Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 15 Fév 2018, 17:14:44

Salut

Lien permettant de télécharger le rapport Spinetta sur l'avenir du transport ferroviaire

https://www.ecologique-solidaire.gouv.f ... viaire.pdf

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 15 Fév 2018, 18:14:53

Ou est le service public si les lignes non rentables sont fermées?
Dans la région, quelles lignes seraient concernées? Lozanne - Tassin (sans doute), Paray - Lyon, les renforts de pointe de Perrache - Givors? Apres tout, ces trains font doublon avec les Firminy.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 15 Fév 2018, 20:17:30

D’autres sujets sont sur la table : une transformation éventuelle de SNCF Mobilités en société anonyme, comme La Poste en son temps. Son statut actuel d’Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) prévoit une garantie indéfinie de l’Etat, perçue à Bruxelles comme une entrave à la concurrence.


Le plus préoccupant dans le rapport : cette proposition de conversion de l'EPIC SNCF en une SA classique. Fin de la garantie illimitée de l'état... donc plus aucune barrière technique à la mise en faillite, comme je l'avais évoqué par le passé. Cela se met en place à petits pas, mais réguliers et patients. Le reste s'enclenchera de lui même : avec une dette pareille, aucun tribunal de commerce ne validera d'autre option que la liquidation. Ensuite, une administration par un syndic parce que de toutes façon les trains "principaux" ne peuvent pas être arrêtés, puis une vente à la découpe au plus offrant. Bien évidemment, entre une ligne Paris<>Orléans et une ligne Ussel <> Clermont... on voit clairement ce qui va se passer pour l'auvergnate.

Accessoirement, et c'est aussi l'aspect pratique du schéma à l'oeuvre, exit la totalité des "lourdeurs" reprochées par certains libéraux bien dogmatiques, et leur problème avec le social ; avec le licenciement "pour motif économique" de tout le monde, y compris les salariés protégés, plus aucun problème... :coolsmiley:

Le schéma va être bien saignant. Au passage, toutes les assos qui font tourner à bout de bras du patrimoine sur les voies qui ne leur appartiennent pas vont se retrouver sans rails. Et ça, ça me met en boule direct.



:o on croit halluciner en lisant ça :
L’idée est aussi de voir comment SNCF Mobilités peut améliorer sa productivité, en faisant davantage - et mieux - rouler ses trains.
Mieux, c'est à dire ? Sur des voies entièrement renouvelées ? Avec quels sous ? :coolsmiley:
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 15 Fév 2018, 21:14:50

Surtout que la dette de la SNCF est en grande partie dû aux choix fumeux des politiques de tous bords. LGV par çi, commande de rames inutiles par là...
Forcément, ça crée de la dette.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
Avatar de l’utilisateur
amaury
Passager
Messages : 4368
Inscription : 12 Nov 2004, 12:19:03
Localisation : Lyon 5e
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar amaury » 16 Fév 2018, 09:53:39

« Depuis l’avènement de l’automobile et de l’avion et devant leur prodigieux développement, le problème le plus important et le plus pressant qui s’est imposé aux transporteurs mais que les administrations, les conférences et les congrès négligent de traiter, est de savoir où et quand commence et cesse l’utilité d’un moyen de communication dans une situation donnée de besoins nationaux et internationaux, de ressources en argent, en matériaux et en main-d’œuvre. Quand ces précisions seront acquises, chaque pays devra loyalement, honnêtement, dans le seul intérêt de la Nation, supprimer ses transports inutiles et coûteux, les concurrences ruineuses pour tous et faire à chaque port, à chaque voie ferrée, à chaque route terrestre ou aérienne la juste place qui lui revient ».

Raoul DAUTRY, « Technique, science des transports et progrès social », L’Année ferroviaire, 1948, pp. 25-61
Je n'ai pas encore lu le reste mais une telle citation en introduction... Un rapport qui commence par ça, une citation de 1948 qui ne prend aucunement en compte les enjeux environnementaux qu'on n'a réalisés que 20 ans plus tard (au moins), c'est du foutage de g., non ?! Je me croyais en 2018... :tickedoff:
A quand le retour des trolleys sur l'axe A2 ?!? Pourquoi attendre le TOP ??? En attendant, RDV sur les traces du FOL: http://folsaintjust.free.fr.
Avatar de l’utilisateur
Échec et Matt
Passager
Messages : 52
Inscription : 02 Mars 2015, 16:27:35

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Échec et Matt » 16 Fév 2018, 10:30:39

J’ai lu ce rapport dans les grandes lignes. C’est juste incroyable tant d’ultra libéralisme concentré en 127 pages. Rien que dans l’intro, la première phrase qui m’a fait bondir, c’est

Dans ce cadre la question du statut des cheminots doit être posée, comme dans tous les autres pays qui ont ouvert le transport ferroviaire à la concurrence, afin de placer l’opérateur historique dans une situation concurrentielle équitable vis-à-vis des nouveaux entrants


Question naïve : pourquoi ne peut-on pas faire de la concurrence en imposant à toutes les entreprises de s’aligner sur le statut des cheminots ? On serait également dans une situation concurrentielle équitable non ? :coolsmiley:

(ah pardon, j’avais oublié, si au passage on peut précariser encore plus de salariés, pourquoi ne pas le faire ?)
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 16 Fév 2018, 11:56:20

Ça a toujours été comme ça... nivellement par le bas.
La question a 1$, c'est si les conditions de travail des cheminots (de tous bords) se dégradent, comment vont ils recruter vu le mal qu'ils ont déjà en ce moment? Le métier ne fait pas rêver.

Je ne doute pas que notre cher président va vouloir suivre ce rapport à la lettre. On se dirige vers un sacré conflit à mon avis.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
trambus
Passager
Messages : 55
Inscription : 08 Sep 2008, 22:09:00
Localisation : LYON 03

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar trambus » 16 Fév 2018, 23:10:17

Bonsoir,
A analyse à parcourir :
http://www.atlantico.fr/decryptage/sncf ... 08872.html
A+
TB
fraberth
Passager
Messages : 103
Inscription : 07 Déc 2017, 08:04:06

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar fraberth » 17 Fév 2018, 10:59:45

mais pourquoi autant d'attachement à ce statut? il vous procure des avantages et inconvénients, mais probablement plus d’avantages, sinon personne ne parlerait de gréve alors que ce n'est qu'un rapport.
Le fonctionnement entier de la sncf conduit à des couts importants qui rendent caduque l'avenir du réseau. J'ai l'impression que les cheminots représentés par les syndicats préfèrent foutre en l'air le réseau plutôt que de s'adapter.
Votre métier de conducteur reste rare. S'il y a des compagnies privées elles vont certainement se battre pour avoir les meilleurs conducteurs et former les autres.

j'ai vu un reportage sur le T11 (je crois) à Paris, qui est exploité via une compagnie privée: le principal changement est un contrat de statut privé et une plus grande flexibilité des tâches, pas de quoi fouetter un chat
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 17 Fév 2018, 14:00:42

[Mode je me marre ON]

fraberth a écrit :mais pourquoi autant d'attachement à ce statut?

J'ai signé un contrat de travail avec ce statut, je ne vois pas au nom de quoi, il devrait disparaître. Ce statut existe et j'en profite car il y a des décennies, des gens se sont battu pour l'avoir. Pourquoi le reformer alors que ce n'est pas le vrai probleme au sein de la SNCF.

fraberth a écrit :il vous procure des avantages et inconvénients, mais probablement plus d’avantages,

Avantages et inconvénient me gène car ce ne sont que des compensations pour effectuer un service public ouvert 24h/24 365 jours par an.
Si on me suprime les "avantages", je veux bien qu'on nivelle tout alors. Plus de trains les jours férriés, plus de trains le WE, etc...

fraberth a écrit :sinon personne ne parlerait de gréve alors que ce n'est qu'un rapport.

Notre cher président a déjà annoncé qu'il voulait s'attaquer au statut des cheminots, il est clair qu'il se basera dessus pour sa réforme.
De plus, ce rapport ne concerne pas que le statut, mais la fermeture de lignes non rentables, la suppression du "prix maximum" pour dégager plus de marges, etc...

fraberth a écrit :Le fonctionnement entier de la sncf conduit à des couts importants qui rendent caduque l'avenir du réseau.

Les couts à la SNCF sont importants, oui, mais il faut bien se rendre compte que le nombre de cadres a augmenté de manière significative ces dernières années tandis qu'on supprimait des postes dans le personnels d'exécutions (agents de terrain en gare, guichets, etc...)
L'avenir du réseau est menacé à cause d'une chose, la dette abyssale de SNCF Réseau (ex RFF). Dette qui s'est créée suite aux créations à tout va de LGV, parfois pas rentable. Dernier exemple en date, la fameuse LGV "privée" Sud Europe Atlantique, où de l'argent public a été investit dans une ligne appartenant au privé (les péages payés par SNCF Mobilité sont bien plus importants que sur les autres lignes, il faut bien payer le concessionnaire)
Je vais ressortir les arguments des syndicalistes mais cela ne pose probleme a personne que les routes nationales (hors autoroutes) soient gratuites (entretient payé par le contribuable), utilisées (et usées) par des camions etrangers qui ne payent rien pour leur utilisation (la fameuse eco taxe aurait corrigé cette incohérence mais elle a été abandonnée). Pourtant, dans tout ce qui est ferroviaire, c'est la SNCF qui doit tout payer (pour un réseau qui a été délaisser durant des décennies au profil du tout TGV).


fraberth a écrit :J'ai l'impression que les cheminots représentés par les syndicats préfèrent foutre en l'air le réseau plutôt que de s'adapter.

Au nom de quoi, les cheminots devraient payer pour les choix politiques depuis 30 ans? Si demain, on te dit que pour la survie de ton entreprise, il va falloir que tu travaille 50h par semaines payé 25 parce que ton patron a dilapidé les bénéfices pendant des années au lieu de faire des investissements dans son entreprise, serait tu d'accord ça?
Avec ce genre de raisonnement à la con, autant rétablir l’esclavage de suite, je suis sur qu'il y aura du travail pour tout le monde.

fraberth a écrit :Votre métier de conducteur reste rare. S'il y a des compagnies privées elles vont certainement se battre pour avoir les meilleurs conducteurs et former les autres.

Les meilleurs conducteurs? Et sur quels critères ils vont se baser? les plus jeunes (donc les moins payés?)
Et pour ce qui est de la formation, La SNCF est la seule qui lors de la formation de conducteur te fait passer des examens intermédiaires (4 dans mon cas, je crois que ça a été réduit à 2) plus un examen final. Dans les entreprises privé, pas d'examen final. Et quand j'ai des échos ces procédures de sécurité "light" dans le privé, cela me fait parfois peur. Donc la formation dans le privé peut être moins sécuritaire qu'à la SNCF (qui je ne doute pas, pour faire des économies ferra pareil à long terme, histoire une fois de plus de niveler vers le bas)

fraberth a écrit :j'ai vu un reportage sur le T11 (je crois) à Paris, qui est exploité via une compagnie privée: le principal changement est un contrat de statut privé et une plus grande flexibilité des tâches, pas de quoi fouetter un chat

Je t'invite à discuter avec des "conducteurs"
Et plus proche de Lyon, je t'invite à aller discuter avec les conducteurs du TTOL, on verra s'il y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.
"Plus grande flexibilité des taches" : Tu es embauché comme conducteur mais on va te dire de faire de la vente, du renseignement, etc...
Je sais pas où tu travaille mais je me demande si tu serai d'accord que ton patron déboule là où tu bosse pour te dire : allez, va passer le balais dans le couloir. Non chacun son taf et je ne vois pas en quoi être multi tache est un plus quand tu es conducteur.

Pour en finir avec ce foutu T11, les conducteurs embauché là bas n'ont aucun "avantage" SNCF malgré le logo sur les rames, puisque ce ne sont pas des cheminots embauché au statut privé (contractuel) mais une filiale de SNCF/Keolis. Aucune possibilité d'évolution au sein de SNCF dans ces conditions.

Et puis, si c'est tellement idyllique, pourquoi ont ils fait greve alors?
http://www.leparisien.fr/info-paris-ile ... 172214.php

[/OFF]
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
fraberth
Passager
Messages : 103
Inscription : 07 Déc 2017, 08:04:06

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar fraberth » 17 Fév 2018, 15:05:44

votre contrat ne va pas disparaitre puisque, si j'ai bien compris, le rapport propose de supprimer le statut actuel à l'embauche

un service public très défaillant, qui marche quand ça l'arrange, n'offre pas une desserte adaptée. J'habite à Lyon et je suis originaire d'un village vers Valence. La ligne est bien desservie. Or pendant des années, quand j'étais étudiant, il y avait des trains assez court ou les vieux corails totalement inadaptés avec leur monstrueuses marche pour monter dedans. Ou alors alors un UM d'automoteur un jour ferié. Ou encore un retard systématique de 5 min des trains venant de Marseille.
C'est un service public mais qui fonctionne mal et coute cher.

Pourquoi la sncf ne pourrait pas augmenter le prix de certains billets et réduire d'autres tarifs? Si 1 euro de plus permet de rendre la ligne rentable, allons-y, il aura juste des voyageurs en plus et en moins.

je suis tout à fait d'accord concernant la dette et les projets, la sncf est aussi victime de la politique et des choix foireux d'infra. Mais le changement de statut est peut être une solution.

j'ai 27 ans, j'ai fait plusieurs cdd et je suis en train d'en finir un autre, donc vos notions d'emploi à vie, d'avantages et tout, ça me passe au dessus de la tête comme à plein de gens de ma génération.
Si je ne suis pas content je vais voir ailleurs et je ne suis pas contre avoir différentes tâches s'il y a une compensation.

pour l'instant il n'y a pas de lignes privées en France, donc je ne vois pas comment ils pourraient avoir des procédures différentes. De plus il y aura probablement Keolis dans les futurs exploitants ainsi que la DB ou d'autres européens. Ce sont tous des incapables? il y a plein d'accidents en Suisse ou en Allemagne?
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 17 Fév 2018, 15:57:07

fraberth a écrit :votre contrat ne va pas disparaitre puisque, si j'ai bien compris, le rapport propose de supprimer le statut actuel à l'embauche

Quel interet? A part faire plaisir à une caste?

fraberth a écrit :un service public très défaillant, qui marche quand ça l'arrange, n'offre pas une desserte adaptée.?

En quoi le service public actuel (sous financé) est tres défaillant? Parce que fermer les petites lignes non rentables (parce qu'un service public doit etre rentable? autant fermer écoles et hopitaux alors) va améliorer le service public?

fraberth a écrit :J'habite à Lyon et je suis originaire d'un village vers Valence. La ligne est bien desservie. Or pendant des années, quand j'étais étudiant, il y avait des trains assez court ou les vieux corails totalement inadaptés avec leur monstrueuses marche pour monter dedans.

Ce sont les régions qui financent les engins moteurs, et acheter un train n'est pas comme acheter une voiture, il faut un sacré délai entre les études, appels d'offre, construction, essais, livraisons, etc...

fraberth a écrit :Ou alors alors un UM d'automoteur un jour ferié. Ou encore un retard systématique de 5 min des trains venant de Marseille.

Apres, y'a aussi des ratés coté SNCF, entre les joies de la spécialisation des conducteurs (avant un conducteur faisant dans la même semaine, du TER et du fret, donc il connaissait bien plus d'engins moteurs) et le mauvais entretient des EM (quand ce n'est pas des dégradations, cf les 23500 PACA dans un état à faire peur).
Pour ce qui est du retard, un retard de 5 minutes est il si grave que ça? quand tu prend ta voiture pour aller d'un point A à un point B, sait tu exactement ton heure d'arrivée?

fraberth a écrit :C'est un service public mais qui fonctionne mal et coute cher.

Encore une fois, je ne suis pas d'accord avec le "mal", perfectible oui, aucun doute là dessus mais mal non, pour ce qui est de cher... et tu te base sur quoi pour dire que c'est cher? Tu crois que des conducteurs avec des horaires de travail de merde et des payes minables sans vie de famille vont améliorer la qualité de service?
Je peux te dire que je suis le premier à forcer pour rattraper du retard (et ce n'est pas toujours possible, loin de là) mais si demain, on me dit qu'on va me baisser mon salaire, me metre des journées de malades (pire qu'actuellement), tu penses vraiment que mes collègues, moi et tous les futurs conducteurs auront envie de se défoncer pour que le service rendu soit bon?

fraberth a écrit :Pourquoi la sncf ne pourrait pas augmenter le prix de certains billets et réduire d'autres tarifs? Si 1 euro de plus permet de rendre la ligne rentable, allons-y, il aura juste des voyageurs en plus et en moins.

Sauf erreur de ma part, actuellement, les tarifs non soumis au yield management sont basés sur la distance parcouru.
Au nom de quoi, les usagers de la ligne St Etienne Lyon devraient payer 1.5x le prix au km de l'usager de la ligne Roanne Lyon sous pretexte que la ligne est plus rentable?
Augmente le prix des billets (ce qui arrivera avec l'arrivée de la concurrence qui se positionnera sur les lignes rentables et augmentera ses tarifs pour compenser les lignes moins rentables) et tu verra la grogne des usagers.

fraberth a écrit :je suis tout à fait d'accord concernant la dette et les projets, la sncf est aussi victime de la politique et des choix foireux d'infra. Mais le changement de statut est peut être une solution.

Je vois pas en quoi
Tu change la SNCF en SA, tu ouvre son capital pour avoir de l'argent frais. En temps qu'investisseur, va tu mettre ton argent dans une boite endetté à hauteur de plus dizaine de milliards? regarde le groupe Altice (SFR), il va mal non?

fraberth a écrit :j'ai 27 ans, j'ai fait plusieurs cdd et je suis en train d'en finir un autre, donc vos notions d'emploi à vie, d'avantages et tout, ça me passe au dessus de la tête comme à plein de gens de ma génération.
Si je ne suis pas content je vais voir ailleurs et je ne suis pas contre avoir différentes tâches s'il y a une compensation.

J'en ai 34 et j'ai été embauché à 28 apres avoir bossé dans le privé. J'ai la sécurité de l'emploi (par les temps qui courent, c'est une denrée rare) et cela compense mes horaires de travail difficiles.
Pour ce qui est des compensations du multi tache sur T11, il n'y en a pas puisque la fiche de poste est ainsi faite.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
trambus
Passager
Messages : 55
Inscription : 08 Sep 2008, 22:09:00
Localisation : LYON 03

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar trambus » 17 Fév 2018, 16:20:08

Ok, chacun a donné son avis malgré tout, je pense que certaines lignes régionales pourraient être exploitées
de façon plus économique tel que l'on peut le voir en Suisse par exemple.... Agents multi-taches.
Mais autre pays, autre vision des choses...
Seulement ici les syndicats font blocage et de cette façon des lignes ont disparu et d'autres vont suivre...
En tant qu' usager et ami des chemins de fer, je trouve ça plus que regrettable....
Et même sans remettre tout en cause, il faudrait que certains esprits évoluent dans ce pays mais c'est très difficile...
On pratique le tout ou rien...
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 17 Fév 2018, 17:53:19

trambus a écrit :je pense que certaines lignes régionales pourraient être exploitées
de façon plus économique tel que l'on peut le voir en Suisse par exemple.... Agents multi-taches.

Comme agents multi taches, tu préconise quoi?
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
trambus
Passager
Messages : 55
Inscription : 08 Sep 2008, 22:09:00
Localisation : LYON 03

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar trambus » 17 Fév 2018, 18:31:23

Dans le cadre de lignes rurales, un conducteur de train, pourrait très vérifier les titres transports avant la montée du train, assurer le petit entretien de son véhicule (État de propreté) aux terminus tel que peut le faire un chauffeur de car, faire fonctionner un appareil de voie en bout ligne afin d'effectuer une manœuvre de son véhicule si nécessaire etc. Déjà cela limiterai entre les coûts de personnel....
fraberth
Passager
Messages : 103
Inscription : 07 Déc 2017, 08:04:06

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar fraberth » 17 Fév 2018, 18:51:18

trambus a écrit :Dans le cadre de lignes rurales, un conducteur de train, pourrait très vérifier les titres transports avant la montée du train, assurer le petit entretien de son véhicule (État de propreté) aux terminus tel que peut le faire un chauffeur de car, faire fonctionner un appareil de voie en bout ligne afin d'effectuer une manœuvre de son véhicule si nécessaire etc. Déjà cela limiterai entre les coûts de personnel....


tout à fait d'accord car sur les lignes fréquentées il n'aura le temps de faire ça.
Mais sur les petites lignes le contrôleur pourrais aussi vendre des boissons et collations, faire le guide touristique etc, ce qui au passage permettrait de maintenir son poste

mais pour moi ça passe aussi par l'offre:
par exemple faire faire plus d'aller-retour à un même chauffeur dans la journée (cad rajouter des trains, tout en respectant les temps de pause etc)
augmenter la productivité de chaque conducteur en augmentant vitesse commercial (c'est lié au point précédent) notamment sur les petites lignes: en allant plus vite le train fera plus d'aller-retour, il sera plus attractif et on pourra utiliser un seul train (ou moins de trains selon l'offre), ce qui réduit les besoin en matériel roulant
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 17 Fév 2018, 19:40:55

trambus a écrit :Dans le cadre de lignes rurales, un conducteur de train, pourrait très vérifier les titres transports avant la montée du train,

Et il fait comment en cours de route? :buck2:
Il fait des arrets de 10 minutes pour vérifier les titres de transport?
Quid des fraudeurs? Le train ne part pas tant que le controle n'est pas fait?
Mais, si on a un controloducteur, il faut le payer plus non? Ou sont les économies? :coolsmiley:

fraberth a écrit :Mais sur les petites lignes le contrôleur pourrais aussi vendre des boissons et collations, faire le guide touristique etc, ce qui au passage permettrait de maintenir son poste

Pourquoi pas un massage thaïlandais aussi pendant qu'on y est :crazy2:
Et si le conducteur ne connait pas la région, ou se trompe sur les renseignements, il va être sanctionné pour ça? ???


fraberth a écrit :augmenter la productivité de chaque conducteur en augmentant vitesse commercial (c'est lié au point précédent) notamment sur les petites lignes:

Ah, l'eternel débat TF1esque du conducteur qui fout rien de ses journées.
Explique moi comment tu augmente la vitesse de la ligne si les voies sont toutes pourries?
Ce n'est pas pour que le conducteur se repose qu'il se traine, c'est parce que la voie est pourrie. Et c'est pas plus crevant de rouler à 140 qu'a 60, je te rassure.


fraberth a écrit :en allant plus vite le train fera plus d'aller-retour, il sera plus attractif et on pourra utiliser un seul train (ou moins de trains selon l'offre), ce qui réduit les besoin en matériel roulant
[/quote]
Et qui paye les sillons? l'usure du materiel et de la voie?
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
fraberth
Passager
Messages : 103
Inscription : 07 Déc 2017, 08:04:06

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar fraberth » 17 Fév 2018, 22:19:45

Vous avez une vision trop conflictuelle du travail pour moi
Je ne dis pas qu'un conducteur ne fout rien, mais en optimisant il peut fait un ar ou deux de plus.
Sur une année ça donne un véritable effet. Et cela va de paire avec des investissements sur le réseau.
Le ttol est récent, pourtant je crois savoir que de forts gains de temps sont possibles.

Un massage? Exactement. Sur le site lignes fréquentées on peut vendre un petit espace à des entreprises pour proposer des services.
Pour aller à bordeaux j'ai mis 8h en train, avec des arrêts trop courts pour descendre. Il y a quoi d'incroyable à proposer de la nourriture, des boisons et d'autres babioles ?

Je me souviens encore des 8 heures de voyage: aucune prise, même dans le TGV . Un vieux corail' il manquait bien entendu le wagon où je devais être. Une clim anémique.
Le reste du voyage dans le mauvais sens, à ne rien voir tellement les fenêtres sont petites et sales. D'ailleurs le monsieur à côté de moi, un passionné de train, s'est plaint de'la saleté extérieur du train au contrôleur. Mais c'est toujours pareil sur les corail, c'est peut être un problème de conception.
Pas de réseau ni de wifi.

Sinon plusieurs fois dans des ter j'avais une prise mais sans courant.
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 17 Fév 2018, 23:13:39

fraberth a écrit :Vous avez une vision trop conflictuelle du travail pour moi

Et vous avez une vision trop bisounours de la SNCF ou alors vous regardez trop BFMTv

fraberth a écrit :Je ne dis pas qu'un conducteur ne fout rien, mais en optimisant il peut fait un ar ou deux de plus.

En faisant des semaines de 50h on aura moins besoins de conducteurs, c'est sur.
En optimisant, on arrive à avoir des journées avec des prises de services avant 3h du matin pour finir à plus de 13h, faites ces horaires 5 fois dans la semaines, je me demande dans quel état vous serrez sur ce fameux "dernier" train.
Dois je vous rappeler qu'on parle de transport de voyageurs? Si je fais une bourde, si je m'assoupie, c'est des centaines de mort qui risquent de faire la une du 20h.

fraberth a écrit :Le ttol est récent, pourtant je crois savoir que de forts gains de temps sont possibles.

Et non, justement
pour la bonne et simple raison que plus des 3/4 de la ligne est en 1 voie.
En HP, à chaque évitement, vous avez un croisement.
Alors oui, on pourrai enlever le KVB, augmenter les vitesses limites, faire des arrets métro mais
1)si le KVB a été installé sur cette ligne, ce n'est pas historiquement pas pour rien
2)on risque des accidents
3)bonjour le confort voyageur


fraberth a écrit :Un massage? Exactement. Sur le site lignes fréquentées on peut vendre un petit espace à des entreprises pour proposer des services. .

hein?

fraberth a écrit :Pour aller à bordeaux j'ai mis 8h en train, avec des arrêts trop courts pour descendre.

Les arrets courts n'arrangent surement pas les conducteurs, je vous rassure et si a une époque ils ont éxisté, ce n'est plus le cas sans doute pour réduire les temps de trajets

fraberth a écrit : Il y a quoi d'incroyable à proposer de la nourriture, des boisons et d'autres babioles ?

Est ce le role du conducteur/controleur? (ce dernier a pour la plus part du temps un role de sécurité "au cas où")?

fraberth a écrit :Je me souviens encore des 8 heures de voyage: aucune prise, même dans le TGV . Un vieux corail' il manquait bien entendu le wagon où je devais être. Une clim anémique.
Le reste du voyage dans le mauvais sens, à ne rien voir tellement les fenêtres sont petites et sales. D'ailleurs le monsieur à côté de moi, un passionné de train, s'est plaint de'la saleté extérieur du train au contrôleur. Mais c'est toujours pareil sur les corail, c'est peut être un problème de conception.

Et bien on revient au manque de personnel et d'entretien, encore une fois pour faire "moins cher", le privé ferra t'il mieux?

fraberth a écrit :Pas de réseau ni de wifi.

J'ai passé des heures dans les train il y'a 15 ans de ça, sur des Lyon - Tours, le Wifi n'existait pas, le téléphone, limité aux appel et je n'en suis pas mort.
Ajouter tout cela, c'est que du plus; et encore de l'argent claqué pour des broutilles alors qu'il pourrait être réinvesti. (un peu comme les changements de logo, de livrée, de nom, etc...)

fraberth a écrit :Sinon plusieurs fois dans des ter j'avais une prise mais sans courant.

Encore une fois, probleme d'entretien, et je ne vois pas en quoi de la polyvalence du conducteur y changerai quelque chose. J'y connais rien en prise electrique. Je laisse ça aux professionnels.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
fraberth
Passager
Messages : 103
Inscription : 07 Déc 2017, 08:04:06

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar fraberth » 17 Fév 2018, 23:47:18

Non non je n'ai pas de télé et je ne regarde pas les informations
Et puis, je ne suis pas du tout un amateur du rail inscrit sur un site où on doit être 8, non je suis juste un trompeur qui n'y connais rien

Je parle de fait un trajet en plus' par exemple ´ et chez vous ça devient une semaine de 25h. J'aurais préféré un avis de conducteur de train du type "je conduis sur telle ligne où c'est possible, mais telle autre on ne peut pour x raisons", histoire de discuter de l'idée

Pour le ttol de je vous invite à consulter le site transportrail: ce ne sont pas des demons libéraux et pourtant ils ont pas mal de' propositions pour le ttol.

Pour la nourriture ce n'est pas le rôle du conducteur, mais du contrôleur sur une petite ligne pourquoi pas. Au moins avoir des distributeurs automatiques.

L.absence de prises ne concerne en rien l'entretien, il faut juste faire l'installation et mettre en marche le courant. Tout le monde n'a pas le même avis que vous: le voyageur paye un service, parfois assez cher, il attend un minimum de confort.

La polyvalence des conducteurs n'est qu'un détail surtout valable sur les petites lignes.cest le fonctionnement global de l'entreprise qui est a revoir.
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 18 Fév 2018, 00:45:14

fraberth a écrit :Je parle de fait un trajet en plus' par exemple ´ et chez vous ça devient une semaine de 25h. J'aurais préféré un avis de conducteur de train du type "je conduis sur telle ligne où c'est possible, mais telle autre on ne peut pour x raisons", histoire de discuter de l'idée

Je veux bien dire sur quelles lignes je conduis, mais ça ne va rien changer, il suffit de voir le temps d'un trajet de bout en bout pour voir qu'il est difficilement concevable d'en rajouter encore et encore.
Et puis dans le cas où c'est possible, il faut aussi voir l'état du conducteur.
En formation, j'ai eu l'occasion de faire un Avignon Macon, 3h49 de conduite pour 28 arrets.
Je peux vous dire qu'arrivé à Macon, j'étais loin d'être au meilleur de ma forme, surtout apres m'être levé à 3h30 du matin dans un hotel à Avignon (parti la veille à 8h de chez moi)
En théorie, j'aurai encore pu faire un Macon - Part Dieu, mais lors de la création des roulements, ils ont estimés que c'était trop risqué.
Il faut bien différencier la ligne tranquille où on bloque la vitesse à 120 km/h et où on s'arrete toutes les heures, et celle comme les lignes péri urbaines de Lyon où on s'arrete toutes les 5 minutes (voir moins sur Villefranche Vienne).
Une autre chose, en cas d'incident, quel sera le temps de réaction d'un conducteur rincé par une grosse semaine de travail?.

fraberth a écrit :JPour le ttol de je vous invite à consulter le site transportrail: ce ne sont pas des demons libéraux et pourtant ils ont pas mal de' propositions pour le ttol.

Je n'ai guerre le temps de regarder tout ça (et oui je bosse ce dimanche) mais si c'est encore les memes personnes qui ont des propositions farfelues que de faire rouler un TT en "circulation à vue", je prefere m'arreter là.

fraberth a écrit :Au moins avoir des distributeurs automatiques.

Certains AGC sont prédisposés pour ça, les Corradia Liner aussi à ce qu'il parait et cela n'a jamais été fait pour une simple raison : le vandalisme.

fraberth a écrit :Tout le monde n'a pas le même avis que vous: le voyageur paye un service, parfois assez cher, il attend un minimum de confort.

Les voyageurs payent pour voyager, pas pour recharger leur téléphone. Les nouvelles rames sont équipés de prise pour le confort mais il n'est nulle part indiqué que c'est un droit dans un train.
Pour ce qui est du confort, je trouve les rames corails hors d'age à des lieux niveau confort qu'une Régio2N et leurs rangées de 5 sieges mais avec prises électriques.

fraberth a écrit :cest le fonctionnement global de l'entreprise qui est a revoir.

C'est le découpage de l'entreprise qui pose probleme, la spécialisation (un conducteur TER ne fait pas de fret et vice versa), le manque d'entretient (pour réduire les couts), la supression de postes d’exécution tandis que le nombre de cadres (sup) explose.
Et surtout une politique foireuse (car le décideur reste l'état) depuis des décennies.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 18 Fév 2018, 01:35:31

Auron a écrit :Je t'invite à discuter avec des "conducteurs"
Et plus proche de Lyon, je t'invite à aller discuter avec les conducteurs du TTOL, on verra s'il y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.
"Plus grande flexibilité des taches" : Tu es embauché comme conducteur mais on va te dire de faire de la vente, du renseignement, etc...
Je sais pas où tu travaille mais je me demande si tu serai d'accord que ton patron déboule là où tu bosses pour te dire : allez, va passer le balai dans le couloir. Non chacun son taf et je ne vois pas en quoi être multi tache est un plus quand tu es conducteur.

Je ne veux pas me mêler de la dispute, pardon discussion (et j'espère qu'elle ne mènera pas au clash),
mais quand j'ai vu ça, je me suis dis, mon Ami Auron, que tu n'avais sans doute pas beaucoup discuté avec des salariés du privé, parce que c'est presque une pratique courante dans la boite où j'ai bossé :

Demander à un(e) secrétaire/employé(e) de bureau payé(e) 1150 €/mois d'aller trier, mettre dans des cartons, préparer pour expédition des dossiers stockés dans les caves du bureau depuis des années - sans pour autant l'alléger d'aucune autres des tâches de son secrétariat, c'est une façon de faire récurrente. Pire : une des dernières à qui les patrons ont fait ça était en convalescence d'un cancer. Elle a fini par se barrer.

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 18 Fév 2018, 05:40:46

Nanar : je sais que la pratique est courante, je ne trouve néanmoins pas ça normal.
Je me souviens quand je venais d’être emauché aux Cars Faure, un mec était en train de nettoyer les WC. Quand j’en suis venu le salue: il m’a dit qu’il était conducteur mais qu’entre 2 services, il lui avait donné donné ça à faire. J’ai trouvé cela anormal.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 18 Fév 2018, 10:49:19

Bonjour

Pourquoi ne pas privatiser la totalité du réseau routier ?
L'article de Jancovici est amusant (il date d'avant le rapport Spinetta mais il répond en quelque sorte à la "philosophie" qui sous-tend ce rapport.)
https://jancovici.com/transition-energe ... u-routier/

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 18 Fév 2018, 15:10:35

Sans aller jusque là, l'écotaxe aurait été un bon moyen pour pouvoir mener à bien des projets en lien avec le transport en commun (et je ne parle pas que de trains)
Combien de projets ont été abandonné suite à l'annulation de l'écotaxe?
Mais on diverge.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 19 Fév 2018, 10:57:12

Salut

Communiqué de presse de la FNAUT, daté du 19/02
Le rapport Spinetta : une vision défaitiste de l’avenir du rail

Très conformiste, le rapport Spinetta, est basé sur les préoccupations financières de l’Etat et les orientations déclinistes de la SNCF. Il ignore les conditions de concurrence entre modes de transport, le transport du quotidien et l’environnement hors zones denses, et les succès du rail à l’étranger.

Un rapport monomodal
Le rapport Spinetta ignore les conditions particulièrement inéquitables de concurrence entre le rail et les autres modes de transport, voyageurs et fret, qui expliquent largement la sous-utilisation du train et son manque de rentabilité : le trafic actuel ne reflète pas le trafic potentiel. Si ces conditions de concurrence étaient corrigées, 70 % des liaisons TGV (selon la SNCF) ne seraient pas déficitaires.

Des propositions à retenir
La FNAUT approuve cependant plusieurs propositions essentielles du rapport Spinetta :
- un apurement partiel de la dette ferroviaire, qui permettrait d’amorcer un cercle vertueux (baisse des péages ; renforcement de l’offre, de la fréquentation et des recettes ; accélération des investissements) ;
- la conversion de SNCF Mobilités en société anonyme, le pilotage de la modernisation du rail par SNCF Réseau, le rattachement de Gares et Connexions à SNCF Réseau, la réduction du rôle de l'EPIC SNCF de tête, la filialisation de Fret SNCF et la création d’une filiale « lignes capillaires » de SNCF Réseau ;
- l’introduction de la concurrence, sous forme de délégation de service public, pour l’exploitation des trains TER ; l’exemple allemand montre qu’usagers, contribuables et emploi des cheminots ont tout à y gagner.

Des propositions à revoir
- Le rapport reconnaît le rôle indispensable du train dans les zones denses, et - c’est une nouveauté - celui du TGV (le seuil des 3h de trajet au-delà duquel le TGV ne serait plus pertinent est cependant contestable).
- Il préconise une libéralisation dangereuse des services TGV (on note déjà des suppressions unilatérales sur des lignes importantes, inadmissibles selon la loi du 4 août 2014) sous la forme de l’accès libre (« open access »). Ces modalités doivent être revues afin de garantir une offre satisfaisante : la FNAUT propose une formule de franchises regroupant TGV et Intercités, associée à une dose limitée d’accès libre.

La FNAUT s’oppose à une contraction inéquitable du réseau ferré
- Le rapport préconise de supprimer les « petites lignes » peu fréquentées, sans même s’interroger sur la faiblesse de la clientèle alors que les routes parallèles sont souvent surchargées.
- Cette faiblesse résulte de celle de l’offre, de la dégradation des lignes, d’une exploitation déplorable par la SNCF et à des coûts excessifs, supérieurs de 40 % à ceux qui sont observés en Allemagne.
- Le rapport ignore les innovations techniques et commerciales introduites par les opérateurs étrangers, qui expliquent la croissance du trafic ferroviaire, voyageurs et fret, observée dans tous les pays voisins.
- Il propose de confier la rénovation des petites lignes aux Régions, mais sans moyens financiers nouveaux.
- Depuis 1960, beaucoup de « petites lignes » ont été supprimées au détriment du maillage du réseau, donc des « transports du quotidien » des habitants des villes moyennes, sans rétablir la santé financière du rail.

La FNAUT attend du gouvernement qu’il rejette toute contraction du réseau ferré avant l’introduction de la concurrence et de nouvelles méthodes d’exploitation des « petites lignes », et qu’il soumette rapidement au Parlement le schéma des services de transport ferroviaire prévu par la loi du 4 août 2014.


A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Rémi
Passager
Messages : 5440
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Rémi » 19 Fév 2018, 11:20:22

Salut

En mettant en avant la question du statut cheminot, Spinetta propose un écran de fumée. C'est un sujet. Oui. Il faudra le réformer. Oui. Pourquoi ? Parce qu'il est en grande partie en décalage avec l'évolution du monde ferroviaire. Est-ce un handicap irrémédiable pour le ferroviaire en France ? C'est nettement moins certain, du moins pas dans la proportion sous-jacente et probablement pas à court terme. On pourrait déjà faire mieux même dans le carcan - un peu étriqué il faut bien l'admettre - du statut actuel.

Mais il ne faut pas se tromper de combat. On peut s'arquebouter à l'extrême sur le statut cheminot... mais il ne faut pas perdre de vue l'avenir du chemin de fer. Il faut donc inverser le raisonnement : défendre un chemin de fer renouvelé, modernisé et en phase avec la dynamique des territoires (eh oui, n'oublions pas que ça sert à ça le train, ce n'est pas une activité en vase clos), acteur de la transition énergétique. Le statut, c'est de la cuisine interne. On doit discuter du menu, pas de la façon d'éplucher les légumes.

Pendant ce temps, on peut faire la peau des petites lignes sans discernement. Dans les UIC 7 à 9, on a Lyon - Roanne (section L'Arbresle - Le Coteau) et Lyon - Bourg (section Sathonay - Bourg). Ce qui montre que cette classification est inadaptée à un usage stratégique. Donc un examen au cas par cas et section par section est indispensable. Mais comme beaucoup de décideurs ont une vision qui passe à peine le périph' parisien...

Mais il faudra tout revoir sur ces lignes (ce qui fait qu'en principe, j'ai du boulot pour quelques décennies). Caractéristiques de l'infrastructure, optimisation des performances, structuration capacitaire (pas besoin de 5 évitements quand on en utilise 2), organisation de la gestion des circulations... mais aussi production du service, de la sous-utilisation du matériel roulant aux missions de chaque agent. Oui la polyvalence est un atout pour ces lignes et il suffit de passer les frontières pour aller voir comment cela se passe. Pas entendu dire que les employés des secondaires suisses étaient malheureux à être qualifiés pour la conduite, le contrôle, l'entretien de la voie, du matériel... C'est un peu comme dans les réseaux urbains avec le choix entre des conducteurs ferrés / conducteurs routiers ou des conducteurs mixtes...

Je ne suis cependant pas certain que la méthode employée soit la bonne. La stratégie Spinetta est trop explosive dans un contexte français qui fait preuve d'une forme de conservatisme, parfois par étroitesse d'esprit mais souvent par crainte de l'avenir. Difficile de créer un effet d'adhérence dans ces conditions.

Sur la migration en SA : elle est probablement inéluctable pour Mobilités par rapport aux règles de transparence vis à vis d'un marché ouvert. Pour Réseau, c'est plus dangereux car cela impliquerait un renchérissement de la dette par une hausse des taux d'emprunt ! Bercy sera regardant, on peut s'en douter.

Pour le reste, je trouve baroque d'avoir confié cette mission censée jeter les bases de l'avenir du ferroviaire a quelqu'un qui a loupé l'avenir de l'aérien en ne croyant pas au low-cost quand il présidait Air France...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
Airbus
Passager
Messages : 759
Inscription : 16 Août 2011, 10:37:07
Localisation : Fontaines-sur-Saône

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Airbus » 19 Fév 2018, 12:18:45

Rémi, je partage l'essentiel de ton point de vue.
Pour M. Spinetta, il faut tout de même lui reconnaître qu'il a su unifier le Groupe Air France et constituer un pôle de rang mondial sufisamment puissant pour être encore présent dans ce secteur en 2018.
C'est en effet quelqu'un qui n'a pas trop cru au développement des low-cost, mais il n'était alors pas le seul, il faut bien le reconnaître aussi.

En ce qui concerne le ferroviaire, il est important de distinguer l'avenir du ferroviaire de l'avenir de la SNCF.

Le ferroviaire gagnera à l'ouverture à la concurrence régulée par des marchés ou des DSP lancées par les Régions avec un cahier des charges précis comme on y est habitué dans l'urbain et l'interurbain depuis des décennies. Je ne crois pas que ce soit d'ailleurs au détriment du client-voyageur, le cas de Lyon est d'ailleurs à ce sujet plutôt exemplaire, me semble-t-il.

Cette ouverture n'empêchera d'ailleurs nullement à la nouvelle SA holding SNCF de proposer certaines de ses filiales comme postulants. Keolis pourrait ainsi très bien exploiter des lignes ferroviaires régionales au même titre que Transdev et d'autres sur des durées sans doute plus longues qu'en mode routier.
Les structures de coûts différentes pourraient ainsi permettre de descendre sensiblement le prix du Km Train qui est trpp élevé de nos jours, quand on le compare avec des modes routiers.
Or c'est bien ce coût km train qui joue en permanance contre son camp et qui conduit à la fermeture des lignes ferroviaires au prétexte qu'elles sont devenues trop chères. Il est vrai qu'à 25 € du km train, on a atteint des somets quand on sait par ailleurs qu'un autocar roule à moins de 3 € du km, et parfois beaucoup moins !
Plutôt que de fermer des lignes ferrées, donc en site propre, il est urgent de les ouvrir à une exploitation optimisée, mais restant sécuritaire et souple comme sait l'être une entreprise commerciale motivée par un gain de clientèle, lui-même dopé par des mesures incitatives et une charte de qualité de service et l'espérance de renouveler son contrat à échéance.
Le client-voyageur trouvera tout son intérêt dans cette évolution du monde ferroviaire.
L'"usager" comme se plaisent encore à le dire certains syndicalistes du siècle dernier, correspond à une notion qui n'a plus cours aujourd'hui.
Le client-voyageur en revanche, a le choix entre plusieurs modes de déplacement et personne n'est autorisé à lui dicter ses choix. C'est une donnée à prendre en compte.
Le client-voyageur aime le confort du train, sa vitesse, son côté écologique, mais il trouve aussi que c'est souvent trop cher et le client-voyageur est donc sensible à tout effort pour en réduire le coût d'exploitation.
Cette réforme du ferroviaire peut donc être une chance pour le mode ferroviaire, il faut la saisir. La SNCF et ses filiales y trouveront de quoi se développer aux côtés d'autres acteurs, car il ne faut pas voir le ferroviaire comme un mode statique que l'on devra partager sans espoir d'augmentation du volume d'activité. Je pense vraiment que le ferroviaire a de l'avenir, et que s'il sait s'adapter au nouyveau contexte, moins monolithique, moins corporatiste, plus efficient, plus commercial, il pourra se redéployer.
Qui aurait cru, il y a quarante ans au renouveau du tramway mode ferroviaire pour l'essentiel, ceci doit servir de modèle, on peut refaire du ferroviaire dans les régions, en rouvrant des lignes, en en créant sans doute de nouvelles, mais en n'oubilant jamais que le but au bout du rail c'est d'avoir un produit adapté à la demande et d'un coût supportable par le couple collectivité et client-voyageur, sans quoi, on peut rêver beaucoup, mais en pure perte.
Rémi
Passager
Messages : 5440
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Rémi » 19 Fév 2018, 13:26:48

Re

Nous sommes d'accord !

Et si on mène une analyse factuelle de la situation des petites lignes, on s'apercevra qu'il y a peut-être au maximum 500 km dans une position difficile, et que les 8700 autres km sont pertinents... pas toujours sous leur forme actuelle peut-être...

Rémi
Tomtom
Passager
Messages : 88
Inscription : 02 Déc 2008, 20:36:54

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Tomtom » 19 Fév 2018, 16:11:58

Le statut des cheminots est un moyen de faire baisser le coût d'exploitation. J'ai lu que l'Allemagne arrive à faire 40% moins cher sur les dessertes locales (si quelqu'un a une source fiable, je suis preneur). En Suisse et en Allemagne, ce qui marche bien c'est la décision et le financement local. Pourquoi l'état, et une entreprise nationale, s'occuperaient d'une desserte d'intérêt purement local? Ça n'a aucun sens. Mais pour faire descendre la décision et les responsabilités au niveau local il faut aussi faire descendre les moyens. L'autonomie fiscale et budgétaire des collectivités allemandes ou suisse est sans commune mesure avec celle des collectivités françaises. Refiler les lignes locales aux régions, très bien, mais elles les financent comment si elles n'ont aucune marge de manoeuvre budgétaire?
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 19 Fév 2018, 16:40:29

Mais justement, quand on n'a pas de marge budgétaire, on a plutôt intérêt à prendre un fournisseur de services qui facture ses prestations moins cher.

Car enfin, c'est déjà la Région qui paye le plus gros de l'investissement en matériels TER et leur exploitation.

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 19 Fév 2018, 18:38:25

Un fournisseur qui paye les services moins cher ? ???
Je demande à voir des exemples concrets.

Si l'administration travaille en direct avec un minimum de rigueur et de logique, elle aura a minima les mêmes tarifs qu'une société ou un acheteur privé (sauf si bien évidemment, elle évolue dans un environnement administratif et réglementaire foisonnant et compliqué. On en parle des règles d'appel d'offres de plus en plus draconiennes interdisant de fait l'accès à la plupart des fournisseurs ?).

L'empilement de coûts s'arrête à ce stade. Comme une différence avec le privé, pour lequel j'imagine aisément qu'il y a une histoire de rentabilité / bénéfice / résultat net... enfin un truc du genre. Qui vient en plus...

On en reparle du prix de l'eau qui baisse curieusement une fois que le service est repassé en régie directe par la collectivité locale (après une période plus ou moins longue sous gestion privée / DSP, où les factures se sont envolées) ? :coolsmiley:

Et les autoroutes privatisées, au fait. Les péages baissent ? ??? J'ai du rater un épisode.


Alors que la sncf se "reprenne" et fasse un gros effort d'optimisation en interne me paraît nécessaire sur les différentes strates décisionnelles, et qu'elle fasse rapidement un tri entre les forces vives qui ont en charge directement la production (entretien infras, sécurité, matériel roulant) à augmenter fissa, et ceux qu'il convient de classer encore plus rapidement (maintenant que le constat de leur inefficacité d'une part, de leur dangerosité pour la pérennité de l'outil d'autre part est désormais sans appel) dans la catégorie des administratifs, comptables, et commerciaux surnuméraires. Un moratoire immédiat sur la valse des prix permanente, un nettoyage en règle du matériel et des abords (avec remplacement des vitrages dans les Corails restants !), la remise sur le terrain immédiate d'équipes en charge de l'entretien, et pas soumises à des référentiels souvent ahurissants (du style "constat d'un tirefond desserré, imposant un rapport documenté validé par un service centralisant les demandes d'intervention pour évaluer leur criticité, puis programmer une campagne ultérieure" ou toute autre situation analogue...)... et virer tous ceux qui ne sont pas motivés pour défendre cet outil de travail QUI NE LEUR APPARTIENT PAS.

Changer l'image déplorable, M....E ! et ne pas se contenter d'enfumer les écrans de pub.


Sortir du cauchemar, et :

Revenir sur des standards de gestion et d'exploitation qui ont montré leur limite et leur inadaptation progressive à l'évolution du monde réel ...

Comprendre qu'on ne gère pas tout à fait l'Idf (monstre à la structuration cancéreuse, et ses besoins sans fin en rajouts d'excroissances métastasées) comme les TER en Régions, qui ont tous leurs besoins spécifiques. Pas la même échelle, pas le même patrimoine, pas les mêmes attentes. Certains ont tellement grenouillé en ce sens, et d'autres ont tellement laissé faire pour rester "tranquilles au chaud en attendant la retraite", à coté de gens motivés et dynamiques (mais noyés sous le nombre et l’énergie dispersée en réunions) que tout le monde est persuadé que la gestion des TC pour l'Idf faite en bloc par un seul organisme est de fait impossible.

Comprendre qu'on peut réattribuer le fonctionnement des réseaux grandes lignes aux régions, tout en obligeant chaque région à entretenir et exploiter des liaisons pertinentes hors TGV entre elles, avec des points de contact à leurs limites respectives ; c'est possible, mais il y a encore quelques esprits perturbateurs à canaliser en région en ce sens, qui pensent qu'on peut faire ça en autocar, mais pas avec le train... On en parle de Montluçon <> Clermont-Ferrand ? Ou de Clermont-Ferrand <> Limoges ? Et tout le maillage de lignes soigneusement et méthodiquement traité au défoliant ? Et le fret ferroviaire, il est où ?

Obliger à ce que la gestion soit en fonction des besoins réels des usagers, et adapter les horaires, le dimensionnement du matériel, la propreté, etc. Mais pour ça, il faut arrêter de supprimer progressivement les moyens, et faire un gros boulot de remise en cause, probablement.


La sécurité n'est pas négociable, et elle passe par du monde attentif et structuré en ce sens. Mais si, comme on l'entend et on le lit de plus en plus souvent, il n'y a plus personne le long des voies, il est inutile de piapiater dans des réunions pour évaluer la pertinence d'un référentiel : le travail de base pour maintenir une vitesse maxi et une fiabilité totale n'est pas fait, avec pour conséquence directe tous les ralentissements "provisoires" qui amorcent la deshérence.

Et ce cauchemar, ça suffit.


Je trouve juste impressionnant qu'on ait confié le job de faire la synthèse à un rapporteur au passé professionnel résolument orienté vers l'avenir radieux SANS TRAIN, cantonné à l'IDF, le reste dévolu à la route et à l'avion... qui n'a pratiquement jamais bougé de sa "ligne éditoriale", et qui a effectivement pour titre de gloire d'avoir regroupé Air Inter et Air France en une seule entité et constituer un "groupe"... alors qu'Air Inter aurait pu suivre l'évolution vers le low / middle cost sans aucun problème existentiel et avec un minimum de frais. C'est en gros ce qui s'est fait ailleurs, avec des procédés et des constructions juridiques similaires. ::)

Et l'équipe dont il s'est entouré est plutôt "obscure". Pas compris leurs compétences, pour tout dire... :-\
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
nanar
Passager
Messages : 8637
Inscription : 15 Nov 2004, 10:07:16
Localisation : lyon 6è - http://www.darly.org & http://lyonmetro.org
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar nanar » 19 Fév 2018, 23:52:12

BBArchi a écrit :Un fournisseur qui paye les services moins cher ? ???
Je demande à voir des exemples concrets.

NON, un fournisseur qui VEND ses services moins cher.

A+
nanar
"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution pour l'aménagement des villes, vous êtes une partie du problème."
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 20 Fév 2018, 00:35:34

Oui, qui vend, pas qui paye. ::) Merci Nanar d'avoir relevé.
Mais quand on rentre dans cette logique, il faut aussi intégrer la notion de niveau de qualité pour le prix convenu. Et je ne suis pas certain qu'on s'y retrouve automatiquement...

Mais je prends également en compte le fait qu'un fournisseur achète lui aussi un certain nombre de prestations, de matières, de pièces, d'équipements, etc. Qu'il fasse moins cher qu'un acheteur public est toujours curieux ; dans cette hypothèse, on ouvre automatiquement la boite à suspicions, sauf à demander un audit sur chaque ligne comptable et une vérification sur chaque carton qui rentre dans un dépôt. Et si cet audit est inclu dans une convention de DSP, par exemple, le cout de cet audit sera nécessairement répercuté d'une manière ou d'une autre... ou bien le privé en question aura une politique de gestion très hasardeuse*.

Dans l'émission 28minutes, tout à l'heure, un mini débat avec le président de la FNAUT + un idéologue de la libéralisation + une politique, face aux 2 chroniqueurs / journalistes. Intéressant de voir que la conclusion commune était la notion d'armée mexicaine, avec plus de chefs que de soldats, applicable à l'organigramme actuel de la SNCF : peu de soutiers, beaucoup de porteurs de stylos affublés d'un statut de cadre / commercial / décisionnaire. Les 3 avaient l'air de penser que le problème résidait beaucoup dans ce contexte...

*
(Sans idéaliser le public non plus, hein. Faut pas prendre tous les gens pour des jambons...)
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Avatar de l’utilisateur
amaury
Passager
Messages : 4368
Inscription : 12 Nov 2004, 12:19:03
Localisation : Lyon 5e
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar amaury » 20 Fév 2018, 10:38:20

Le problème n'est, pour moi, pas la question de public ou privé, c'est la question de l'intérêt général. Une collectivité qui passe par une DSP mais qui ne contrôle pas (et ne se donne pas les moyens de contrôler) son délégataire se fait avoir (cas de la plupart des DSP sur l'eau, apparemment). Dans ce cas, la menace de la reprise en régie est très efficace. Mais les collectivités peuvent se donner les moyens de leurs ambitions. C'est le cas à Lyon pour le transport urbain. Il y a au SYTRAL une batterie de gestionnaires et analystes pour vérifier que le service fourni est conforme aux objectifs. Et ça marche.

A l'inverse, des régies ou entreprises publiques sont critiquées au-delà de leur coût. Un ancien cadre d'EDF, auteur d'un Que sais-je il y a quelques temps, disait que les entreprises publiques monopolistiques d'Etat en France (comme EDF ou SNCF) n’intégraient dans leur gouvernance pas la notion de service au citoyen mais étaient prises dans des arbitrages entre les grands corps de l'Etat, d'un côté, et les syndicats de l'autre, chacun défendant sa propre vision de ce que devait être ce service public sans jamais demander son avis au citoyen. Les arbitrages faits prenaient alors en compte les orientations politiques (évidemment) et, au mieux, ménageaient les syndicats. Je n'ai pas les moyens de dire ce qu'il en est mais vu l'énormité de la SNCF, il est assez logique que les relations entre une autorité organisatrice type Région et son exploitant (obligatoire) SNCF soient faussées.

Le débat de fond, à mon sens, n'est donc pas une question idéologique de savoir qui ferait mieux ou moins cher entre le privé et le public. Une des plus grosses erreurs serait de penser que l'exploitant détient la vérité sur tout. Dans le cas d'un délégataire privé, ça saute aux yeux. Mais aussi pour un délégataire public ! Une régie ou entreprise publique qui fonctionne en vase clos sans que l'autorité organisatrice n'ait aucun moyen de contrôle arrive exactement au même résultat : un un service tourné vers ce que l'exploitant croit être la bonne démarche.

Je pense donc que le meilleur système est bien celui qui régit le transport urbain et interurbain mais sous réserve que les collectivités aient les moyens de mener leurs missions. Or, à ce niveau, on est dans la contradiction évidente puisqu'on demande aux collectivités de réduire leurs effectifs. ça fait déjà 4 ans que le mouvement est entamé. On en demande toujours plus (de réductions d'effectifs) mais on en demande aussi toujours plus (de missions à assurer). Faudrait savoir...
A quand le retour des trolleys sur l'axe A2 ?!? Pourquoi attendre le TOP ??? En attendant, RDV sur les traces du FOL: http://folsaintjust.free.fr.
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 20 Fév 2018, 15:41:55

Amaury> Réflexion très juste. D'ailleurs on le vérifie aussi dans les ateliers, apparemment... de moins en moins de monde "en bas" au niveau des pots d'échappement. Stable ou un peu plus à l'étage...

Un article vient de sortir pour les conséquences directes en Auvergne Rhone Alpes. Il a même fait la une :
https://www.lamontagne.fr/clermont-ferr ... 45288.html
Voila ce que ça va donner : en bleu, tout ce qui dégage, aux pouillèmes près.
Pour le rouge/rosé, "on se tâte"
Image


Pour revenir au rapport...

J'ai beaucoup de respect pour l'age avancé. Mais parfois...

Un vieux monsieur ayant fait carrière aux plus belles heures des lobbys routier et pétrolier, s'y connaissant parfaitement en train pour n'y avoir jamais mis les pieds, se retrouve catapulté responsable chef d'une étude qui va engager les futures générations (combien ? 4,5 ? Plus ?).
Est-ce une dernière gratification pour services rendus ? Un dernier soubressaut avant la fermeture ? Une voie de garage ? Une simple fin de parcours avec un rapport symbolique, les décisions étant déjà prises par ailleurs ?

A 74 ans, désolé d'être dur, mais il est trop tard tant pour exercer un métier physiquement éprouvant qu'occuper un poste "à responsabilités". L'age de la retraite ayant été fixé à la décennie d'avant, pour que les salariés puissent en profiter, pour que les décisions soient prises par des professionnels en pleine possession de leurs moyens, mais aussi parce qu'au dela, le risque pour l'employeur d'avoir des soucis non rentables serait (noter le conditionnel) de plus en plus élevé.

Alors il faudrait savoir : c'est l'un ou l'autre, mais pas les uns versés en politique jusqu'à plus de 80 ans, tous les autres à moins de 65/67 ans...

Ce rapporteur me paraît autant indiqué à ce poste qu'un tournevis dans la poche d'une poule, si l'on peut faire la comparaison surréaliste. Quant aux personnalités qui ont fait partie de la team de rédaction... Comment dire ? Elles sortent de quels placards ? Quelles compétences, exactement ?

Ces gens de l'époque VGE continuent à sévir après avoir mis tout le patrimoine en vrac, et plus grave : en laissant des factures impayées aux héritiers insolvables.


Un point qui me chiffonne fortement aussi, dans le contenu ; finalement, la bataille de chiffres n'a pas eu lieu, puisque les données prises en compte sont "mises en perspective"... Mais quand même, des choses m'interpellent sur la méthodologie de l'analyse, ce qui confirme que les statistiques, on peut les retourner comme l'on veut : en 2016, les TGV n'ont représenté que 5,6 % des trains et SEULEMENT 2 % des passagers (comme les TER les moins fréquentés).

Donc, il FAUT supprimer les TGV, avec leur raisonnement appliqué pour enfoncer un clou avec le doigt.


Je propose aux cheminots que, plutôt que de manifester bruyamment (et en bousillant leur capital sympathie écologique en cramant les pneus), plutôt que de participer activement à la justification de leur propre disparition en multipliant les actions de grève qui vident les trains et les recettes, ils fassent fissa des propositions / contre propositions en matière de gouvernance. Et ensuite, rapidement, qu'ils aillent les porter tous les jours, par paquets de 50/100 personnes directement en mains propres aux élus, cadres, ensemble hiérarchique au complet, si possible en Idf pour la bonne visibilité médiatique, ce qui aurait pour intérêt de les rendre visibles, ne pas désorganiser la vie de leurs clients, conserver intact le capital sympathie voire le restaurer en faisant savoir que tous les trains circulent normalement...

Les manifestations, ça ne marche pas.
Les pétitions, les destinataires rigolent.
Les barrages sur les voies, cela renforce le principe de "nécessité de mettre un terme à ces divagations et rétablir la sécurité"

En 2018, va falloir penser à autre chose.
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Avatar de l’utilisateur
Airbus
Passager
Messages : 759
Inscription : 16 Août 2011, 10:37:07
Localisation : Fontaines-sur-Saône

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Airbus » 20 Fév 2018, 19:35:23

amaury a écrit :Je pense donc que le meilleur système est bien celui qui régit le transport urbain et interurbain mais sous réserve que les collectivités aient les moyens de mener leurs missions. Or, à ce niveau, on est dans la contradiction évidente puisqu'on demande aux collectivités de réduire leurs effectifs. ça fait déjà 4 ans que le mouvement est entamé. On en demande toujours plus (de réductions d'effectifs) mais on en demande aussi toujours plus (de missions à assurer). Faudrait savoir...


Nous sommes bien d'accord.

Petit bémol au sujet des effectifs des collectivités.
On leur demande de réduire la voilure, certes, mais après une très sérieuse augmentation de leurs effectifs entre 2000 et 2010. En clair la réduction des effectifs demandée les ramènera malgré tout assez nettement au-dessus de leurs effectifs de 2005, par exemple.
En effet, la création des communautés de communes et d'agglomération qui aurait du avoir pour effet d'optimiser les effectifs des collectivités locales a souvent eu l'effet quasiment inverse.
On a gardé les effectifs communaux le plus souvent, et on a recruté à côté des effectifs intercommunaux.
Chacun a pu le voir, il y a eu beaucoup de dérives tant dans des collectivités dites de Droite que dans celles dites de Gauche, d'ailleurs.
Aujourd'hui on en revient à la normale, mais il n'y a pas péril en la demeure, loin s'en faut !
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 20 Fév 2018, 22:10:16

J'ai noté une belle carte, avec de beaux traits en couleur d'épaisseur variable, illustrant le trafic sur chaque ligne ferroviaire en 2013, mise à jour 2015. Houlaaa. C'est vieux et obsolète...
https://www.sncf-reseau.fr/sites/defaul ... R_v1-2.pdf
... et on découvre que la métropole lyonnaise a le trait le plus gros de la France, entre Givors et Lyon.
Ça en bouche une surface, hein ?

Si vous voulez plus de données : https://www.sncf-reseau.fr/fr/projets-c ... res/cartes
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 22 Fév 2018, 10:50:37

Il est toujours intéressant de regarder la presse spécialisée "économique". On y trouve des pépites...
https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 154407.php

SNCF : les surprises du rapport Spinetta sur les prix des billets de train
Lionel Steinmann 16/02/2018
Des ajustements sur la politique tarifaire des TGV pourraient rapporter 200 millions d'euros de recettes supplémentaires, selon les calculs de l'ancien patron d'Air France-KLM.

Le rapport Spinetta sur la refondation du ferroviaire, remis jeudi au Premier ministre, a suscité de nombreux commentaires à propos de ses préconisations sur l'avenir des petites lignes ou du statut des cheminots . Mais ses recommandations sur le prix des billets, passées inaperçues, pourraient ne pas être toutes du goût des clients


Le processus de privatisation n'a pas commencé depuis 10 minutes que déjà, l'idée d'un relèvement des tarifs... toussa... ahem.
Dans les commentaires des articles de presse, on va encore trouver des wagons de trolls (payés à l'écrire ?) persuadés que la privatisation n'est pas le mal ... au lieu de demander une refonte optimisée mais rigoureusement inscrite dans le bien collectif d'une organisation publique, propriété de tous.
Pff... :(
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Rémi
Passager
Messages : 5440
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Rémi » 22 Fév 2018, 11:05:55

Salut

Il ne faut pas tout mélanger. Et surtout avoir le courage de regarder les choses en face. Ouigo coûte plus qu'il ne rapporte. Donc qui paie ? C'est une activité aux risques et périls du transporteur. Donc c'est soit de la dette, soit de la suppression de services, soit une hausse des prix. Si on commençait par éviter de prendre le voyageur pour une truffe en lui faisant croire qu'on peut éternellement traverser la France à 320 km/h pour moins de 20 €, on fera un progrès.

En outre, il suffit d'aller voir ailleurs pour constater ce qui s'y passe. En Italie, on a globalement le seul cas de concurrence en open access qui fonctionne (sur le marché) entre Trenitalia et Italo. Aujourd'hui, Italo est devenue une entreprise viable avec un service étendu en concurrence frontale avec l'opérateur historique qui s'est remué pour rester dans le coup et ça a marché. Globalement, les trains longue distance en Italie ont vu leurs tarifs baisser du fait de cette concurrence qui s'est aussi traduite par une augmentation des dessertes.

C'est cependant un exemple marginal car pour investir aussi fortement le marché GL, surtout à grande vitesse, il a fallu mobiliser des moyens élevés.

Sur le régional et les liaisons Intercités, il est très probable qu'on sera dans le cadre d'une DSP. Et dans ce cadre, les considérations sur la tarification sont sans objet car elle est en principe dictée par l'autorité organisatrice. Accessoirement, monopole ne veut pas forcément dire modération tarifaire, on en a la preuve depuis belle lurette...

Rémi
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 22 Fév 2018, 11:36:46

Il ne faut pas tout mélanger. Et surtout avoir le courage de regarder les choses en face. Ouigo coûte plus qu'il ne rapporte. Donc qui paie ? C'est une activité aux risques et périls du transporteur. Donc c'est soit de la dette, soit de la suppression de services, soit une hausse des prix. Si on commençait par éviter de prendre le voyageur pour une truffe en lui faisant croire qu'on peut éternellement traverser la France à 320 km/h pour moins de 20 €, on fera un progrès.


Complètement d'accord. C'est d'ailleurs avec ce même argument qu'il faudrait peut-être parler des macrontocars... et de la suppression des services "non rentables" qui laissent / vont laisser avec certitude les territoires non urbains sur le carreau.

C'est bien pour ça qu'il faut urgemment reprendre les choses depuis le début et remettre les choses d'aplomb, sans pour autant faire les truffes, sans balancer direct le patrimoine dans le privé et enterrer discrètement les cadavres.

Par cadavre, j'entends tout le patrimoine ferroviaire UIC 6 et suivants, parce qu'il ne fait aucun doute que c'est fini, et pas que pour les UIC 7 à 9. Ce qui aurait eu une pertinence encore récemment (maillage / état général des infras) sous réserve d'un entretien correct et régulier, avec une évolution pertinente du modèle technique et humain, avec des coûts maîtrisés et du monde sur le terrain (et pas une débauche et une inflation en personnel), est désormais hors de portée. Que ce soit pour le fret comme pour l'offre voyageurs (qui ne peuvent fonctionner l'un sans l'autre, l'addition des recettes étant indispensable pour arriver le plus haut possible en face des coûts d'exploitation), c'est terminé. Qu'on ait réussi à torpiller le fret puis à flinguer les voyageurs en oubliant ce principe relève d'ailleurs pour moi de la cour martiale.

Et compte tenu de l 'inflation de normes applicables au domaine ferroviaire, toutes plus "légitimes et logiques et utiles et indispensables" les unes que les autres... sans distinction de niveau de service entre les lignes à très fort trafic et les lignes moins fréquentées mais indispensables, sauf à faire le ménage et la encore, fissa, à part réinitialiser le tout, je ne vois pas de solution.
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 22 Fév 2018, 17:22:06

Rémi a écrit :Ouigo coûte plus qu'il ne rapporte. Donc qui paie ? C'est une activité aux risques et périls du transporteur. Donc c'est soit de la dette, soit de la suppression de services, soit une hausse des prix. Si on commençait par éviter de prendre le voyageur pour une truffe en lui faisant croire qu'on peut éternellement traverser la France à 320 km/h pour moins de 20 €, on fera un progrès.

Soit, pourtant la réussite de Ouigo, dont la SNCF se félicite si souvent vient du fait qu'en contrepartie de certaines contraintes, le billet est à un prix tres faible. Augmente le prix et tu aura une désertion de la clientèle avec tous les commentaires bien connu sur le prix des billets de train.
On fait quoi alors?
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 22 Fév 2018, 19:44:38

Mais il est évident que le but est d'augmenter les tarifs... et vite, vu qu'il y a urgence, que c'est le seul moyen pour qu'on s'en sorte, etc. Et pas grand chose à faire contre le mouvement / lame de fond qui vient d'être mis en branle...

https://www.20minutes.fr/politique/2226 ... -insurgent

SNCF: Castaner évoque un «possible» recours aux ordonnances, l'opposition et les syndicats s'insurgent

REFORME « Oui il faut aller vite et il faut être efficace, les ordonnances sont une des façons » d’y parvenir…
Publié le 22/02/18 à 18h34 — Mis à jour le 22/02/18 à 18h47


M'est avis que les semaines à venir vont être très compliquées pour les retours de vacances... et que les syndicats vont se mettre directement tout le monde à dos en s'y prenant de façon traditionnelle face à des méthodes de gouvernance "nouvelles".
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Rémi
Passager
Messages : 5440
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Rémi » 22 Fév 2018, 22:11:15

Re

Objectivement, recourir aux ordonnances sur ce sujet serait une erreur politique. Pour le coup, je suis d'accord avec le président du Sénat. C'est un sujet qui touche à la consistance d'un service public et au maillage du territoire, c'est donc complètement du ressort d'un débat parlementaire. Les ordonnances, ce serait encore un peu plus un moyen de souffler sur la braise pour inciter les syndicats à foncer tête baissée dans un conflit social qui, en dépit de quelques sujets de fond, risque d'être centré sur la question du statut des EPIC et du personnel, ce qui est un sujet mais pas le sujet central, du moins pas dans l'immédiat quand on cherche le moyen d'amener le ferroviaire vers des coûts plus supportables pour la collectivité. Ce serait bâcler le sujet ferroviaire pour s'en débarrasser... Exactement comme dans le précédent quinquennat en se bornant à la réforme RFF / SNCF de 2014.

La trajectoire "ceux qui entrent dans les EPIC sont en CDI et ceux qui sont déjà au statut le restent", c'est ce qui se passe dans la plupart de nos pays voisins (Suisse, Allemagne notamment). Mais avant, on pourrait déjà atteindre de notables évolutions dans le cadre actuel parce que le coût élevé du système ferroviaire tient surtout au fait qu'on a des actifs à forte valeur divisés par un nombre de km-trains ou de voyageurs-km trop faible en raison d'une vision malthusienne de l'offre, centrée sur 4 heures par jour et ignorant les réalités du marché des déplacements. La quête de souplesse et de polyvalence vaut surtout pour les petites lignes où les rigidités du statut peuvent être plus "visibles" dans l'explication des coûts unitaires élevés.

Rémi
Avatar de l’utilisateur
amaury
Passager
Messages : 4368
Inscription : 12 Nov 2004, 12:19:03
Localisation : Lyon 5e
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar amaury » 22 Fév 2018, 22:20:13

@Auron : Une solution simple : cesser de subventionner (directement ou indirectement) les modes de déplacement plus polluants quand le train est là. Et quand le train est là, ne pas le supprimer au profit des modes plus polluants. Lorsque le client payera le vrai coût de l'aérien subventionné à gogo ou du car Macron réalisé à perte pour s'installer sur le marché, il trouvera peut-être que le train n'est pas si cher que ça... et d'autant si on fait aussi payer à l'automobiliste un coût plus juste (au regard des dépenses d'infrastructures, de la pollution, de la destruction du tissu économique...)... et d'autant si on se met à faire des efforts pour le ferroviaire. Et pour ce dernier point, je ne parle absolument pas du coût du travail à la SNCF mais de tout le reste : fin des réductions de vitesse par manque d'entretien, fin des offres Intercités commercialement cachées derrière les TGV (cf. moteur de recherche), politiques de promotion de certaines lignes à travers le tourisme, etc.

Alors qu'on ne sait pas faire de croissance soutenable, on continue à subventionner dans tous les sens, de façon plutôt opaque et sans aucune logique "développement durable" tous les modes de transport. Pour faire un parallèle, je vois pas comment on peut être responsable si c'est papa-maman qui payent la plupart des factures et qu'on ne s'en rend même pas compte...
A quand le retour des trolleys sur l'axe A2 ?!? Pourquoi attendre le TOP ??? En attendant, RDV sur les traces du FOL: http://folsaintjust.free.fr.
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 22 Fév 2018, 23:30:32

amaury a écrit :@Auron : Une solution simple : cesser de subventionner (directement ou indirectement) les modes de déplacement plus polluants quand le train est là.

Il y'a souvent des doublons, même pres de chez nous, sous couvert que l'AOT n'est pas la même (Sytral et Région par exemple)

amaury"Lorsque le client payera le vrai coût de l'aérien subventionné à gogo ou du car Macron réalisé à perte pour s'installer sur le marché, il trouvera peut-être que le train n'est pas si cher que ça... [/quote]
Oui mais ça les gens ne s'en rendent pas compte.
Et pour les cars, elle est où la grosse création d'emploi promise?

[quote="amaury a écrit :
et d'autant si on fait aussi payer à l'automobiliste un coût plus juste (au regard des dépenses d'infrastructures, de la pollution, de la destruction du tissu économique...

Je crois que c'était un peu le role de l'écotaxe, on sait ce qu'elle est devenue.

amaury a écrit :fin des réductions de vitesse par manque d'entretien, fin des offres Intercités commercialement cachées derrière les TGV (cf. moteur de recherche), politiques de promotion de certaines lignes à travers le tourisme, etc.

Oui, certaines réduction de vitesse sont dingues mais quand tu roule dessus, tu comprend bien pourquoi. Les voies sont usées et n'ont pas été rénovée depuis des décennies. On en revient toujours au même. De mauvais choix politiques.
Pour ce qui est des intercités, c'est en effet honteux. Surtout quand je vois le remplissage de l'IC Lyon <=> Paris le WE qui vient d'être mis en place.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
Avatar de l’utilisateur
Échec et Matt
Passager
Messages : 52
Inscription : 02 Mars 2015, 16:27:35

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Échec et Matt » 23 Fév 2018, 10:51:27

@Auron : Petit HS justement, le taux de remplissage de cet ICÉco m’intéresse justement ? Il est bon ?
Avatar de l’utilisateur
Auron
Passager
Messages : 1280
Inscription : 18 Juil 2007, 18:01:51
Localisation : Lyon 5
Contact :

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Auron » 23 Fév 2018, 14:50:21

J'ai pas de chiffres mais pour l'avoir croisé au départ de Perrache, il avait l'air bien rempli.
Conducteur de train à Lyon Perrache...
Enfin vite fait quoi...
Et parfois je traîne à Chambéry... :-X
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 12391
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest. Mais de moins en moins seul dans ce cas...

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar BBArchi » 25 Fév 2018, 15:05:33

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... -style.php
Tout est dit.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'en est pris ce dimanche à Emmanuel Macron, l'accusant de "diviser ceux qui n'ont pas grand chose", et a prédit que la journée de mobilisation du 22 mars à la SNCF serait un "grand succès" face à la volonté du pouvoir de "passer en force" avec sa réforme.

Lors d'un échange très vif au salon de l'Agriculture, samedi, le chef de l'Etat a répondu à un salarié de la SNCF qui l'interpellait sur cette réforme, déclarant qu'il ne pouvait y avoir "d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre avoir un statut de cheminot et ne pas le changer". Il a ajouté qu'il "serait fou" d'embaucher des cheminots avec le même statut qu'il y a 50 ans au vu de leur rythme de travail, selon lui, bien différent.

"A chaque fois, il veut diviser ceux qui n'ont pas grand chose", a déclaré sur France 3 Philippe Martinez, qui voit dans Emmanuel Macron quelqu'un d"'arrogant, vindicatif et qui a du mal a écouter des gens qui lui parlent et qui lui posent des questions".

"Il nous a fait le coup avec les retraités et les jeunes, les retraités qui seraient des privilégiés, quand on connaît le montant des pensions des retraités, et les jeunes qui n'auraient rien. C'est la même chose entre les salariés : à chaque fois, il divise ceux qui ont un petit peu et ceux qui n'ont rien du tout."

"Je pourrais lui parler des PDG, ceux qu'il a reçus en grande pompe, c'est le cas de le dire, à Versailles, qui ne payent pas d'impôt. Qu'est-ce qu'il leur a dit à eux ? Il les a montrés du doigt ?", a-t-il ajouté dans une allusion à la réunion des dirigeants de 140 des plus grandes entreprises mondiales organisée le mois dernier au château de Versailles

A propos du projet de réforme de la SNCF, dont le Premier ministre Edouard Philippe doit dévoiler lundi la façon dont il compte s'y prendre pour la mener à bien, il a reproché au gouvernement de s'appuyer sur un seul rapport, celui de l'ex-PDG d'Air France Jean-Cyril Spinetta, "sans demander l'avis des principaux intéressés", les cheminots et les usagers...
Coups de coeur / coups de vapeur ; ma chaîne youtube : https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
Râler est peut être franchouille, mais c’est un moteur puissant ; je revendique le droit de participer à la F1 !
Rémi
Passager
Messages : 5440
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Rapport Spinetta Avenir du transport ferroviaire

Message non lupar Rémi » 26 Fév 2018, 19:58:51

Salut

Bon, pour les petites lignes, le message a finalement été entendu et la guillotine s'éloigne du moins temporairement. Autre point qui va dans le bon sens, la révision de fait du contrat de performance avec une trajectoire à 3,5 MM€ annuels soit 500 M€ de plus que la trajectoire actuelle. Contrepartie, les investissements doivent en retour générer une productivité accrue du réseau. En clair, investir plus, pourquoi pas, mais il faut que la modernisation (pas seulement le renouvellement) ait un vrai effet levier sur la gestion courante du réseau.

Sur la méthode, il reste un sens politique à cette affaire : en limitant le projet de réforme par des ordonnances à la question du statut des entreprises et du personnel, c'est moins risqué que de vouloir faire passer toutes les préconisations Spinetta car, en plus des syndicats de cheminots, l'Etat aurait eu contre lui les élus locaux et probablement une partie des usagers. Là, on est dans une approche terriblement classique, un brin stigmatisante. La question du statut existe, mais elle est en deuxième voire troisième rideau... du moins sur les grandes lignes. Sur les petites lignes, ça joue forcément un peu plus, mais ça n'explique pas tout l'écart entre les coûts de production français et les coûts d'autres opérateurs européens.

Sur le changement de statut des entreprises, c'est globalement un faux problème : les syndicats jouent souvent la mélodie du retour à la SNCF historique, en oubliant que jusqu'en 1982, l'Etat n'avait que 75% du capital de la SNCF. C'est une décision de Mitterrand en 1981 qui a transformé la SNCF d'une société d'économie mixte à un établissement public. Ce qui est plus risqué, c'est le passage en SA de SNCF Réseau : la diminution de la garantie d'Etat peut se traduire par une hausse des taux d'intérêts et quand on a près de 50 MM€ de dette, ce n'est pas un mince sujet.

Rémi

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 23 invités

cron