Comment les Français vont au boulot

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
nanar
Passager
Messages : 10012
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - www.darly.org & www.lyonmetro.org
Contact :

Comment les Français vont au boulot

Message non lupar nanar » 26 Jan 2021, 16:31:39

Salut

Communiqué par la veille info de la FNAUT :
https://www.lemonde.fr/blog/transports/ ... n-voiture/
Olivier Razemon a écrit :42% des personnes dont le lieu de travail est situé à moins de 1 km de leur domicile s’y rendent en voiture

C’est toujours la même consternation quand paraissent les statistiques de l’Insee sur les déplacements quotidiens. Selon ce document issu des recensements annuels et rendu public le 19 janvier, 42% des personnes dont le lieu d’emploi est situé à moins d’un kilomètre de chez eux prennent le plus souvent leur voiture pour s’y rendre. Presque autant circulent à pied, et les autres à vélo ou en transports publics. Lorsque la distance est comprise entre 1 et 2 km, la voiture convainc 56% des personnes. Entre 2 et 3 km, 63%, etc. Dans l’ensemble, 60% des déplacements domicile-travail de moins de 5 km se font en voiture. Un kilomètre se parcourt en dix minutes à pied, en trois ou quatre minutes à vélo, et parfois beaucoup plus, en fonction de la voirie et du stationnement, en voiture…

Précisons que ces chiffres sont calculés à partir des recensements de 2015 à 2020, réalisés en janvier-février de chaque année, donc dans tous les cas avant le début de l’épidémie de covid et les bouleversements dans les mobilités qu’elle a provoqués.
https://asset.lemde.fr/prd-blogs/2021/0 ... nsee-1.jpg
Image

La voiture pour un kilomètre, mais qui sont ces gens? Des êtres inconscients qui négligent l’exercice physique quitte à risquer les maladies liées à la sédentarité? Des égoïstes qui aiment perdre leur temps dans l’habitacle et les bouchons, dépenser du carburant, enrichir les monarchies du Golfe, mettre en danger les piétons, dissuader les autres de se déplacer à pied ou à vélo?

L’Insee cherche des explications. 22% de ces 42%, soit 109000 personnes, « déclarent avoir plusieurs lieux de travail ». Dès lors, « pour ces actifs, utiliser la voiture est très probablement lié à l’exercice d’activités plus éloignées ». Tous les jours, ou pas. Pour interpréter le comportement des 385000 autres, l’Insee avance l’hypothèse de « la succession d’activités différentes lors d’un même trajet (par exemple, accompagner des enfants à l’école avant de se rendre à son lieu de travail) ».

Le bon prétexte. Le raisonnement a été maintes fois déployé et cette succession d’activités (baptisée « déplacements chaînés ») suscite des argumentations alambiquées: « Je prends la voiture car je dépose les enfants, et je dépose les enfants car je suis en voiture ». C’est dommage, car la capacité cardiovasculaire des enfants d’aujourd’hui est un quart plus faible que celle des enfants d’il y a 40 ans. Les femmes, peut-on lire parfois, seraient particulièrement concernées par les « trajets chaînés ». Sauf que les hommes (63%), davantage que les femmes (58%), montent en voiture pour faire moins de 5 km.

Ou alors, imagine l’Insee, ces 385000 personnes ont des problèmes de santé? Forcément, quand on ne bouge pas… Mais encore, « tout simplement », avancent les statisticiens, cet usage immodéré du véhicule motorisé encombrant se ferait « par choix ou habitude ».

Manque d’imagination et d’aménagements
. Un élément est toutefois négligé par l’Insee: l’état de la voirie. Dans de nombreuses communes, les trottoirs sont inexistants, les trajets à vélo anxiogènes, les transports publics peu fréquents ou peu fiables, tandis que le système routier est, cela semble une évidence à tout le monde, parfaitement équipé, entretenu, signalé. La « force de l’habitude » n’est pas tant celle des usagers que celle des aménageurs, incapables d’imaginer autre chose qu’un environnement routier.

Prendre des habitudes. L’édition 2021 des statistiques de l’Insee souligne ainsi, en creux, le « potentiel énorme », selon l’expression consacrée, des moyens de transports alternatifs: marche, trottinette, vélo, bus, etc. Ce sont certes des courts trajets qui, peut-on croire, ne changeront pas la face du monde. Mais prendre l’habitude de se déplacer à pied ou à vélo, c’est descendre de ce piédestal qu’est l’habitacle protecteur, considérer différemment ses trajets, la géographie environnante et l’objet voiture, et finalement apprendre à n’utiliser celui-ci que lorsqu’il est indispensable.

Classes sociales. Le document de l’Insee précise aussi que ce sont les artisans (77%), les agriculteurs (73%) puis les ouvriers (66%) qui utilisent le plus la voiture pour faire moins de 5 km. « Seulement » 49% des cadres sont dans cette situation. Ces chiffres peuvent s’expliquer par le besoin qu’ont certaines professions de transporter des objets, mais aussi par l’aménagement des communes et quartiers où vivent et travaillent les cadres, les horaires de travail, ou encore la pression sociale. En outre, alors que les cadres passent leurs journées postés devant un ordinateur ou dans des réunions « en présentiel », d’autres professions pratiquent de toute façon une activité physique durant leurs heures de travail.
tableau : https://asset.lemde.fr/prd-blogs/2021/0 ... nsee-2.jpg
Notez qu'on marche à Lyon, y compris pour aller bosser !!

Image



Palmarès des villes. Enfin, l’Insee publie les « parts modales » (parts de marché, en quelque sorte) des différents moyens de transport dans les 20 villes de plus de 150000 habitants. Le palmarès des villes les plus arpentées à vélo rappelle celui du Baromètre des villes cyclables: Strasbourg, Grenoble, Bordeaux, puis Rennes et Nantes. La marche est négligée à Toulouse, choisie à Lyon. Les deux-roues motorisés assourdissent les passants à Nice, Marseille, Toulon, Paris. La voiture est reine à Nîmes, Le Havre, Reims, Toulon, minoritaire à Lyon, Grenoble, Strasbourg, marginale à Paris. Les transports publics l’emportent largement à Paris et tiennent la route à Lyon ou Lille, beaucoup moins à Nîmes ou Angers.

Société du tout-voiture.
Chacun trouvera dans ces statistiques de quoi alimenter le même constat: contrairement à ce que voudrait faire croire le lobby automobile, nous sommes toujours dans la société du tout-voiture. Les modes de transport alternatifs disposent d’une belle marge de progression, aussi bien dans les villes, dans leurs périphéries qu’à la campagne, quel que soit l’âge, la profession et le sexe.


A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème"
Avatar de l’utilisateur
Renaud
Passager
Messages : 158
Inscription : 07 Avr 2006, 13:32:23
Localisation : Croix-Rousse

Re: Comment les Français vont au boulot

Message non lupar Renaud » 27 Jan 2021, 11:54:14

Article passionnant, et bourré de renseignements chiffrés. Merci Nanar.

A Lyon on est les champions de la marche à pieds domicile-travail, ce qui est possible parce qu'on a une des distances domicile-travail médianes les plus faibles : 4,2 km. Ça montre l'importance capitale de l'urbanisme et de la politique de la ville : il faut rendre possible le choix pour chacun d'habiter près de son lieu de travail. Dans beaucoup de territoires c'est pas gagné...
Lyon est aussi champion des TC après la région parisienne. C'est bien. C'est grâce à notre réseau performant. Mais pour moi ce n'est pas une finalité en soi de passer quotidiennement du temps dans le métro et le bus (il faudrait approfondir ce critère avec la durée de trajet : dans ces 39,9% il y a aussi bien un trajet de 8 mn de tram qu'un trajet de 50 mn de bus+métro+métro+bus...). Ce qui serait mieux, ce serait que de plus en plus de gens aient le choix de la marche à pieds et du vélo. Dans un environnement urbain agréable si possible.

Le paradoxe marseillais : ils habitent plus près de leur lieu de travail mais ils marchent moins. Et ils ne se déplacent quasiment pas à vélo. Il faut donc que l'espace public soit avenant pour les piétons et les modes actifs, ce qui est encore moins le cas à Marseille que dans d'autres métropoles.

Et enfin le vélo domicile-travail à Lyon : 7ème place avec 8,1% de part modale. Peut mieux faire. Strasbourg et Grenoble ont plus du double.
nanar
Passager
Messages : 10012
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - www.darly.org & www.lyonmetro.org
Contact :

Re: Comment les Français vont au boulot

Message non lupar nanar » 28 Jan 2021, 01:32:43

Attention, le tableau statistique comparant les villes s'applique aux villes centres, pas aux agglomérations entières.
Les données de 68 % de part modale TC à Paris, ou de 40 % à Lyon le confirment : c'est pour l'intramuros.
Une commune vaste comme Marseille (240 km2) dont "les premières couronnes sont sur le territoire municipal" est forcément un peu désavantagée sur les TC et modes actifs, au contraire d'une ville comme Grenoble (18 km2)

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème"
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13799
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Comment les Français vont au boulot

Message non lupar BBArchi » 30 Jan 2021, 19:35:59

Passionnants, ces chiffres. :pouce:

Il serait plus qu'intéressant que l'INSEE dans ses prochains recensements, améliore en contenu et en précision les questions à poser, tant le déplacement (ou le NON-déplacement) pour cause de bouleversement des mobilités post covid va impacter de façon massive les modes de fonctionnement tant des zones urbaines que des périurbaines... donc des mobilités.

Pour l'instant, les questions posées, leur formulation, leur ordre d'arrivée dans le recensement, restent bien "ancrées" dans le 20e siècle. Or on est en 2020, quand même... ::)



Sinon pour répondre de façon plus légère à Nanar sur la question posée... ben...
> A reculons
> La boule au ventre
> En se disant qu'on serait mieux sous la couette qu'empilés dans un bus/métro/tram (mais ça, c'était avant le covidmachin)
> En attendant la retraite
> ...

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 100 invités

cron