Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Pour participer aux discussions du forum, il faut tout d'abord créer un compte en vous enregistrant
Avatar de l’utilisateur
BBArchi
Passager
Messages : 13579
Inscription : 13 Avr 2007, 21:55:57
Localisation : Complètement à l'Ouest...

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar BBArchi » 11 Oct 2020, 12:24:45

J'ai enfin, via une info 'extérieure', quelques chiffres -concrets- sur le ferroviaire en comparaison France <> Allemagne...
En fait, c'est un article sur la problématique ferroviaire en Bretagne avec le prétexte de présentation de l'initiative d'un chef d'entreprise qui se bouge grave, article qui fait la synthèse des possibilités et des coûts.
Le pdf est ici :
http://www.passion-metrique.net/forums/ ... ?id=130222

L'original est là : https://www.letelegramme.fr/bretagne/le ... 635393.php
Avec une vidéo, très claire et très explicite pour les réfractaires qui n'auraient pas bien compris l'intérêt...
(Avec un clin d'oeil aux passionnés de Loudéac, qui entretiennent un Bleu d'Auvergne, un Picasso, et un des 5 derniers 2400 ! https://www.letelegramme.fr/cotes-darmo ... 616349.php
Leur site : http://www.cfcb-asso.org/ :smitten: )

Au passage,il rappelle quelques chiffres aussi pour l'aérien...
"L'empreinte d'un passager en avion pour un kilomètre est de 241.5g de CO², 170.6g en voiture et 11.8g pour le train"

Extraits choisis :
"L'Allemagne a décidé de rouvrir un nombre impressionnant de petites lignes qui avaient été abandonnées. Leur gestion ayant été souvent confiée au privé, notamment au français Transdev qui est devenu le 2e opérateur ferroviaire outre Rhin, avec 7.3% du marché allemand des liaisons régionales"

"Un tiers du réseau est géré par DSP, par le privé, les deux autres tiers restant à la charge de la DB"

"D'ici 2030, le gouvernement fédéral a prévu de multiplier par 2 le nombre de passagers et d'offrir une alternative crédible à la voiture. Les lander ont investis massivement pour accompagner cette renaissance des lignes abandonnées en 10 ans , 86 milliards d'eurons leur ont été consacrés. Chaque année, 64€ sont dépensés dans ce secteur par an et par habitant, contre 37 en France"

" Pour gagner en rentabilité, la fréquence des trains a été multipliée. Nombreux sont ceux qui circulent de 5:00 à minuit, 7/7j même en milieu rural où les plus âgés, qui ne veulent plus conduire, apprécient réeelement ces services"

" Résultat, en quelques années, le coût d'exploitation du kilomètre a fondu ; il est deux fois moins élevé aujourd'hui qu'en France"

Il est de bon ton dans les réunions / pipo de comparer avec ailleurs, mais même en intégrant des CRCDC / coefficients réducteurs correctifs de différences de coût parce que "c'est pas pareil chez nous", il serait vraiment utile de se poser les bonnes questions d'une part (on va considérer généreusement que cela a été fait), mais surtout il faut passer à la concrétisation, et fissa.

Pour le Morlaix <> Roscoff, faut qu'ça bouge, tonnerre de Brest ! :knuppel2:
Coups de coeur / coups de vapeur :
https://www.youtube.com/channel/UC99xju ... J1jNp3FLhA
_________________________Image____________________________________________________________________________
Pp87
Passager
Messages : 227
Inscription : 13 Oct 2011, 21:49:50

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Pp87 » 13 Oct 2020, 07:54:42

Le Populaire, 12/10/2020
https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/en-1971-il-fallait-une-demi-heure-de-moins-pour-faire-paris-limoges-ou-paris-brive-en-train_13853166/

Un comparatif de l'évolution de la ligne POLT en les années 70 et de nos jours.
Un constat, on n'avance guère, voir même on régresse.
Votre avis ?

En 1971, il fallait une demi-heure de moins pour faire Paris-Limoges ou Paris-Brive en train

Image

Pendant longtemps, le Capitole qui effectuait la liaison Paris-Toulouse, a été le fleuron du rail français. En cinquante ans, les choses ont bien changé et quand on compare les époques, le constat est terrible. De Brive ou Limoges, on mettait moins de temps, avec davantage de confort et moins d’arrêts, pour rallier la capitale en 1971. Mais l’arrivée de nouvelles rames, couplée à des travaux sur la ligne, suscite des espoirs.

On n’a pas compté le nombre de fois où le mot « Capitole » a été prononcé samedi à Brive, pendant l’assemblée générale de l’association Urgence ligne POLT.

Mais une chose est certaine : si tout le monde se réfère encore autant à ce train du passé, c’est bien que la dégradation permanente de la ligne Paris-Toulouse via Limoges et Brive est une douloureuse réalité.
Pendant ce temps, Bordeaux a gagné 2 heures !

La preuve : au départ du Limousin, on met aujourd’hui environ trente minutes de plus qu’en 1971 pour effectuer le même parcours. Sur la même période, un usager bordelais a gagné 116 minutes pour rallier la capitale en train.

Pour mettre en lumière cette inégalité de traitement entre les territoires, nous avons comparé les performances du Capitole et du POLT en prenant en compte quatre critères objectifs : temps de parcours, desserte, matériel et confort.

1. Temps de parcours : avantage Capitole

Sur ce point, le Capitole gagne haut la main. Au début des années 1970, il faut 2 h 50 pour faire Paris-Limoges, soit 28 minutes de moins qu’actuellement. Pourtant, la CGT affirme qu’on pourrait égaler cette « performance » aujourd’hui.

Selon le syndicat, la SNCF rallonge volontairement les temps de parcours pour se laisser une marge de manœuvre. Une « détente », en jargon ferroviaire, qui permet d’absorber le temps perdu à cause des travaux ou du trafic à l’entrée de Paris. « Cela permet aussi de limiter les remboursements accordés aux voyageurs à partir de trente minutes de retard », estime Franck Arrivé, conducteur de train et représentant CGT à Brive. Il affirme qu’il lui arrive d’effectuer Paris-Brive en moins de 4 heures, en accélérant pour rattraper un retard.

« Il faut remettre en place deux allers-retours sans arrêt entre Paris et Limoges »
« Le sujet, c’est d’industrialiser le temps de parcours et de garantir le départ et l’arrivée à l’heure, répond Delphine Couzi, directrice des trains Intercités. Ce n’est pas parce qu’on peut faire une fois le parcours en 4 heures, avec toutes les conditions réunies, qu’on peut le faire tout le temps. »


2. Desserte et fréquence : Avantage POLT

Là où le Capitole ne proposait que deux rotations, le matin et le soir, il y en a aujourd’hui neuf. Au niveau de la desserte « fine » du territoire, l’Intercités actuel est également meilleur puisqu’il peut s’arrêter dans sept villes entre Brive et Paris (Uzerche, Limoges, La Souterraine, Argenton-sur-Creuse, Châteauroux, Issoudun, Vierzon, Les-Aubrais) alors que le Capitole ne marquait qu’un seul arrêt, à Limoges.

Le revers de la médaille, c’est évidemment que ces arrêts se ressentent sur le temps de parcours. Sur ce sujet, il existe un consensus exprimé samedi par Urgence ligne POLT, le maire de Brive ou encore la CGT : il faut remettre en place deux allers-retours sans arrêt entre Paris et Limoges, tout en ajoutant en parallèle des rotations qui continuent de desservir toutes les gares. « En 2008, il y avait quatorze allers-retours », rappelle Jean-Claude Sandrier, le président d’Urgence ligne POLT.

Image

3. Le matériel : match nul

En 50 ans, pas d’évolution en termes de vitesse puisque les trains Intercités peuvent atteindre au maximum les 200 km/h, ce qui était déjà le cas du Capitole.
Mais les jours du Corail, actuellement utilisé, sont comptés. Dès la fin 2023, de nouvelles rames CAF - un investissement de 800 millions - sont annoncées. Un matériel qui roulera, là encore, à 200 km/h maximum.

D’ici 2025, la ligne doit également faire l’objet d’une régénération (changement de voies, de ballast, de l’alimentation électrique…). Des nouveautés qui doivent permettre de retrouver les temps de parcours réalisés par… Le Capitole en 1971. Soit un Limoges-Paris en 2 h 50 et un Brive-Paris en 3 h 50.

4. Le confort : avantage Capitole

« Mesdames, Messieurs, les personnes ayant réservé leur place pour déjeuner sont invitées à se rendre dans le wagon-restaurant. » Sur Youtube, on trouve en deux clics une vidéo qui donne une idée de la qualité du service dans le Capitole. Dans le fameux restaurant, les serveurs sont vêtus de tenues blanches et portent des plateaux en argent (voir ci-dessous).

« Il y avait un bar en cuivre incroyable », se souvient un contrôleur de Brive qui a travaillé dans le célèbre train, où n’embarquaient que des passagers de première classe.

Aujourd’hui, le POLT ne propose plus de restauration. Mais le Wi-Fi a été installé récemment. Un point sur lequel le Capitole ne pouvait pas lutter !

Le Capitole vainqueur


Les Brivistes ou les Limougeauds ont coutume de dire que le train, c’était mieux avant et ils ont raison.

Plus rapide, plus confortable, le Capitole affichait dans les années 1970 des performances supérieures à celles de l’actuel Intercités qui a toutefois le mérite de mieux desservir le territoire.

Image

Tanguy Ollivier
Pp87
Passager
Messages : 227
Inscription : 13 Oct 2011, 21:49:50

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Pp87 » 13 Oct 2020, 07:58:24

Le Populaire le 12/10/2020
https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/quand-radio-france-fait-la-pub-de-ses-podcasts-sur-le-dos-du-train-paris-limoges_13853436/

Quand Radio France fait la pub de ses podcasts sur le dos du train Paris-Limoges

Image

Une pub de Radio France fait grincer les dents des défenseurs du train Paris-Limoges et, au delà, les amoureux de notre région.

« On peut passer quatre heures à regarder défiler le paysage entre Paris et Limoges, on peut aussi passer quatre heures à regarder défiler le paysage sur le Paris-Limoges tout en faisant défiler un 1,5 millions de podcasts sur l'appli Radio France » .

Le message filmé de la maison Radio France, posté sur les réseaux sociaux, n'est pas passé inaperçu en Limousin où la problématique du train ne fait pas rire grand monde. « Comprendre que la conséquence du misérabilisme ferroviaire de la
SNCF sur le POLT (et le reste) est donc un atout... Pour écouter les podcasts de l’appli de Radio France ? Franchement, vous n’avez pas honte », répond par exemple su Twitter le conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine François Vincent.

L'objet marketing des radios du service public comprend en tout cas deux erreurs : le POLT, pour lent qu'il soit, ne met fort heureusement pas quatre heures pour rallier les deux villes, mais légèrement plus de trois heures. Enfin, impossible, malheureusement, de pouvoir surfer en continu sur quelque appli que ce soit. Le réseau ne permet pas partout et loin s'en faut d'avoir la 4G.

La chose la plus regrettable dans cette petite histoire, c'est qu'une fois encore Limoges, et par conséquent, le reste du Limousin, subit un bashing très parisien qui consiste à placer la ville, le département et le territoire limousin dans le trou du c... du monde.



?? Quand l’indigence de la liaison #SNCF entre #Paris et #Limoges devient un mythe des temps modernes au point d’en faire une pub pour les #podcasts de @radiofrance ???? pic.twitter.com/aqVTBU2KCY
— Pascal Coussy (@la_chataigne) October 11, 2020



Pascal Ratinaud

Rémi
Passager
Messages : 5662
Inscription : 21 Nov 2004, 20:38:16
Localisation : Nanterre

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Rémi » 13 Oct 2020, 09:56:09

Salut

L'article du Populaire oublie pas mal de sujets ou les traite de façon biaisée :
- Marge de régularité à 3 min aux 100 km pour les trains Capitole, et aujourd'hui 4 min 30
- Arrêts à 1 minute dans les gares, pour 2 à 3 min aujourd'hui
- Trafic beaucoup plus faible entre Paris et Brétigny n'imposant pas la domestication des sillons pour faire passer tout le monde
- POLT était l'axe principal Paris - Toulouse jusqu'en 1990 : depuis, le trafic passe par Bordeaux, ce qui modifie assez fortement l'équilibre des flux et diminue la pression sur le temps de parcours de Paris à Toulouse, ce qui fait qu'il est logique qu'il y ait plus d'arrêts entre Paris et Limoges
- la comparaison s'effectue entre une situation à peu près nominale du point de vue de l'infrastructure et une situation perturbée par de nombreux travaux de renouvellement et de modernisation (c'est comme dire que l'autoroute ne sert à rien par rapport à la nationale un jour de grand départ, avec vitesse régulée à 110 km/h et le renouvellement de 20 km d'enrobé avec chaussée reportée sur un seul côté à 70 km/h)

2h50 aujourd'hui, avec les conséquences des travaux, ce n'est pas réaliste.
En 2025, après le gros des travaux et l'arrivée des Confort 200, on devrait arriver à faire l'équivalent d'un 2h50 direct... mais comme la demande porte surtout sur des trains avec au moins 2 arrêts... et encore pas toujours les mêmes, parce que ça "clignote" pas mal, entre Vierzon, Issoudun, Argenton, La Souterraine : tout le monde voudrait que le train s'arrête dans SA gare mais pas dans celle des autres. C'est un des axes les plus difficiles dans l'organisation de la desserte.

Rémi
Pp87
Passager
Messages : 227
Inscription : 13 Oct 2011, 21:49:50

Re: Carnage programmé (en Auvergne et Limousin)

Message non lupar Pp87 » 22 Nov 2020, 17:43:14

Bonjour,

Un triste constat de l'état des lignes régionales autour de Limoges.

Le Populaire, le 21/11/2020
https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/peu-d-espoir-d-une-amelioration-rapide-de-la-situation-sur-les-lignes-ter-limoges-poitiers-ussel-et-angouleme_13880708/#refresh

Peu d'espoir d'une amélioration rapide de la situation sur les lignes TER Limoges - Poitiers, Ussel et Angoulême

Image
Les infrastructures qui accueillent les TER sont dans un état catastrophique assure les représentants de la Région. © stephane Lefèvre

Il ne faudra pas encore s’attendre à une quelconque amélioration des dessertes ferroviaires en 2021 vers Ussel, Poitiers ou Angoulême. L’état des lignes reste « catastrophique » juge la Région, organisatrice des transports.

Difficile de donner un peu d’espoir aux usagers des lignes Limoges-Poitiers, Limoges-Angoulême avec des perspectives aussi lointaines et incertaines. Le comité “bassin de Limoges” n’a pas accouché de grandes annonces quant à l’amélioration des circulations. Dommage car les usagers sont là...

Tout juste a-t-on appris, jeudi soir, que des travaux allaient être menés sur ces deux axes en 2021 afin d’éviter le pire, c’est-à-dire d’éviter de nouvelles zones de circulation à vitesse réduite voire de fermetures de tronçons.

Pas de mieux avant 2026 vers Angoulême

Quant aux grands chantiers de régénération des lignes, William Jacquillard, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine délégué aux gares et à l’intermodalité, a été clair. « La Région se bat pour que le comité de pilote de la régénération de la ligne Limoges-Angoulême soit mis en place. Mais l’État fait la sourde oreille. Nous attendons une réponse de la préfète de Région d’ici la fin de l’année. De toute façon, la réouverture n’est pas envisagée avant 2026 voire 2027. »

537 millions d'euros sur la table

Pour ce qui est de la ligne Limoges-Poitiers, si aucun tronçon n’est fermé la situation est « catastrophique », assure le conseiller régional, tant en terme de ponctualité que d’annulation des trains. Enfin pour la ligne Limoges-Ussel, où l’on dénombre en moyenne 332 usagers par jour, les moyennes de régularité et d’annulation sont inférieures à celles de la Nouvelle-Aquitaine, déjà pas brillantes.

« Dans les 537 millions d'euros mis sur la table, nous avons fléché 185 millions d'euros pour Angoulême - Limoges et 1 million d'euros pour l’étude », détaille William Jacquillard.

Un merci à la Région

Du côté de la SNCF, Charles Civray, directeur territorial des lignes TER Limousin/Périgord de SNCF Voyageurs, la vision se veut un peu plus optimiste. « Le travail réalisé a permis d’améliorer la régularité sur la ligne Angoulême - Saillat. Et seulement 0,7 % des trains ont été annulés. » Quant à Florent Kunc, directeur territorial adjoint de SNCF réseau, il n’a pu que remercier la Région pour ses investissements qui permettront d’engager plusieurs chantiers en 2022. »

Un geste qu’a apprécié William Jacquillard mais qui ne fait pas oublier que la Région n’est pas tenue de régler les travaux des voies dont elle n’a pas la compétence…
Les chantiers à venir en 2021

SNCF Réseau va engager plusieurs cessions de travaux sur les lignes Limoges - Poitiers et Limoges - Saillat en 2021. Il ne s’agit pas encore de grands travaux structurants permettant de sauver définitivement la ligne mais plutôt de maintenir à flot les tronçons qui peuvent encore l’être. Ainsi, sur la ligne Limoges - Angoulême, plusieurs semaines de travaux sont prévues en mars et en octobre.
Image
Des chantiers sont prévus au cours de l'année 2021 sur les trois lignes.

Sur la ligne Poitiers-Limoges, des travaux importants sont prévus au sud de la préfecture de la Vienne du 31 mai au 4 juin. Plusieurs interventions sont également prévues du 29 mars au 16 avril et du 8 au 26 novembre.

Enfin sur la ligne Limoges-Ussel, des opérations de maintenance sont programmées du 19 avril au 7 mai et du 18 octobre au 5 novembre. Des travaux d’étanchéité sont également prévus sur le viaduc des Farges entraînant une interruption de circulation entre Eymoutiers et Meymac du 3 au 11 juillet.

Des travaux d’entretien de quais (rénovation d’éclairage) sont également prévus dans la gare de Saint-Brice-sur-Vienne.

Des travaux d’accessibilité des quais interviendront dans les gares d’Ussel et de Poitiers. Ils seront finalisés en 2023.


Olivier Chapperon

Revenir vers « Le forum de Lyon en Lignes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 185 invités

cron