Vous avez déjà pris le train Paris-Clermont ? Prenez le !", a lancé Laurent Wauquiez aux journalistes présents avant de décrire un trajet sur la ligne qui relie l'Auvergne à la capitale.

"Il y a juste le sentiment d'être un citoyen de seconde zone. On arrive dans une gare qui n'est pas une gare ; on monte dans une rame dans laquelle on vous a mis des vieux wagons qui ont été recyclés de toutes les autres lignes de France ; vous prenez plus de 3 heures pour arriver à proximité de l'Auvergne en étant chahuté dans tous les sens".

Le Petit Journal a pris les déclarations de Laurent Wauquiez au pied de la lettre et est allé à la rencontre des usagers de cette ligne ferroviaire pur savoir si'ils étaient d'accord avec les propos tenus par le président de la Région. Et les usagers interrogés ne semblent pas du même avis que Laurent Wauquiez. L'occasion pour Yann Barthès de gentiment se moquer du numéro 2 de parti Les Républicains


Mais la vraie info, elle est là : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 45632.html

On n'est pas capable de maintenir un outil en état correct, mais on va changer de nom un lieu. C'est chic, pas cher, efficace, beaucoup moins compliqué, et ça va faire l'occase de faire valser les petits fours. ::) :(
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
Stifff38
Passager
Messages : 3
Inscription : 21 Mai 2011, 20:05:12
Localisation : Grenoble / région parisienne

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Stifff38 » 12 Avr 2016, 18:14:01

Ce coup de la "Gare d'Auvergne"... j'aurais pas imaginé mieux comme poisson d'avril :bravo:

Pour en revenir à des choses plus sérieuses, je n'arrive pas à trouver la moindre info récente sur le rétablissement des circulations sur les lignes victimes du déshuntage. Quelqu'un aurait-il sous la main un état des lieux des lignes encore actuellement fermées sous ce prétexte ?
BrunoT
Passager
Messages : 271
Inscription : 01 Déc 2011, 19:08:39

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BrunoT » 19 Avr 2016, 18:07:13

BBArchi a écrit :

Mais la vraie info, elle est là : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 45632.html

On n'est pas capable de maintenir un outil en état correct, mais on va changer de nom un lieu. C'est chic, pas cher, efficace, beaucoup moins compliqué, et ça va faire l'occase de faire valser les petits fours. ::) :(


Selon le Huffington Post, http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/19/gare-paris-bercy-auvergne-bourgogne-sncf-wauquiez-sauvadet_n_9728298.html?utm_hp_ref=france&ir=France ce n'est peut-être pas aussi simple que présenté par Laurent Wauquiez. La SNCF n'a pas confirmé l'information, elle se contente de dire qu'elle va étudier la proposition. :funny:
Mais cela a donné des idées à d'autres, dont François Sauvadet (région BFC), qui a fait ce jour la même demande :pouce:
Au prétexte que les TER vers la Côte d'Or et la Saône et Loire partent de cette gare...
"Dans un communiqué, le député de Côte-d'Or explique aussi que le quartier de Bercy est historiquement lié à sa région avec le transit des bois du Morvan ou des vins de Bourgogne. Enfin, cette zone du 12e arrondissement de Paris est celle où plusieurs rues portent des noms qui sentent bon la Bourgogne."

Cela va donc être la gare d'Auvergne-Bourgogne, ou de Clermont-Dijon, voire de Wauquiez-Sauvadet ;D

Plus on est de fous, plus on rit !

BrunoT
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 19 Avr 2016, 20:07:48

BrunoT a écrit :
Cela va donc être la gare d'Auvergne-Bourgogne, ou de Clermont-Dijon, voire de Wauquiez-Sauvadet ;D



Je propose "Gare d'entre Lyon et Bordeaux" ou "Gare du Milieu". :funny:
Sinon Gare du Méridien ça sonne bien aussi... :)
Avatar de l’utilisateur
dedale
Passager
Messages : 332
Inscription : 02 Mai 2013, 09:24:38
Localisation : lyon, garibaldi

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar dedale » 19 Avr 2016, 20:22:48

Et moi, je vote pour gare de Nevers, c'est sur le chemin de l'auvergne, et pourtant c'est en bourgogne. De toute façon la vrai gare de nevers est tellement petite et inutile que cela ne fera pas grand chose d'en avoir une deuxième qui sert à quelque chose.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 20 Avr 2016, 11:45:40

De toute façon la vraie gare de Nevers est tellement petite et inutile

Je sens qu'on ne va pas être copains longtemps... :coolsmiley:
:funny:

Pas touche à la gare de Nevers. :smitten:
Elle n'est pas petite ! Ha !
Elle continue à faire vivre pas mal de monde (et elle me sert accessoirement pour mon boulot !)
Nevers est une ville qui a aussi le droit de continuer à faire partie de la civilisation, contrairement à ce que certains centralisateurs monomaniaques (et malintentionnés ?) souhaiteraient voir se réaliser...
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
dedale
Passager
Messages : 332
Inscription : 02 Mai 2013, 09:24:38
Localisation : lyon, garibaldi

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar dedale » 20 Avr 2016, 12:54:13

J'ai grandi à Nevers, c'est pour ça que me je le permets. Mais bon avec ses 3 quais et demi, elle est quand même pas énorme, et à beaucoup perdu de son importance avec les passages d'un certain nombre de train par saincaize.
Sans parler du fait que la moitié des lignes qui en parte ne sont pas éléctrifiés. Et que pour faire un lyon-nevers, la voiture est plus rapide. (le calculateur d'itinéraires de la sncf ose faire passer par Paris pour redescendre sur nevers tellement la différence de temps avec les IC ou les Ter n'est pas importantes)
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 22 Avr 2016, 12:33:52

Sauf que Nevers Lyon en voiture, faut avoir de l'appétit. :buck2: Je l'ai fait plusieurs fois, maintenant je prends le train.
Une idée de la purge : http://www.viamichelin.fr/web/Itinerair ... &corridor= :crazy2: les routes dans le secteur, c'est genre la RCEA. :uglystupid2: :buck2:

Donc, le train. Moins de fatigue, et puis je peux bosser pendant le trajet, surtout quand dans le combo, je récupère un Corail intercités... et un p'tit café sympa à la gare de correspondance :banane:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
dedale
Passager
Messages : 332
Inscription : 02 Mai 2013, 09:24:38
Localisation : lyon, garibaldi

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar dedale » 22 Avr 2016, 17:24:36

Les deux sont une purge.

Sur le train, on à réussi la prouesse de s'exploser une vache de plein front qui nous avait été renvoyé par un autre train sur les hauts avant saint germain des fossés (déjà limité à 90 en temps normal) on à fini par redémarrer au bout de 30 minutes mais à 30km/H, (pour les 30km qui restait, je te laisse faire le calcul du temps que cela à mis...) plus le temps d'attendre l'automotrice de remplacement, on est monté au double de temps de trajet. La contrôleuse qualifié cette ligne de maudite.

J'ai donc pris les deux versions de nombreuses fois, et de façon simple : tous seul = train, dés qu'on est deux = voiture.


Mais j'avoue que la ligne est pittoresque et permet de voir une nature très sauvage.
Et la voiture, permet de voir du pays, avec tout les camions étrangers, on voyage...
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 22 Avr 2016, 20:08:16

BBArchi a écrit : les routes dans le secteur, c'est genre la RCEA.


C'est la (ex-)N7, elle est souvent aménagée vers Roanne et Nevers, a moins de trafic que la RCEA et si on veut se balader, il reste la vraie ancienne N7 qui traverse les petits (et gros) patelins.
Côté tourisme il y a de quoi faire entre Lyon et Nevers : les monts du Lyonnais/Beaujolais, Roanne avec Troisgros, Lapalisse, Vichy pas très loin, Moulins, le Bourbonnais,... :smitten:
FORET
Passager
Messages : 523
Inscription : 16 Nov 2012, 22:35:54

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar FORET » 25 Avr 2016, 19:50:28

http://www.massifcentralferroviaire.com/
Avec une carte pour évaluer les dégats ......
MasterGone
Passager
Messages : 4
Inscription : 01 Mai 2013, 18:02:29

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar MasterGone » 04 Mai 2016, 00:03:48

FORET a écrit :http://www.massifcentralferroviaire.com/
Avec une carte pour évaluer les dégats ......


Une carte avec pleins d'erreurs... Nombre de lignes sur la carte étaient déjà fermées au trafic voyageurs en 1975, et même déjà aux marchandises pour certaines... Un peu gros quand même.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 04 Mai 2016, 00:59:06

Bonjour :)

Oui, et ? Qu'est ce qui est gros, au juste ? ???
Le fait que quelques inexactitudes mineures (relevées dans quelques coins obscurs infestés de chats noirs) suffiraient à disqualifier la totalité du propos ? Le procédé est devenu courant sur plein de sujets, mais devenu voyant ; Schopenhauer ? ::)
...ou la suppression des lignes ? Et là, oui, on est dans le gros. :coolsmiley:

Sur le plan pratique, il manque par exemple la ligne Firminy <> Dunières <> Bourg Argental <> Annonay <> Saint Rambert d'Albon. Mais sur la carte, c'est un tout petit morceau du département de la Loire qui est concerné... Wouha. Au bûcher !

Cette carte, même avec des erreurs (qui restent marginales, compte tenu de l'absence relative de rigueur des gestionnaires de l'époque dans la tenue du registre de fermeture), qu'elle soit de 1975, ou de 1967 histoire d'être encore plus précis, et remise partiellement à jour en 1975, traduit lumineusement la situation et l'évolution, et dans quelles embiernes on se situe actuellement >:(

Pour info, un outil très simple à comparer à différentes dates : http://www.train.eryx.net/, site de Bernard et Raymond CIMA

Une fois la visite terminée, le constat sera approximativement le même, erreurs approximatives diverses incluses : les dégourdis qui pilotent l'outil sont à la ramasse pour en faire quelque chose de pas trop savaté par le lobby autocaristes / routiers ...

;)
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 04 Mai 2016, 23:27:29

D’ailleurs en parlant de manœuvres à la ramasse : http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 89257.html

Quel avenir pour la ligne ferroviaire Clermont-Saint-Etienne ?

Que va devenir la ligne ferroviaire Clermont-Ferrand-Saint-Etienne ? La SNCF a annoncé la fermeture du tronçon entre Thiers et Montbrison pendant la période estivale. Les défenseurs de la ligne redoutent son abandon pur et simple.

Par Evelyne Rimbert
Publié le 03 mai 2016 à 12:44

Officiellement temporaire et pour des raisons de sécurité, la fermeture du tronçon Thiers-Montbrison suscite l'inquiétude de ses défenseurs. Ils sont allés le dire à Saint-Etienne.
Ils veulent éviter que la suspension des trains entre Montbrison et Clermont-Ferrand pour cause de travaux durant l'été ne soit, en fait, définitive à la rentrée. Une crainte accentuée depuis que retards, trains supprimés et bus de substitutions sont quasi quotidiens.


Une ligne délaissée

Un malaise partagé par les cheminots qui estiment que cette ligne est délaissée, voire sacrifiée. Pour preuve : la suppression de plusieurs trains pendant 4 mois, faute de conducteur et l'annonce de l'absence de contrôleurs à partir du mois d'août.
Côté SNCF, on reconnaît qu'il ne reste plus qu'un seul aller-retour par jour en TER, entre Saint-Etienne et Clermont-Ferrand via Montbrison. Les autres se font en car. La faute, selon elle, à un tronçon entre Boën et Thiers où les trains sont contraints de rouler au ralenti.


Une pétition sur internet

Une fausse excuse pour les élus locaux et pour les défenseurs de cette ligne qui relie l'Auvergne à Rhône-Alpes. L'ancien exécutif de la région s'était engagé à réaliser des travaux. Les nouveaux dirigeants devraient recevoir prochainement le collectif des élus pour la sauvegarde de la ligne Saint-Etienne-Clermont-Ferrand.
En attendant, une pétition a été lancée sur internet.


Et puis ceci, aussi ! https://www.francebleu.fr/infos/transpo ... 1461862625
L'agent SNCF qui travaillait en gare du Mont-Dore est parti en retraite vendredi. Il ne sera pas remplacé. La SNCF explique que le nombre de voyageurs qui achètent des billets de trains en gare est de plus en plus faible, ils préfèrent passer par internet. Il est vrai aussi que six mois sans train, cela n'aide pas à attirer des clients dans la gare.

Si les trains ne circulent plus, c'est à cause d'un problème sur le matériel voyageur qui était utilisé sur cette ligne. Les rames X 73 500, des autorails légers pour les lignes à faible trafic, ne sont pas toujours détectées par les circuits de voie, ce qui pose des problèmes de sécurité. Les rames doivent donc circuler obligatoirement par deux; la SNCF manque de matériel et a décidé de supprimer l'aller-retour quotidien qui circulait entre Clermont et Le Mont-Dore pour employer l'autorail sur d'autres lignes de la région.


Une voie rénovée, pour rien

Depuis tout juste six mois, les trains ne remontent plus la vallée de la Dordogne et la SNCF a entamé des travaux qui vont limiter la capacité de la ligne. La voie d'évitement de La Bourboule a été supprimée et cette semaine, la signalisation va être allégée. Désormais, les soixante kilomètres de ligne de Volvic au Mont-Dore seront exploités sous le régime de la VUTR (Voie Unique à Trafic Restreint). Il ne pourra y circuler qu'un seul train à la fois: le train de fret de bouteilles minérales de la société des Sources du Mont-Dore. Le retour d'une desserte voyageur par rail paraît impossible et la ligne semble en sursis.

Une ligne qui a pourtant été totalement rénovée il y a trois ans. La voie est neuve et peut tenir une trentaine d'années sans souci. Après la fermeture du tronçon entre Laqueuille et Ussel en 2014, c'est un nouveau tronçon de ligne qui disparaît. La gare de Laqueuille, un noeud ferroviaire autrefois très animé, sera déserte. Il ne reste plus que le trajet Clermont - Volvic encore exploité par rail, mais rien ne dit que la pérennité de cette desserte soit assurée.


Image
>:( :tickedoff:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 11 Mai 2016, 13:47:37

Salut

Attention, seul des travaux minimaux ont été réalisés entre Volvic et La Bourboule, et seule la section entre Clermont et Volvic a été, en partie, renouvelée...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 13 Mai 2016, 23:58:04

Le seul moyen pour s'en sortir, c'est de "bousculer les formateurs"... viewtopic.php?f=1&t=12729#p198108 >:D
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 19 Mai 2016, 21:41:05

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 19230.html


Intéressant. Très.

Il y a enfin des chiffres. Et des comparaisons assassines, du style : quand on met quelques milliers de millions d'euros dans un bastringue "indispensable" comme la nouvelle gare de la Part Dieu (au hasard), que représentent une dizaine de millions ? ::)

Les défenseurs de la ligne Aurillac - Brive à l’attaque
Image
Le rassemblement, avec prise de paroles, aura lieu en gare de Laroquebrou, samedi 21 mai à 10 h 30 - Agence AURILLAC

La mobilisation pour la défense de la ligne Aurillac-Brive s’accélère. Nouvelle halte ce samedi, à Laroquebrou, pour un rassemblement, suivi de la création d’un comité pluraliste.

À l’inverse des trains entre Aurillac et Brive, la mobilisation pour la défense de la ligne entre le Cantal et la Corrèze prend de la vitesse. Régulièrement dénoncée par les syndicats, la situation est désormais également critiquée par les élus, qui en appellent à leur tour aux usagers et citoyens.

Tous sont invités à participer à un grand rassemblement, samedi 21 mai à 10 h 30, en gare de Laroquebrou. Tout un symbole, puisque la gare illustrerait l’abandon progressif de la ligne par la SNCF.

« Aujourd’hui, elle ressemble plus à une friche industrielle qu’à une gare, enrage le maire de Laroquebrou Guy Blandino. Il y a de vrais problèmes d’entretien du patrimoine existant, des bâtiments comme des voies ferrées. Pour nous qui avons travaillé pour que la commune soit labellisée Petite cité de caractère, ça pose problème… »


« Dans le Cantal, les trains supprimés ne sont pas remplacés par les bus. »

Un grief parmi tant d’autres : élus locaux et syndicats dénoncent pêle-mêle les problèmes de correspondance à Brive, l’annulation de trains, les remplacements par des bus… « On a à cœur de développer le département mais pour ça, on a besoin d’outils, d’infrastructures pour nous déplacer », relève Pascal Bonneau, président de l’Association départementale des élus communistes et républicains (ADECR), qui note aussi l’absence des « bus Macron » dans le Cantal. « Le privé investit là où c’est rentable. On veut remplacer les trains par des cars or le paradoxe, dans le Cantal, c’est que les trains supprimés ne sont pas remplacés par les bus. »

Même sentiment chez Jean-Pierre Roume (PCF), vice-président en charge des transports à la Communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac (Caba) : « Le budget régional de la SNCF, c’est 28 millions d’euros de recettes commerciales et 103 millions de subventions publiques ! La question des liaisons ferroviaires sur notre territoire, ce n’est donc pas une question d’argent, mais de choix politiques. »


« Une question de choix politiques »

Des choix politiques qu’ils souhaitent donc influencer. « On sait ce qu’il manque et qui doit investir », affirme Pascal Bonneau. Et Jean-Pierre Roume de chiffrer : « Il faut 15 millions d’euros pour pérenniser la ligne au-delà de 2020. Il va y avoir une révision du Contrat de plan Etat-Région, c’est le moment de demander que des crédits soient affectés sur la partie auvergnate de cette ligne. Quand on voit que la métropole de Lyon envisage d’investir un milliard d’euros pour réaménager la gare et le quartier de La Part-Dieu, que représentent 15 millions d’euros ? Surtout qu’ils seront à partager entre la Région, l’État et la SNCF. »
Comité pluraliste

Afin d’appuyer ces propos, le PCF et l’ADECR souhaitent aussi initier, suite au rassemblement, la création d’un comité pluraliste de défense de la ligne, qui rassemblera élus, usagers et citoyens. « Le rassemblement ne suffira pas. On veut aller beaucoup, beaucoup plus loin sur cette affaire, car il en va de l’avenir du Cantal, résume Jean-Pierre Roume. Aurillac-Brive est mise à mal mais Aurillac-Capdenac est aussi sur la sellette. Aurillac serait alors un cul-de-sac ! »

Arthur Cesbron

Pratique. Le rassemblement aura lieu samedi 21 mai, à 10 h 30, en gare de Laroquebrou. Par ailleurs, une pétition pour la pérennisation de la ligne Aurillac-Brive a recueilli près de 600 signatures sur change.org.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 29 Mai 2016, 19:59:17

Saint Etienne <> Clermont-Ferrand : la fin.

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 34896.html

Clermont / Saint-Etienne : la ligne fermée 3 mois, des cars de substitution mis en place.


Le train ne circule plus, à partir de ce lundi matin et pour trois mois, sur la ligne Clermont/ Saint-Étienne, uniquement desservie par des autocars de substitution. En cause, le mauvais état de la voie, sur laquelle aucun chantier de rénovation n’est programmé.

La voie ferrée entre Thiers et Boën - sur la ligne Clermont/ Saint-Etienne - est en très mauvais état, et nécessite des travaux importants. Ceux-ci n’ont pas été inscrits parmi les priorités du Plan rail en cours, et la circulation de tous les trains est interrompue à partir de ce lundi 30 mai et pour les trois mois d’été (jusqu’au 1er septembre) entre Thiers et Boën, où la plupart des liaisons avaient déjà progressivement été transférées sur l’autocar.

Un responsable de la direction territoriale de SNCF Réseau explique que « sur cette ligne, on est au pied du mur: par les fortes chaleurs, il y a un risque d’écartement des rails sous l’effet de la dilatation, donc de déraillement, là où les traverses en bois sont défectueuses. C’est la conséquence d’une dégradation lente, et qui va maintenant de plus en plus vite; c’est une ligne en fin de vie ».

Face à ce problème de sécurité, la direction a pris la décision, « par principe de précaution », de supprimer toute circulation sur cette ligne pendant tout l’été (sauf entre Boën et Montbrison où elle sera maintenue en juin), avec mesure quotidienne de la température, et suspension si celle-ci est trop élevée.

Au-delà de la suspension estivale, c’est l’avenir même de cette ligne TER, décrite comme « insuffisamment fréquentée » par la direction de la SNCF, qui inquiète élus et usagers.

____________________________

Les nouveaux cars de substitution

Clermont > Saint-Étienne Châteaucreux
Du lundi au vendredi, 2 liaisons en car non modifiées, 12h50 et 19h20

Une liaison en train modifiée, celle de 14h14 (arrivée à 16h52) , remplacée par un car, toujours à 14h14 (arrivée à 17h40). Cette liaison liaison en car dessert toutes les gares jusqu'à Monbrison mais ne dessert pas les 6 qui se trouvent entre Monbrison et Saint-Étienne Châteaucreux.

Le dimanche, le train de 17h39 (arrivée à 20h08) est remplacé par un car à 17h30 (arrivée à 21h05). Il ne dessert qu'une seule gare après Monbrison, celle de Bonson. 5 gares sur 6 sont ne sont donc plus desservies.


Saint-Étienne Châteaucreux > Clermont
En semaine, le train de 8h08 (arrivée à 10h46) est remplacé par un car au départ de Boën (arrivée à 11h29).

Le dimanche, le train de 12h16 (arrivée à 14h55) est remplacé par un car à 12h16 (arrivée à 15h42). Le seul arrêt avant Monbrison se fait à Bonson.





J'ai un gros doute sur l'adéquation entre les horaires et les besoins... en constatant une augmentation substancielle du temps de parcours en prime !

Ça commence à ne plus le faire...
Non seulement les *responsables* s'organisent par leur inaction et les atermoiements pour tuer le train en favorisant le car, mais en plus il semble, au travers des éléments de langage et de com, qu'ils n'assument pas. Pas joli joli, tout ça...
Qu'on m'explique comment il est possible d'annoncer une fermeture pour trois mois, alors même que pour "rouvrir", il faut des travaux... qui ne sont pas programmés ! ???
Compte tenu des délais internes, il est rigoureusement impossible que ces travaux (de remplacement de traverses ?) me semble un peu juste si le diagnostic est "l'écartement des rails à la chaleur" . Et cela nécessite en amont la consultation des entreprises, l'établissement des marchés de travaux, et bien avant, la budgétisation correspondante. Ça n'a pas été fait, ce ne sera pas fait. Et les travaux, nada, nix ; que pouic.

Et j'ai la grosse question qui titille :
Une fois qu'ils auront éradiqué le coeur de leur job, pour passer à autre chose et continuer d'avoir un steak dans l'assiette, ils feront quoi dans la vie, ces gens ? :coolsmiley:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 29 Mai 2016, 20:52:07

Je vais me répéter mais bon...

Si déjà une liaison comme Bordeaux - Lyon (250 000 vers 500 000 habitants, rien qu'en population municipale) - dont la desserte était jadis assurée par l'ancêtre du TGV j'ai nommé le turbotrain (pas moi) - a été jetée en pâture au routier (car + Blablacar), comment sauvegarder une ligne TER dont le trajet prend une heure de plus que par la route (A72/A89) et dont le prix du billet (sans réduction) est celui du péage auoroutier + le carburant ? :(

Vous n'avez plus le temps de répondre, la ligne est fermée. :police:

Quand on pense que ça fait près de 50 ans qu'on démolit... Comme Thiers - Ambert - La Chaise-Dieu ou Bonson - Sembadel, autres éléments de la boucle des monts du Forez dont il ne reste plus que (Saint-Étienne -) Bonson - Montbrison (- Boën ?). >:(
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 30 Mai 2016, 00:22:53

Ne perd pas de vue que l'essentiel du trafic (et des recettes) de ces lignes provenait de l'exploitation des résineux pour le boisage des galeries de mines ; à partir du moment où ce fret a disparu, le compte à rebours mortifère était engagé. :-\

Le mauvais choix a été de ne pas s'adapter aux tarifs concurrentiels, foutu pour foutu, en ne préférant vendre avec obstination que 1 ou 2 billets à 50 au lieu de 50 billets à 20...
Stratégie suicidaire. :idiot2:
Et je ne dis en aucun cas que la stratégie du billet à 1€ ou des prem's mélangés à du "plein but" dans le même train, la même voiture, quasi les mêmes sièges, en fonction du délai entre l'achat et la consommation, du solstice d'été, de la dinde qui se fout des marrons, etc... soit plus pertinente.
Entre les 2, "y a une marge"... >:(
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 30 Mai 2016, 15:29:04

Salut

Pour mémoire :
- St Etienne - Clermont avec 5 arrêts en 2h03 par train avec une marche en X4630
- jusqu'à la semaine dernière : 2h39 avec une marche X73500
- en autocar à desserte comparable : plus de 3 heures
- en voiture par l'autoroute : 1h50

Donc sans même envisager le moindre relèvement de vitesse au-delà de la suppression des ralentissements pour mauvais état, un renouvellement permettant de revenir aux vitesses nominales aurait permis de remettre le train à un niveau de temps de parcours inaccessible en autocar et avec un faible décalage par rapport à la route.

On en arrive par ce biais à détricoter l'argument classique "le train est un transport de masse adapté aux grands axes". La preuve que non ! La monoculture du "point A - point B" est structurellement contreproductive. Les flux étant ce qu'ils sont, on aurait toutes les peines du monde à remplir un 73500 même toutes les 2 heures avec des trains directs. Ce qui dans le cas présent peut faire la force du train, c'est d'être intéressant sur le trajet de bout en bout (1/12 d'écart de temps de parcours soit 8%, ça reste plausible), et de pouvoir dans ce temps récolter des flux intermédiaires autour de Thiers, Boen, Montrbrison et autres ports de pêche locaux... (enfin pas trop quand même : 5 arrêts c'est une maille honnête).

Rémi
BrunoT
Passager
Messages : 271
Inscription : 01 Déc 2011, 19:08:39

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BrunoT » 31 Mai 2016, 11:15:07

Bonjour,

un article du Progrès de ce jour fait une synthèse du "diagnostic des lignes ferroviaires d'irrigation du territoire ARA" de mars 2016 (SNCF Réseau).

Le tableau de synthèse est édifiant :'(

Image

Après Tiers-Montbrison et Volvic-Mont Dore cette année, c'est au tour de Chauffailles-Lozanne (il me semblait que c'était la partie bourguignonne qui était encore à traiter) et Saint Etienne-Firminy (Saint Etienne Le Puy a été traitée récemment non ?) en 2017. >:( >:( >:( >:(

Seule la ligne Brignais-Tassin est en bon état et ne nécessite aucun financement jusqu'en 2025 !!!

Et l'alternance politique permet à chacun de ne rien faire (ou pas plus) et d'accuser le prédécesseur/successeur de cette situation ("vous n'avez rien fait" versus "si j'étais resté j'aurais continué à investir") :knuppel2: :knuppel2:

@+

BrunoT
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 31 Mai 2016, 11:49:27

Salut

Il n'est pas totalement faux de dire que JJQ n'a pas porté grande attention à ces lignes en repoussant le tas de sable. Quant à l'Auvergne, à force d'attendre le TGV, elle ne s'est pas rendue compte que quand bien même il arriverait, ce serait dans un désert ferroviaire.

Ce n'est pas pour dire, mais le budget nécessaire au sauvetage des lignes existantes représente un tiers de ce qui a déjà été dépensé dans le Lyon - Turin. Et encore, si on était audacieux, on pourrait abaisser le besoin à un quart !

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 31 Mai 2016, 12:20:49

Plus de détails sur La Montagne :
http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 36279.html


Auvergne > Clermont-Ferrand 31/05/16 - 10h06
Les petites lignes ferroviaires d'Auvergne dans un état critique
Image
Photo d'illustration - SALESSE Florian


En Auvergne, la quasi totalité des petites lignes ferroviaires connaîtra dans les dix ans des mesures de ralentissement de leur vitesse ou de suspension, selon un rapport de SNCF Réseau.
Daté du 23 mars 2016, le diagnostic de SNCF Réseau (le gestionnaire du réseau ferroviaire français, NDLR) sur les lignes ferroviaires d’irrigation en Auvergne-Rhône-Alpes est inquiétant. En de nombreux points, la sécurité risque de ne plus être assurée à brève échéance conduisant l’établissement public à anticiper des aménagements ou des fermetures.

Avec des composants « hors d’âge », les voies sont le principal point faible de ces lignes de faible circulation. Les rails, le ballast, les traverses sont parfois dans un tel état qu’ils obligent à des réductions de vitesse. De lourds investissements sont aussi jugés « impératifs » pour la signalisation jugée « obsolète ». SNCF Réseau évoque un phénomène, surtout rencontré en Auvergne, de « déshuntage ». Les passages de trains ne sont pas toujours reconnus par les systèmes de signalisation.


Depuis 2008, beaucoup a été fait. SNCF Réseau a investi 150 M€ sur ses fonds propres auxquels s’ajoutent les contrats de plan Etat-Région et l’effort particulier réalisé en Auvergne avec le plan Rail. Mais cela reste insuffisant. « Le réseau vieillit plus vite que la capacité du système à financer et à réaliser des travaux », note le rapport.

Dans les dix ans, il serait nécessaire d’investir 765 M€. C’est 200 M€ de plus que le financement consenti par SNCF Réseau, l’État et les régions Auvergne et Rhône-Alpes ces dix dernières années.
Faute de financement, le rapport liste les lignes pour lesquelles devraient être prises des mesures de réduction de la performance ou qui pourraient être suspendues dès cette année à l’image des sections Thiers-Montbrison et Volvic-Mont-Dore.


Diminuer les performances signifie clairement réduire les vitesses de circulation provoquant ainsi des temps de trajet plus longs. La menace est surtout très forte en Auvergne qui possède 812 kilomètres de petites lignes sur un total régional de 1 336. Le plan rail initié en 2008 par le conseil régional a mobilisé 213 M€, mais il s’agissait de répondre à l’urgence. En réalité, les besoins étaient déjà à l’époque estimés à 518 M€.

En Auvergne, « il reste peu de lignes immunes de ralentissements potentiels dans la durée, y compris les lignes traitées par le premier plan rail », précise SNCF Réseau qui entre ensuite dans le détail de ces lignes.


• Voici les points les plus préoccupants :

Aurillac-Brive. Le plan rail ne s’est pas appliqué hors d’Auvergne. SNCF Réseau cherche des solutions pour différer de trois ans la suspension d’exploitation fixée à mai 2017. « Les périodes automnales, prévient le document, seront perturbées ».

Aurillac-Figeac. D’Aurillac à Viescamp, le risque d’une limitation permanente de vitesse à 50 km/h, en l’absence de travaux, semble inévitable à compter de 2022.

Aurillac-Clermont. La traversée de cinq gares (Vic, Le Lioran, Murat, Neussargues et Massiac) est « critique ». De même que l’état de sept tunnels dont celui du Lioran « à traiter rapidement, voire en urgence ».

Béziers-Neussargues. La gare de Saint-Flour nécessite des travaux importants pour 1,5M€. « À défaut, un ralentissement sera à envisager en 2017, voire une suspension d’exploitation quelques années après ».

Clermont-Volvic. L’état du rail entre Volvic et Durtol est vétuste. Son remplacement devient urgent. Faute de quoi, l’avenir du tronçon n’est pas assuré. Un arrêt de la circulation est envisagé en 2022. La section Durtol-Clermont est pérenne.

Laqueuille-Le Mont Dore.Des travaux urgents en gare de la Bourboule sont impératifs pour « assurer la pérennité de la ligne à très court terme ».

Clermont-Thiers. La ligne est globalement modernisée. Pas d’urgence à traiter avant 2020.

Issoire-Brioude. La section entre Arvant et Brioude est obsolète et à renouveler à l’horizon 2020-2025. Point faible : la gare de Brioude dont les voies doivent être modernisées « sous peine d’arrêt des circulations au plus tard en 2018 ».

Brioude-Langogne. Un remplacement massif de traverses entre Saint-Georges d’Aurac et Langeac a été réalisée. La prochaine maintenance est prévue en 2017, faute de quoi un ralentissement à 40 km/h est à prévoir en 2018.

Saint-Georges d’Aurac-Le Puy. Des ralentissements apparaîtront si les rails et traverses ne peuvent être améliorés.

Le Puy-Firminy. Traitée en 2014, la ligne ne présente pas de gros chantiers.

Montluçon-Gannat. Les voies entre Montluçon et Lapeyrouse ont été modernisées. En revanche, la gare de Lapeyrouse est dans un « état extrêmement critique » et celle de Commentry « nécessite un traitement urgent ».

Saint-Germain-des-Fossés-Riom. Pas de signe de vétusté, pas de travaux de voie dans les dix ans.

Fort de ce constat, un bras de fer va maintenant s’engager dans le cadre du contrat de plan Etat-Région. Laurent Wauquiez souhaite le renégocier. « Mais attention, prévient un expert, même si on avait tous les financements nécessaires, on n’y arriverait pas. SNCF Réseau n’a pas les moyens humains et il n’existe pas en France assez d’entreprises sous-traitantes et formées à ce type de travaux pour rénover tout ce qui devrait l’être ».

Richard Benguigui


(*) Jointe, la direction régionale de la SNCF Rhône-Alpes-Auvergne n’a pas souhaité s’exprimer.

> Cliquez ici pour voir l'infographie en plein écran : https://lh3.googleusercontent.com/-7eKj ... trains.JPG




Qui a dit qu'il n'y avait que des "faignants-bras cassé-assistés-mains gauche en double-etc... et toute la stupidité brute associée à ce type d'appréciation" et qu'il suffisait de se baisser pour trouver du boulot...
Et comment ça se fait qu'avec un programme pareil de travaux, personne ne se casse le gadin pour organiser la commande, le financement, et tout ça ? parce que la phrase de l'expert, tout de même, elle vaut son pesant de grattons :
« Mais attention, prévient un expert, même si on avait tous les financements nécessaires, on n’y arriverait pas. SNCF Réseau n’a pas les moyens humains et il n’existe pas en France assez d’entreprises sous-traitantes et formées à ce type de travaux pour rénover tout ce qui devrait l’être »


On a un gisement de travaux et d'emploiS, et on laisse pourrir ? C'est pas voulu, en fait ? vraiment ? >:(

Et pendant ce temps, il est question que la région coupe les subventions à des associations comme la FRAPNA, pour "faire des économies" en mettant les gens au chômage, au lieu de faire tourner l'économie (même modestement) avec les payes de ces gens...
Parfois, on se dit qu'on a des triples buses qui occupent indûment des postes de décisionnaires.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 31 Mai 2016, 14:15:43

Salut

Le problème est notamment que certaines compétences sur des métiers très techniques comme la signalisation deviennent rares et qu'il n'y a pas grand monde qui se bouscule pour renouveler les générations. Quand bien même il y aurait du monde qu'il faudrait intégrer le temps de formation. Et en l'occurrence on n'est pas sur des formations passe-partout de 3 mois.

Autre problème, les financements. Les Régions n'ont quasiment plus de ressources, l'Etat a toutes les peines du monde à honorer ses participations dans les CPER, les règles de financement de SNCF Réseau sont ce qu'elles sont. De fait, l'incertitude sur les ressources budgétaires a un effet sur les ressources humaines techniques : difficile de programmer des embauches et des formation 3 à 5 ans à l'avance quand on ne sait pas de quoi sera fait après-demain en matière de financement.

Enfin, il y a un manque d'appétence flagrant de certains élus pour le ferroviaire, notamment en Rhône Alpes et en Auvergne. Et quand ils s'intéressent au ferroviaire, c'est souvent pour des "danseuses"...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
man-x86
Passager
Messages : 1311
Inscription : 29 Jan 2009, 08:33:45
Localisation : München
Contact :

Message non lupar man-x86 » 31 Mai 2016, 14:49:32

Rémi a écrit :Le problème est notamment que certaines compétences sur des métiers très techniques comme la signalisation deviennent rares et qu'il n'y a pas grand monde qui se bouscule pour renouveler les générations. Quand bien même il y aurait du monde qu'il faudrait intégrer le temps de formation. Et en l'occurrence on n'est pas sur des formations passe-partout de 3 mois.


J'ai quelques connaissances qui travaillent dans ce domaine, 1/3 travaille en France, et aucun sur des projets situés en France :crazy2:. (Par contre le Canada semble au courant de son retard dans ce domaine :angel:).
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 12 Juin 2016, 21:09:13

Changeons un peu des mauvaises nouvelles, même si ça ne se passe pas dans le Massif Central : http://www.sudouest.fr/2016/06/12/la-va ... 3-4020.php
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 13 Juin 2016, 13:10:34

Salut

Oui... mais 4 allers-retours Pau - Oloron prolongés à Bedous et 2 prolongés à Bidos... tout ça pour à peine 50 voyageurs par jour, il y avait peut-être d'autres priorités en Aquitaine pour assurer l'avenir du réseau.

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 16 Juin 2016, 23:27:57

Oui. Mais c'est un début. :banane: On peut aussi faire la lecture du verre à moitié vide C/ verre à moitié plein...

Si les horaires sont en phase avec les attentes, ce sera déjà un point important de réglé. Pour connaitre un peu, il y a une attente certaine dans le pays, et surtout une clientèle disposée à ne pas utiliser systématiquement sa voiture, autant par contrainte économique que par choix.
Des gens "dangereux", quoi, qui réfléchissent à leur bilan écologique (au vrai sens du terme, pas selon les critères de l'écologie punitive) et qui arbitrent leur impact quotidien. pas vraiment en phase avec le discours "réaliste" des probagnoles qui finissent par pourrir la vie de façon excessive.

Mais tout dépend du prix aussi, avec en filigrane toujours les mêmes attentes qu'en Auvergne : en proportion, vaut -il mieux une personne hypothétique à 200€ plutôt que 25 à 20€, dans le même train pouvant emporter 50 personnes assises ? ???
C'est une question que les générateurs de tarifs feraient bien de se dépêcher de se poser, et fissa. :coolsmiley:


Mais bon, il y a encore quelques immobilismes bien cramponnés dans le référentiel... une preuve de plus ici : http://www.courrier-picard.fr/region/sa ... 5b0n786236

Sinon, pour rester dans le politiquement correct ... >:D
http://www.legorafi.fr/2016/06/13/confo ... dividuels/
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 17 Juin 2016, 12:01:49

Salut

Il ne faut pas pousser... pas grand monde à desservir et des dizaines de millions d'euros dans une danseuse politique alors que parallèlement on n'est pas sûr d'assurer la pérennité de ligne sur lesquelles il y a au moins 20 fois plus de voyageurs journaliers. Avant de voir ce qu'on pourrait éventuellement gagner, il faudrait éviter de perdre ce qu'on a déjà. Le pire, c'est que l'Aquitaine veut continuer jusqu'à Canfranc avec une facture d'au moins 200 M€. La fuite en avant n'est pas une façon de gérer le patrimoine...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 17 Juin 2016, 22:04:39

Faudrait savoir.

La ligne en question a du sens si on la connecte de nouveau avec le réseau espagnol.

En tant que TER seul, à usage local, ce n'est peut-être pas le meilleur outil selon les critères observables sur place depuis la fermeture de la ligne... Sauf que si on réfléchit à long terme, les données sont différentes.

Si on connecte, j'imagine mal qu'on puisse balancer des budgets à plusieurs chiffres en une seule fois, car mis à part l'infrastructure encore présente, il y a beaucoup de choses à faire revenir au niveau (ouvrages d'arts, pont, tunnels, viaducs, soutènements (et ils sont nombreux) avant de reposer une voie et tout ce qui va avec. Ce n'est pas du niveau d'une LGV, mais quand même : les montants excèdent toutes les possibilités budgétaires des collectivités régionales... alors ça s'organise.

Donc danseuse, non. Utilité collective, oui : et en tout cas, rien que le fait de réaliser ces travaux remet aussi du carburant dans l'économie locale ! pour être passé sur place il y a très peu de temps, je confirme que ces villages, des bassins d'activités plus larges, donc accessoirement le "pays" impacté par ces travaux, se réveillent de leur apparent coma : des gens y vivent, font des investissements, rénovent ... Et le pire : des gens y reviennent.

Faut savoir ce qu'on veut : si on considère que plus rien ne doit être fait nulle part sous prétexte que çà coute, c'est en gros valider le comportement suicidaire de l'austérité économique (au sujet de laquelle on n'a pas vraiment besoin d'éclaircissement pour comprendre le mécanisme et la base théorique bancale). Et on se retrouve comme des glands à attendre de devenir de vieux chênes... sur un tas de cailloux stériles.

L'argent est nécessairement à remettre là où il doit être : dans un courant de circulation, un flux économique, et pas coincé dans une tuyauterie obscure.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 18 Juin 2016, 22:37:49

Salut

Oui enfin quand même... on est à plus de 200 km de Bordeaux, et il faut arrêter de croire qu'on est sur un axe à fort trafic. Pau - Saragosse, le nombre de voitures qui font le trajet aujourd'hui doit se compter sur les deux mains. Quant au fret, on dit d'un coté que la Maurienne est un obstacle pour les liaisons France-Italie, mais le tunnel du Somport et sa rampe de 43 n'en serait pas un, alors qu'on peut passer par Hendaye ou par Perpignan avec une ligne nouvelle désertique. Et à plus de 200M€ la bagatelle, dans la situation actuelle, oui, il y a plus urgent : sauver ce qui existe déjà et qui est en partie menacé de disparition dans les 10 ans à venir. Réfléchir Pau - Canfranc à horizon 2050, c'est bien gentil, mais phosphorer sur des ruines potentielles, ça n'emmènera pas bien loin.

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 27 Juin 2016, 14:35:04

N'empêche que la réouverture / inauguration a été une occasion de re-prendre conscience qu'un train peut dégager un peu d'émotion aussi, en faisant partie du patrimoine "local" mais pas seulement !
Alors ça n'est peut-être pas aussi porteur de pesetas que le foot... mais ça tombe bien : il y a une vie en dehors du ballon, quand le bastringue épisodique sera rangé dans la caisse jusqu'au prochain ratissage. >:D

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2 ... 036402.php
Il y avait sans doute plus de 300 voyageurs ce dimanche dans les premiers trains entre Oloron et Bedous pour la réouverture de la circulation ferroviaire sur la ligne 63 du TER Aquitaine.

Le premier passage du train a été salué par des acclamations au départ de la gare d'Oloron dès 8h12, et des applaudissements nourris au passage du "rond-point impossible" de Bidos ou du viaduc d'Escot, au dessus de la route nationale 134. Sur le quai de Bedous, à l'arrivée de 8h41, l'émotion est aussi palpable. En montant à bord du Bedous Oloron de 9h31, le président de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, Alain Rousset, se réjouit d'être à bord du "RER de la vallée d'Aspe".



:pouce:


L'organisation de la journée, et les tarifs réguliers : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2 ... 036153.php
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 04 Juil 2016, 01:04:42

On revient à la dure réalité (et à la longue dépression qui va avec) : http://lessor.fr/53-m%E2%82%AC-pour-ren ... 15234.html

Pour sauver le train, appuyez sur la touche 50000000.
Pour éliminer le train, faites le A-8-9.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 04 Juil 2016, 18:26:52

Bah non, vu qu'il y a de moins en moins de monde dedans (et on oublie soigneusement le pourquoi du comment que ça se fait qu'y a de moins en moins de pélos dedans), 2029 c'est une bonne date pour envisager le début des études préalables aux études préparatoires en vue de la rénovation de parties de l'infra.

Faudrait pas gêner ces quelques clients qui sont fidèles, hein. Ca s'fait pas, M'sieur.

:buck2:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 17 Juil 2016, 00:40:12

http://www.leprogres.fr/societe/2016/07 ... montbrison

Rétablissement de quelques trains entre St Etienne et Montbrison... en théorie...


Rien n’est encore formalisé, mais selon nos informations, trois trains devraient refaire leur apparition fin août sur la ligne Saint-Étienne-Montbrison-Clermont-Ferrand. Serait ainsi remis en ligne, le train de 6 h 05 au départ de Châteaucreux, en desservant toutes les gares jusqu’à Montbrison. Tout comme ceux au départ de Montbrison à 7 h 19 (pour une arrivée à 7 h 57 à Saint-Étienne) et celui de 10 h 14 (10 h 52 à Châteaucreux). Ce dernier avait été remplacé par un car avec un départ à 9 h 52.

Rappelons que ces trains avaient été supprimés le 4 avril, dans le cadre d’une « restriction du plan transport » décidé par la SNCF pour faire face à la pénurie de conducteurs.

Depuis, la grogne était montée parmi les usagers. Certains d’entre eux étaient même allés à la rencontre des syndicats des cheminots, alors que les élus locaux situés sur la ligne avaient formulé une vive réaction à cette décision unilatérale de l’opérateur. Comme quoi, quand la société civile s’en mêle…

Reste cependant que tout n’est pas réglé sur cette ligne. Sur la base de nos informations, cette mesure ne répond pas à la totalité des interrogations des usagers. Ils avaient également réclamé, le rétablissement du train de 18 h 46, (en heure de pointe) au départ de Saint-Étienne, lui aussi passé à la trappe en avril. Quant à l’avenir de la ligne, rien n’est encore défini. Des menaces de suppression pèsent toujours.

Jacques Perbey
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 17 Juil 2016, 22:38:31

Pour St-Étienne - Montbrison, la situation était critique surtout de manière temporaire avec les problèmes de disponibilité des conducteurs. Le retour de train était plutôt attendu, la ligne n'est pas foncièrement menacée en raison du trafic et de la voie. Le mal est plus profond sur la suite vers Thiers avec un état de la voie limite et une restriction très forte de circulation (jusqu'à totale en fait) à cause de la dilatation de la voie, déjà en mauvais état, avec lourds travaux si on veut qu'elle fonctionne de façon nominale l'été mais aussi le reste de l'année.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 06 Août 2016, 12:26:06

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actua ... 22532.html

>:(

Des trains Aubrac et Cévenol, c’est le premier qui semble le plus menacé. Pour l’heure, l’État négocie avec Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie sur le devenir de ces deux lignes déficitaires. Verdict à la mi-octobre.
Un article du Midi Libre en date du 27 juillet a ravivé les inquiétudes des défenseurs des trains Cévenol et Aubrac. Le quotidien de l’Occitanie (*) laisse en effet entendre que les lignes Clermont-Nîmes et Clermont-Béziers vivraient leurs derniers jours.

Au ministère des Transports, on nie l’avis d’obsèques de notre confrère… tout en reconnaissant que l’avenir des deux lignes transmassif est désormais suspendu au bon vouloir des deux régions desservies : Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie.

Le dossier de l’Aubrac et du Cévenol est donc entré dans l’ultime processus de décision. Dans cette perspective, l’État, en pleine vertu budgétaire, s’est employé à se déresponsabiliser : il a délégué son pouvoir décisionnaire aux deux conseils régionaux en leur transférant ses obligations de propriétaires. À eux de gérer et de trancher. Le rapport du député Philippe Duron, il y a un an, avait préparé une telle stratégie de « vente à la découpe », pointant le remplissage dérisoire de l’Aubrac et du Cévenol avec, respectivement, « 55 et 70 voyageurs par train ».

D’où la nouvelle politique de l’État et de son bras armé, la SNCF à l’horizon 2020 : moderniser les lignes « structurantes à haute performance » comme le Paris-Clermont et négocier avec les Régions le devenir des TET (trains d’équilibre du territoire), quitte à sacrifier les moins rentables.


« Si cela vous intéresse… »

Une feuille de route qu’a ouverte Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, le 19 février 2016, par la suppression des trains de nuit, suivie, le 21 juillet dernier, par l’appel aux collectivités territoriales : « Le gouvernement poursuit la concertation avec les Régions afin de trouver les meilleures solutions de gouvernance pour les lignes au cas par cas ».

Traduction d’un conseiller ministériel : « Concernant ces lignes, nous discutons avec les Régions et nous leur disons : “Si cela vous intéresse, intégrez-les dans votre réseau régional moyennant un matériel neuf” ».

Et moyennant également des travaux sur la liaison Clermont-Nîmes selon la promesse du ministère : « Nous tenons à garder en bon état la ligne pour le fret parce qu’il n’y a pas d’alternative pour le transport des marchandises ».
Ce qui ne rassurera pas les fidèles du Cévenol, sachant que « pour les voyageurs, il y a discussion avec les Régions ». Et le conseiller d’insister : « Nous ne sommes pas dans la logique de fermeture mais de discussion ».
Jean-Jacques Faucher, maire de Brioude et président de l’Association des élus pour le Cévenol, veut bien l’admettre : « Je ne pense pas qu’une décision ait été prise ».

On notera au passage que l’Aubrac ne semble pas bénéficier des mêmes atouts, donc des mêmes attentions de la part de l’État. Est-ce à dire que le Cévenol sera sauvé au nom de la raison logistique et l’Aubrac condamné au nom de son inutilité économique ? La date butoir des négociations entre le gouvernement et les Régions est fixée au 15 octobre.

Jean-Paul Gondeau

(*) Elle associe le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.




* L'article du Midi Libre dont il est fait mention : http://www.midilibre.fr/2016/07/27/trai ... 372404.php

Suppression de trois lignes de trains : le bras de fer entre l’État et la Région
e gouvernement annonce son désengagement sur trois lignes : l'Aubrac, le Cévenol et Paris-Toulouse-Cerbère.

La Région doit présenter à l'automne le bilan de ses États généraux du rail et de l'intermodalité. Elle pourrait être confrontée, d'ici là où à ce moment-là, à deux polémiques majeures venant perturber sa communication. La gare LGV de la Mogère, d'abord, à Montpellier, est une bombe à retardement : au sein de la majorité politique régionale, Europe écologie les Verts (EELV) est vent debout contre un chantier qui n'en finit plus, pourtant, de progresser.

Le collectif montpelliérain contre la gare de la Mogère s'agace de la participation financière de 4 M€ validée par la Région pour l'extension de la ligne 1 de tramway vers le site. "C'est une très mauvaise polémique, se défend le vice-président de Région chargé des transports, Jean-Luc Gibelin. Cette ligne de tram irrigue un territoire où il y a entre autres un lycée."Quant au fait que la présidente de Région, Carole Delga, avait affiché son souhait que les travaux de la Mogère soient stoppés, ce qui n'a pas été le cas, Jean-Luc Gibelin explique qu'"une réunion avec les différents partenaires a bien eu lieu fin juin mais nous avons été les seuls à demander l'arrêt du chantier".
Deux lignes de jour censées fermer

Autre épine dans le pied : les trains d'équilibre du territoire (TET). Dans l'ex-région Languedoc-Roussillon, les lignes Béziers-Clermont-Ferrand (train Aubrac) et Nîmes-Clermont-Ferrand (Cévenol) avaient déjà été supprimées de nuit. L'État souhaite désormais s'en désengager totalement, par souci d'économies financières. C'est l'annonce faite la semaine dernière par Alain Vidalies, secrétaire d'État aux transports : les deux lignes de jour fermeront (ainsi qu'une quinzaine d'autres en France) si des opérateurs privés ou des Régions ne les récupèrent pas en direct.

La présidente de Région, Carole Delga, "souhaite" leur "maintien", au nom d'"une véritable utilité sociale" dans des "territoires enclavés". Et désire que l'État assume cette mission-là. Elle réclame "de véritables liaisons interrégionales avec une vision d'ensemble de la desserte nationale" et précise que cette dimension remonte des aspirations recueillies lors de la consultation publique des États généraux du rail.

"Nous ne souhaitons pas le transfert, ce n'est pas une position acceptable"

EELV appelle les collectivités locales, "dont la région Occitanie", à "trouver des solutions innovantes", tout en réclamant que l'État "assure, avant transfert de la gestion des TET à la Région, l'entière modernisation des lignes Béziers-Clermont et Langogne-Rodez autour de l'étoile ferroviaire de Séverac-le-Château". Alain Vidalies a annoncé que la Région Occitanie et la SNCF étaient en discussion autour d'un maintien de la ligne de nuit Paris-Toulouse-Cerbère, dont l'État souhaite aussi se désengager, sans évoquer par ailleurs ni l'Aubrac ni le Cévenol.

Le vice-président de Région Jean-Luc Gibelin conteste un quelconque début de négociation. "Nous ne souhaitons pas le transfert, ce n'est pas une position acceptable et nous pesons pour que l'État fasse machine arrière", insiste-t-il. Et si le gouvernement ne plie pas ? "Nous gérerons la situation au fur et à mesure qu'elle se présentera", poursuit-il. La Région pourrait donc changer d'avis si l'État n'en démord pas ? "Nous nous mettons dans la situation où il va bouger", conclut le vice-président de Région.



La position des élus est un peu téléphonée : ils se positionnent "comme si l'Etat allait continuer à faire tourner l'outil" en fonction de paramètres "sociaux" et humanistes, alors que ce n'est clairement pas la stratégie affichée, et que manifestement, ça ne le sera plus jamais (sauf à changer énormément de paramètres soigneusement verrouillés depuis quelques temps). En refusant de préparer la reprise, les travaux nécessaires, et les commandes de matériels neufs qui vont avec, la situation va être "inéluctable", et il n'y aura pas d'autre alternative que le transfert sur autocar. Et encore. "Eventuellement..."

Autant de cécité laisse rêveur sur la volonté réelle ; ils vont droit dans le mur : on ferme.
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
yanns040586
Passager
Messages : 1458
Inscription : 13 Nov 2009, 01:38:49
Localisation : 69009 - Lyon Gorge de Loup
Contact :

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar yanns040586 » 06 Sep 2016, 15:33:19

Guéret n'intéresse plus Flixbus, pour cet hiver en tout cas, trop peu de trafic, on ferme ! Mais promis, on revient l'été prochain :

http://www.mobilicites.com/011-5365-Fli ... hiver.html

Les bus "Macron" ne devaient-ils pas permettre de désenclaver ? On va créer un désert au beau milieu du pays en continuant comme ça...
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 06 Sep 2016, 16:26:02

Faut vraiment être le dernier des naïfs, en 2016, pour ne pas se douter que la logique économique est d'abord et avant tout de ratisser les sous. Point barre. Pas de client = pas de sous. Deuxième point barré.

Quand le langage médiatique et la sémantique des milieux économiques tendent à faire croire qu'une exploitation par le privé vaut largement l'exploitation par le public, et qu'un service public (par définition totalement différent et "étranger" à la logique économique pure et dure des ratisseurs de sous) peut être effectué par une organisation et des logiques privées, le résultat est tout aussi carré : pas d'sous = on ferme.

Vous l'avez voulu, il est eut.


:laugh:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 10 Sep 2016, 16:07:29

Tiens, les autres élus commencent à sentir comme une odeur de roussi...

http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/pa ... 64882.html

Le sénateur du Cher Rémy Pointereau a réuni les dirigeants de la SNCF et les élus locaux, jeudi 8 septembre, pour aborder leurs inquiétudes sur l’avenir de la ligne Paris-Nevers
« Est-ce que la ligne va continuer à fonctionner?? Est-ce que des trains vont être supprimés?? Si la ligne se maintient, est ce que les prix des tickets vont augmenter?? » C’est pour répondre à toutes les questions des élus du Cher et de la Nièvre, concernés par la ligne ferroviaire Paris-Nevers, que le sénateur du Cher Rémy Pointereau a organisé une rencontre, hier, à Sancerre, avec les dirigeants de la SNCF.

« Tous les trains sont déficitaires »

L’occasion pour ces derniers de rappeler la situation économique de l’entreprise. « Aujourd’hui, hormis les grandes lignes, tous les trains qui circulent sont déficitaires », déclarait Yvon Borri, directeur régional de la SNCF. « S’ils continuent à circuler, c’est parce qu’il y a une compensation des collectivités. Pour les Intercités, dont fait partie la ligne Paris-Nevers, c’est actuellement l’État qui compense. Aujourd’hui, il semble vouloir que la Région reprenne ces lignes (Paris-Nevers mais aussi Paris-Tours et Paris-Bourges). Des négociations sont en cours et devraient aboutir au 15 octobre. »

Si Philippe Fournié, vice-président de la Région Centre-Val de Loire en charge des transports, a confirmé ses dires, Rémy Pointereau a tout de même souhaité réagir. « La SNCF ne peut pas dire “il nous faut plus de voyageurs” et prendre des parts dans les cars Macron ou des entreprises de covoiturage. Il faut peut-être donner envie aux usagers de prendre le train. À la COP21, on nous dit que les trains sont les moins polluants et on fait tout l’inverse en mettant des cars sur l’autoroute, il faut une cohérence d’action. »

« Travailler sur un schéma de mobilité »

De son côté, Philippe Fournié a annoncé que la Région Centre-Val de Loire reprendrait les lignes, « si on le peut et si les négociations aboutissent, mais avec un véritable schéma de mobilité ». « Ça ne sera possible qu’avec un accord financier et il faut travailler sur un nouveau modèle pour le 1er janvier 2018. C’est une ligne complexe avec des enjeux et des profils de voyageurs à prendre en compte. S’il n’y a pas d’accord, mais je pense qu’il y en aura un, il y aura toujours la ligne, mais pas les mêmes dessertes. »

Actuellement, la ligne compte deux allers-retours le week-end et six en semaine. Tous veulent voir la situation perdurer. « Cette ligne est vitale pour nous », précisait Laurent Pabiot, maire de Sancerre. « Pour qu’une ligne fonctionne, il faut la moderniser et la commercialiser », concluait Philippe Fournié.




LA derniere phrase, en particulier, vaut son pesant de grattons... !
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Avatar de l’utilisateur
turbotrain
Passager
Messages : 582
Inscription : 19 Août 2010, 19:52:32

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar turbotrain » 10 Sep 2016, 23:02:12

« Tous les trains sont déficitaires »

L’occasion pour ces derniers de rappeler la situation économique de l’entreprise. « Aujourd’hui, hormis les grandes lignes, tous les trains qui circulent sont déficitaires », déclarait Yvon Borri, directeur régional de la SNCF. « S’ils continuent à circuler, c’est parce qu’il y a une compensation des collectivités. Pour les Intercités, dont fait partie la ligne Paris-Nevers, c’est actuellement l’État qui compense. Aujourd’hui, il semble vouloir que la Région reprenne ces lignes (Paris-Nevers mais aussi Paris-Tours et Paris-Bourges). Des négociations sont en cours et devraient aboutir au 15 octobre. »

Si Philippe Fournié, vice-président de la Région Centre-Val de Loire en charge des transports, a confirmé ses dires, Rémy Pointereau a tout de même souhaité réagir. « La SNCF ne peut pas dire “il nous faut plus de voyageurs” et prendre des parts dans les cars Macron ou des entreprises de covoiturage. Il faut peut-être donner envie aux usagers de prendre le train. À la COP21, on nous dit que les trains sont les moins polluants et on fait tout l’inverse en mettant des cars sur l’autoroute, il faut une cohérence d’action. »


Le sénateur Pointereau a fait un premier pas vers la compréhension du problème. Maintenant, à lui de faire préférer le train à la SNCF via l'État-actionnaire, quelque soit la couleur du gouvernement ou du Parlement. A rapprocher de ce que je dis sur un autre sujet : http://www.lyon-en-lignes.org/forum/viewtopic.php?f=1&t=12903#p199097
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 13 Sep 2016, 20:05:04

http://www.20minutes.fr/lyon/1923507-20 ... lignes-ter

Comme cela a été évoqué sur le topic Revue de presse, je ne développe qu'un tout petit peu...

Auvergne Rhône-Alpes: 120 millions d'euros pour sauver les lignes TER ; Certaines sont en service depuis 33 ans, d'autres sont qualifiée de «malades» par la SNCF...


Ca me fait penser à un médecin qui offrirait une boite de cigare à son patient atteint d'un cancer du poumon... >:D


En France, « une ligne ferroviaire a 33 ans de moyenne d’âge ». Une façon de dire qu’elles ont grand besoin d’être restaurées. Patrick Mignola, vice-président transports de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé lundi « un plan de sauvetage » pour les lignes TER de la région. A savoir 120 millions d’euros sur les cinq années à venir.

« Il faut améliorer les infrastructures », a-t-il expliqué au micro de l’antenne locale de la radio chrétienne, RCF Lyon, citant dans la région des problèmes notamment sur les lignes autour d’Aurillac, de Montluçon ou entre Saint-Etienne et Clermont-Ferrand ou Grenoble et Gap.

Et ces lignes, parce qu’elles sont en retard, engendrent d’autres retards, a-t-il ajouté. La région va en conséquence « présenter un plan de sauvetage fin septembre » de « quasiment 120 millions d’euros » sur cinq ans, soit « un doublement des investissements » prévus.

Parmi les investissements envisagés, Patrick Mignola a cité le nœud ferroviaire de Saint-André-le-Gaz (Isère) qui sert notamment pour deux lignes « malades », celle de Lyon-Grenoble et de Lyon-Chambéry avec des travaux attendus pour fin 2017.

Il a également cité pour 2019-2020, la construction d’une voie nouvelle à la gare Part-Dieu de Lyon ou la création d’une « seconde gare souterraine » sur le modèle du parking Méditerranée de la gare de Lyon à Paris.

Dans un rapport interne datant de mars et rendu public en mai, SNCF réseau estimait que les 1.336 kilomètres de petites lignes de la région Auvergne-Rhône-Alpes nécessitaient d’importants investissements pour être encore exploitées.


120 millions, une somme insuffisante ?

Les voies n’ont pourtant pas été laissées à l’abandon. Le gestionnaire du réseau ferroviaire français a investi entre 2008 et 2015 150 millions d’euros, auxquels s’étaient ajoutés l’effort réalisé par la région Auvergne dans le cadre du Plan Rail (210 millions d’euros) et les divers contrats de plan État-région (CPER) avec l’Auvergne et Rhône-Alpes (180 millions d’euros au total).

A l’issue de la publication du rapport, Patrick Mignola avait estimé que « pour le simple maintien à niveau du réseau », « 200 millions d’euros » étaient nécessaires sur cinq ans, souhaitant que soit revu dans ce contexte le contrat plan État-Région pour financer ces futurs travaux.



L'article fait suite à celui ci :

http://www.20minutes.fr/lyon/1856371-20 ... hone-alpes

Trains régionaux: 22 lignes menacées de fermeture en Auvergne-Rhône-Alpes
SNCF Trop vieillissantes, elles demandent d'importants investissements...

Le réseau ferré perd de sa substance, il vieillit plus vite que les capacités du système à financer et à réaliser les travaux », note ce rapport datant du 21 mars dernier et portant sur 22 lignes à faible trafic.

« En l’absence d’investissements de renouvellement à court terme, une baisse progressive de la performance des lignes, voire une suspension de l’exploitation dès 2016 pour certaines sections sont à envisager ».
150 millions investis en sept ans

Les voies n’ont pourtant pas été laissées à l’abandon. Le gestionnaire du réseau ferroviaire français a notamment investi entre 2008 et 2015, 150 millions d’euros en fonds propres, auxquels s’ajoute l’effort réalisé par la région Auvergne dans le cadre du Plan Rail (210 millions d’euros) et les divers contrats de plan État-région (CPER) avec l’Auvergne et Rhône-Alpes (180 millions d’euros au total).

Mais pour conserver les performances actuelles sur ces 1.336 kilomètres de petites lignes, il serait nécessaire d’investir « 765 millions d’euros sur la décennie, soit plus de 200 millions d’euros que l’effort constaté sur la décennie précédente », précise encore le rapport.


Certaines lignes interrompues dès l’été

Parmi les portions de voies les plus menacées de fermeture, figurent les lignes Lyon/Paray-le-Monial (sur la section Chauffailles-Lozanne) ; Saint-Étienne/Clermont-Ferrand (sur la section Thiers-Montbrison) ; ou encore la ligne Clermont-Ferrand-Mont-Dore, (sur la section de Volvic-Mont-Dore).

L’exploitation de ces deux dernières portions sera « interrompue dès cet été par mesure de sécurité », a fait savoir mardi le vice-président chargé des transports en Auvergne-Rhône-Alpes, Patrick Mignola.


Plan de sauvetage

« Pour le simple maintien à niveau du réseau », « 200 millions d’euros » seront nécessaires « sur les cinq ans à venir », renchérit l’élu, qui souhaite que soit revu dans ce contexte le contrat plan État-Région pour financer ces futurs travaux.
Nous allons « devoir présenter un plan d » ensemble de sauvetage du réseau régional début juillet, une fois rendues les préconisations de la SNCF à la mi-juin », a-t-il par ailleurs indiqué.



Je pense qu'il est plus que temps que la SNCF passe la main aux Régions, le carnage et sa planification sont suffisamment clairs, et de toutes façon, à part la fermeture qui est d'ores et déjà programmée, je ne vois pas ce qui pourrait arriver de pire pour ces lignes...
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 13 Sep 2016, 21:31:15

Salut

Préparez vos mouchoirs et surtout prévoyez des jours de congés pour aller faire les lignes pendant qu'il en est encore temps parce que ça va faire mal...
Malheureusement, entre un Etat inconséquent qui mène ostensiblement une politique de suicide du secteur ferroviaire et un opérateur qui achève de dégouter les derniers esprits favorables au train, l'issue ne pouvait être que prévisible surtout quand au gré d'une alternance politique, on amène à la tête d'une Région quelqu'un qui commence par vouloir faire des autoroutes. L'ancienne majorité régionale n'est pas innocente car elle a mis la poussière sous le tapis. Résultat, elle se retrouve à devoir assumer seule le financement du renouvellement de ces lignes alors qu'elle n'en aurait payé qu'un tiers dans les CPER 2007-2013.

A force de loucher sur Lyon - Turin, on va massacrer 10% du réseau régional. Le tout en pleine période électorale, ça va secouer !

Rémi
Avatar de l’utilisateur
Nat
Passager
Messages : 859
Inscription : 14 Nov 2004, 23:49:06
Localisation : Grenoble
Contact :

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Nat » 13 Sep 2016, 23:02:09

C'est petit de vouloir opposer le Lyon-Turin au réseau régional .. on sait pertinemment que ce ne sont ni les mêmes finalités, ni les mêmes caisses !
(Enfin presque, on oublie bien souvent de dire que les aménagements liés au premier bénéficieront au second en le soulageant).
Et on oublie de dire que les factures présentées sont dissuasives !
Quand un garagiste présente une facture gonflée de réparations, l'automobiliste est fortement incité à changer de voiture.
Quand Réseau présente une facture gonflée, pas de solution de repli: par simple calcul comptable, on ferme !
Merci de vous reportez sur l'autocar ou le covoiturage.
Mais bon, on sait que le secteur ferroviaire dans son ensemble doit arbitrer les chantiers par manque de personnel (et oui, on manque de conducteurs mais aussi de personnel pour les travaux !)
Alors mieux vaut orienter le schmilblick vers les chantiers de l'Ile de France et de mise à niveau pour éviter un autre Brétigny...
Rémi
Passager
Messages : 5633
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 14 Sep 2016, 10:06:49

Salut

Oui, il y a un vrai sujet sur le coût du système ferroviaire français c'est indéniable. Oui, les orientations de la grande maison tendent à considérer que Paris passe d'abord et la province ensuite.

En revanche, on focalise l'attention sur des grands projets. Le temps, les moyens et l'énergie mis en Rhône-Alpes sur Lyon - Turin ont-ils bénéficié au réseau ferroviaire ? J'en doute. Ce ne sont pas totalement les mêmes caisses mais ne serait-ce que la part régionale sur ce projet depuis 20 ans représente largement de quoi sauver au moins deux lignes régionales.

Que va changer CNM en Languedoc Roussillon si pas un TGV ne passe par cette ligne nouvelle qui fera perdre plus de temps qu'elle n'est censée en faire gagner ?
Que changerait Lyon - Turin sur les liaisons Lyon - Savoie... et surtout à quel prix pour le voyageur puisqu'il faudra bien répercuter le coût de l'infra sur les péages donc sur le coût du billet ? Quant à soulager le réseau classique, on ne peut pas dire qu'il y a un problème en Maurienne. Etudions la capacité disponible avec ERTMS niveau 2 entre Lyon et Modane via Aix les Bains. Etudions la banalisation entre Aix les Bains et Saint Pierre d'Albigny pour le franchissement de cette section assez sollicitée. Regardons l'exploitation de la gare de Chambéry. Etudions le renforcement de l'alimentation électrique en Maurienne. Voilà des sujets intéressants pour redonner des chances au fret. On a quand même passé 1 MM€ pour la Maurienne afin de dégager le gabarit du tunnel pour les conteneurs modernes... mais pour quel trafic ?

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13447
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 15 Sep 2016, 17:42:59

Quand on aura réalisé que la seule finalité du Lyon Turin est de permettre une circulation très rapide des conteneurs... y compris sur le trajet retour vers l'extrème orient, on aura intégré une grosse partie de la donnée de base. Et tout le reste n'est que mayonnaise en accompagnement, à la sauce développement durable. Voir les commentaires et arguments sortis lors de l'inauguration récente de la liaison Vénissieux <> Grand Est...

Donc, non, je ne suis pas enthousiasmé par ce "chantier" kolossal, dont la masse d'argent nécessaire pour sa réalisation est tout simplement indécente au regard des besoins sur les infras "ailleurs" et au regard des investissements déjà réalisés. Ce qui choque le plus, c'est que ce projet vise à répondre à une problématique désormais caduque, mais mise en avant pour justifier le Lyon Turin ; le tout dans une période de disette réelle ou imaginaire mais savamment pilotée.
>:(


Pour revenir sur le sujet, un article vient de me percuter les neurones ! Vieux motard que jamais ! Prise de conscience politique ou remords tardifs, les cheminements décisionnaires ont pris du temps, mais...
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/0 ... es-ter.php


:o :o :o :o :o :o :o :o

La SNCF a dévoilé jeudi son "plan TER 2020" qui vise à "vendre moins cher aux régions" l'exploitation des trains, pour "attirer plus de voyageurs" et se placer "en pole position" avant l'ouverture de ce marché à la concurrence.

Avec un trafic en baisse et des coûts en hausse, "l'équation économique est en danger", a déclaré Franck Lacroix, directeur des TER au sein de SNCF Mobilités, lors d'une conférence de presse.

Environ 7.000 trains et 1.300 cars TER transportent chaque jour 900.000 passagers, dont une moitié d'abonnés. Après un bond de 50% en dix ans, le nombre de voyageurs a baissé de 4,4% entre 2012 et 2015 et "la tendance se poursuit" cette année, conséquence d'un "défaut d'attractivité de notre offre", a-t-il reconnu.

Le montant facturé aux régions a pourtant continué d'augmenter, malgré les "plans de performance" de la SNCF et une inflation quasi nulle. Sur 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 2,9 milliards proviennent désormais des régions, tandis que "la part des recettes directes ne cesse de diminuer".

"Nous sortirons de l'impasse", a-t-il affirmé, s'engageant à "vendre moins cher aux régions" et à "partir à la conquête de nos nouveaux clients". La SNCF va pour cela "revisiter en profondeur [son] offre" de transport régional, déclinée en trois "concepts": TER Chrono pour "des liaisons rapides entre grands pôles régionaux" (Dijon-Besançon), TER Citi dans les "territoires métropolitains denses" (Rennes-Vitré) et TER Proxi pour "une desserte plus fine des territoires moins denses" (Toulouse-Rodez).

En parallèle, "on va s'attacher à réduire nos coûts de structure (...) en conservant notre expertise", a ajouté M. Lacroix, qui prévient qu'il "ne remplacera probablement pas tous les départs à la retraite" d'ici 2020.


C'est comme Monsieur Avant. Les bras m'en tombent ! Prise de conscience avec 30 ans de décalage, à minima...
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Auron, Google [Bot], nanar, yanns040586 et 21 invités